Aller au contenu principal

Épisode Spécial – Il était une fois le Mexique!

Mexico! Les Estados Unidos Mexicanos (États-Unis Mexicains) pour être plus précis!

Vous chercher un pays avec une histoire complexe? Ne cherchez plus!!!

Aztèques, Olmecs, Toltecs, Tenochtitlan, Teotihuacan, Mayas, Chichen Itza, Nouvelle Espagne, Empire Mexicain, République du Mexique, Guerre du Texas, Invasion Française, Révolution Mexicaine, et j’en passe…

L’histoire du Mexique m’a tellement passionné/renversé que j’ai décidé de lui dédier l’un de mes Épisodes.

Il m’aura fallu beaucoup de temps et toute ma concentration pour mettre toutes les pièces au bon endroit.

Voici donc l’Histoire du Mexique, en version abrégée (mais quand même pas mal longue) et (un peu) romancée.

Que du texte! Pour les passionnés d’histoire!

LE MEXIQUE POUR LES NULS

Le Mexique Pré Colombien

À l’arrivé des premiers européens, au début du 16ème siècle, la population pré-colombienne était estimée à plus de 25 millions d’habitants sur l’ensemble du territoire actuel du Mexique.

Contrairement au sud du Mexique, où la civilisation maya était solidement implantée depuis plus d’un millénaire (Épisode 141 – Yucatan), une longue lignée de civilisations s’étaient succédées pour régner sur le centre du Mexique.

À partir de l’An 1500 à l’An 400 Avant JC, la civilisation Olmec, souvent référée comme étant la culture à la base de toutes les cultures du Mexique, fleurit.

Allait suivre presque immédiatement la Cité Empire de Teotihuacan, dit la Cité des Dieux. Selon la légende, c’est à cet endroit que les Dieux auraient créé l’Homme.

Teotihuacan, dont la construction débuta vers l’An 300 Avant JC, est réputée comme la plus grande ville jamais construite sur les Amériques avant l’arrivé des européens (plus de 150000 habitants à son apogée). La Pyramide du Soleil, le bâtiment phare de la cité, faisait plus de 70m, étant du même coup le plus haut bâtiment pré-colombien jamais construit sur les Amériques.

Comme toutes les grandes civilisations de l’histoire, elle allait finir par tomber, remplacée par la culture Toltec. Aux environs de l’An 980, Quetzalcoatl, le dernier empereur des Toltecs, faisait une alliance avec certains mayas et descendait au Yucatan pour fonder Chichen Itza, laissant toute la place aux Nahuas.

Peuple de nomades venu du nord (du Mexique), les Nahuas allaient rapidement devenir la civilisation dominante au centre du Mexique, qui allait perdurer jusqu’à l’arrivé des premiers européens.

Fondé vers l’An 1300 de notre ère, la capitale du royaume, Tenochtitlan, était située sur une ile marécageuse, au beau milieu du lac Texcoco, à plus de 2000m d’altitude.

Les Nahuas prenaient alors le nom de Mexihcah, compris Mexicano par les conquistadors, et régnaient sur l’Empire Mexica. L’origine du nom vient de la plante mexixin, qui poussait en grande quantité dans ld centre du Mexique et dont les mexihcah se nourrissaient.

Les mexihcah allaient entrer dans la légende sous le nom d’Aztèques.

L’Empire Aztèque

Fast Forward jusqu’au début du 16ème siècle, alors que les aztèques ont asservis toutes les autres cultures du centre du Mexique et règnent de manière sanguinaire sur leur Empire.

À la tête de cet Empire se trouve Moctezuma II, passé à la postérité sous le nom de Montezuma, le dernier et plus puissant des Empereurs Aztèques.

Le 1er Contact

1517 – L’année où les aztèques ont entendu parler des conquistadors pour la 1ère fois, alors que des échos de leurs batailles contre les mayas (Yucatan) sont parvenus jusqu’aux oreilles de l’Empereur.

1519 – La 3ème expédition espagnole quitta l’ile de cuba (l’avant poste espagnol) avec 500 hommes et un dénommé Hernan Cortes à sa tête.

Après que les espagnols aient forcé leur passage en territoire maya sans trop d’effort, l’Empereur Montezuma envoya des émissaires (avec des offrandes/bijoux) au devant de Cortes.

Ces offrandes, qui voulaient dire « restez loin de Tenochtitlan » pour Montezuma (dans la culture aztèque, être accueillant et donner des cadeaux était une démonstration de puissance), eurent l’effet totalement contraire sur les conquistadors assoiffés de richesse.

Cortes laissait les mayas, pour reprendre le large et jeter l’ancre sur une plage aujourd’hui connu sous le nom de Veracruz, à moins de 300km de Tenochtitlan.

Évitant les nombreux embuches tendus par les aztèques, Cortes marchaient en direction de la Tenochtitlan.

En chemin, il ne manquait pas de faire le plein d’alliées parmi les nombreux ennemis des aztèques.

L’Empire Aztèque était basé sur un système féodale de terreur, où les peuples vaincus devenaient des vassals et avaient une longue liste de tribus à donner à Teotihuacan.

Par exemple, pour rassasier leur Dieu Soleil, qui avait besoin d’un approvisionnement constant en sang humain fraichement « cueillis à la source », on raconte que plus de 20000 coeurs humains ont été nécessaires pour « inaugurer » le Templo Mayor de Tenochtitlan en 1487 (une bouteille de champagne aurait suffi non?). Ces 20000 coeurs ont été arrachés du torse de leur propriétaire alors que ceux-ci étaient bien vivant.

Bref, tout cela pour dire que tout le monde détestaient les aztèques, mais ne pouvaient rien faire devant leur supériorité. Cortes n’eut donc aucun problème à se faire de nouveaux amis.

Aux Portes du Tenochtitlan

8 Novembre 1519 – Cortes et ses hommes étaient aux portes de Tenochtitlan.

À leur arrivé, les espagnols furent accueillit en grande pompe par nul autre que Montezuma (pour montrer sa supériorité).

D’un coté, l’Empereur d’une des nations les plus puissantes qui existait sur les Amériques. De l’autre, un conquistador qui, au coté de Francisco Pizarro (qui a vaincu l’Empire Inca au Pérou), allait entrer dans l’histoire comme