Aller au contenu principal

Épisode 134 – Bad Ass Honduras

Je pari que vous en savez bien peu sur le Honduras!
Tout comme son voisin immédiat (El Salvador), le Honduras a la réputations la plus Bad Ass de tous les pays des Amériques en terme de dangerosité sur l’Échelle de « Va Pas Là ». 
À l’heure actuelle, le Honduras se mérite même le titre peu flatteur de « pays le plus dangereux sur Terre en dehors des zones de guerre »! Un pays gangréné par une corruption systémique, des guerres de gangs… bref, vous voyez l’image. 
Un peu stupide sur les bords, et désireux de découvrir le pays, je fesais fit des recommendations; je n’allais pas passer en coup de vent avec ma queue entre les jambes, comme la grande majorité des voyageurs. En fait oui… j’allais passer avec ma queue entre mes jambes… mais bon… vous comprenez l’expression 😉
Après tout, je n’étais pas « la plupart des voyageurs » et j’étais bien décidé à donner une chance au Honduras avant de le juger. On recommande de voyager avec les bus spécialement prévu pour les touristes ($$$)… j’allais voyager à la manière des locaux. Un peu de danger n’a jamais tué personne? Non?!?
Ajoutez à cela que je planifiais éviter le seul endroit vraiment touristique du pays; les Islas de la Bahia (les Iles de la Baie). Situées dans les Caraïbes, les iles Roatan & Utila sont de petits paradis sur Terre et peut-être le meilleur endroit dans les Amériques pour la plongé sous-marine. 
Bref… vous comprenez l’idée…

LE HONDURAS POUR LES NULS
Assurément le pays le moins touristique de l’Amérique Centrale, Honduras signifie « profondeur » en espagnol. C’est ainsi que le territoire fut nommé par nul autre que Christopher Colomb lors de son 3ème passage en 1502. 
2ème plus grand pays d’Amérique Centrale, cette terre de café a la particularité d’avoir très peu (ou pas?!?) de volcan et d’être relativement à l’abri des tremblement de terre… dans les 2 cas une rareté en Amérique Centrale. 
À l’arrivé des conquistadors, le peuple Lenca habitait les environs. Voyant clair dans le jeu des espagnols, ils les combattirent farouchement… en vain. La monnaie du Honduras (Lempira) est ainsi nommée en l’honneur du chef lenca qui mena la charge. 
À l’époque coloniale, l’histoire est identique aux autres pays d’Amérique Centrale (sous la gouverne de la Capitainerie du Guatemala)… à la différence que le Honduras était le seul endroit de l’isthme à avoir des richesses à exploiter (de l’or). 
Comme les autres, le Honduras obtint son indépendance de l’Espagne en 1821, joint le Mexique, se sépara du Mexique avec le reste des provinces d’Amérique Centrale pour former les Provinces Unis d’Amérique Centrale, et devint le pays que l’on connait aujourd’hui en 1838. 
L’indépendance fut suivit par une succession de dictateurs… plus souvent qu’autrement à la solde des États-Unis. 
1963 – Pour la 1ère fois de l’histoire, le gouvernement en place voulait réformer le pays pour lutter contre les iniquités, mais les États-Unis et les grandes entreprises internationales… qui faisaient leur pain et leur beurre sur le dos des honduriens… ne voyaient pas cela d’un bon oeil. La CIA fomenta alors un Coup d’État pour placer à la tête du pays un dirigeant qui avait à coeur les intérêts étrangers (en se foutant de la population). 
L’histoire se répète en 2009 alors que le gouvernement voulait mener des réformes sociales qui déplaisaient aux multinationales. BOUM… l’armé hondurienne destituait le gouvernement (aidé par les États-Unis). 
Le Honduras version 2017 est une contrée de forêts et de collines qui semblent s’étendre jusqu’à l’infini dans tous les sens… un pays à la paix fragile et en permanence à 2 doigts d’une guerre civile. 

TEGUCIGALPA
En plus d’être un nouveau mot utile pour les amateurs de Scrabble, c’est aussi le nom de la capitale du Honduras. 
T E G U C I G A L P A, Tegus pour les intimes… que j’ai amicalement rebaptisé Ti-Gus… 
Je m’attendais à une ville chaotique et bruyante. J’avais devant les yeux tout le contraire; une ville relativement tranquile et silencieuse… beaucoup mieux que 99% des villes sud américaines que j’avais vu auparavant. 


N’empêche, il n’y avait rien à faire…

LAGO DE YOJOA
Le « Vrai Honduras », comme plusieurs locaux se plaisent à le dire; loin de la criminalité de Tegucigalpa & San Pedro de Sula (la 2ème plus grande ville du pays… réputée pour être la 2ème ville la plus dangereuse au monde (en dehors des zones de guerre)), loin de toute ruine Maya (ci-bas), et des iles paradisiaques de la Islas de la Bahia.
Le Honduras à l’état pur, avec le plus grand lac du pays, entouré de la 2ème et 3ème plus hautes montagnes du pays, le tout enveloppé dans une forêt dense et à 2 pas de l’autoroute reliant Tegucigalpa à San Pedro Sula, la plus importante route du pays. 


Ajoutez à cela que je tombais sur un hostel (D&D Brewery) qui brassait sa propre bière… pour faire changement des bières nationales de tous les pays d’Amérique Centrale… qui sont de véritable eau embouteillé… 

COPAN RUINAS


Après avoir passé en coup de vent San Pedro de Sula, je mettais le cap sur le nord-ouest du pays à la frontière avec le Guatemala; une contrée où la grande majorité des hommes portent des chemises longues, bottes de cuir, jeans et chapeaux de cow boy. 
Bienvenue à Copan Ruinas, petit village perdu dans les montagnes, avec ses vieilles rues en pierre qui montent et descendent les collines. 
Le village est la porte d’entrée de l’un des plus important site archéologique de l’Amérique Centrale. J’allais faire mes 1ers pas dans le monde Maya. 

Parque Arqueologico Copan Ruinas



Avec les Incas (Amérique du Sud) et les Aztèques (Mexique), les Mayas sont assurément le peuple pré-colombien (avant l’arrivé des européens) le plus célèbre. 
À leur apogée, l’Empire Maya s’étendait du Nord du Honduras, au Yucatan (sud-est du Mexique), en incluant la totalité du territoire du Guatemala et El Salvador. 
La civilisation Maya est probablement la seule des grandes civilisations pré-colombienne à ne pas avoir été anéanti par les conquistadors. La raison est fort simple; l’Empire Maya était mort et enterré depuis 500-600ans à l’arrivé des européens. Les historiens s’expliquent mal qu’est-ce qui a pu causer son déclin, mais il est très probable qu’elle ait connu le même sort que la quasi totalité des grandes civilisations avant elle (Égyptiens, Grec, Romain, Perse, etc.); l’autodestruction.
De l’an 250 à 900 de notre ère, Copan fut l’une des cités phares de l’Empire Maya. La civilisation Maya était avancée dans bien des domaines (calendrier maya, etc.), si bien qu’ils ont installé Copan au beau milieu d’une vallée fertile, où passait une importante rivière, et ceinturé de collines recouvertes de forêts. Climat parfait à longueur d’année, sol fertile et paysage intéressant. 
Dans la plaine, les Mayas cultivaient le mais, les pois chiche, le tabac, le café et le chocolat (toutes des espèces endémiques au Nouveau Monde). De la forêt, les Mayas obtenaient tous le reste; viande, bois et médicaments. 


À son apogée au 8ème siècle, plus de 28000 personnes vivaient dans la cité. Tout ce qui monte doit redescendre… qui dit apogée dit déclin… de cette grande cité Maya, aux nombreux temples et pyramides, ne reste plus que de gros tas de pierres recouverts de végétation. 
Peut-être qu’un jour les humains du futurs regarderont ce qui reste de notre civilisation actuelle de la même façon que nous regardons ces ruines?



GRACIAS


Quoique se trouvant au beau milieu du Honduras loin des océans, Gracias fut le 1er village fondé au Honduras. 
Fondé en 1522 sous le nom de « Gracias a Dios (Merci à Dieu) », on raconte que ce nom lui fut donné puisque les conquistadors marchaient depuis déjà plusieurs jours dans la jungle, et étaient un peu désespéré, lorsqu’ils sont tombé sur cette vallée parfaite pour y installer une colonie. 
Gracias fut nommé la Capitale de la colonie espagnole en Amérique Centrale de 1544 à 1548… avant que les pouvoirs soient transférés à Antigua (Guatemala). 
La ville tomba rapidement dans les oubliettes de l’histoire dû à son isolement, de sorte que marcher dans ses rues colorées donne l’impression de retourner plusieurs siècles en arrière. 



Seulement 7 jours au Honduras. C’est bien peu! 
En 7 jours j’aurais tout de même vu la capitale, le plus grand lac du pays, l’ancienne capitale d’Amérique Centrale et le 3ème plus important site de la civilisation Maya. 
Sans dire que la réputation du Honduras est non fondé, elle est largement exagéré. À entendre tout ce qu’on racontait à propos de ce pays, je m’étais construit une chimère plus vrai que vrai. La vérité est tout autre; le pays me donne l’impression d’être l’un des plus civilisé que j’ai vu en Amérique Latine. 
Pour l’heure, direction le El Salvador!

P.S. I – Aussi surprenant que cela puisse paraitre pour un pays dangereux et peu touristique, les 4 Auberges où j’ai séjourné au Honduras sont facilement dans mon Top 10 (sinon mon Top5) de TOUS les auberges où j’ai séjournée depuis le début de mon voyage il y a plus de 500jours

– La Ronda Hostel – Tegucigalpa

– D&D Brewery – Los Naranjos / Lago de Yojoa (WOW)

– Iguana Azul – Copan Ruines

– Jardin Cafe – Gracias


P.S. II – le Honduras marque un changement radical dans la nourriture. Alors que l’alimentation de base de quasi tous les pays d’Amérique Latine plus au sud tournait autour du arroz & frijoles (riz et fèves), avec le Honduras on se tourne définitivement vers la nourriture mexicaine à base de pita/quesadillas/pain de mais. 

Publié par Nicolas Pare le 21 septembre 2017

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires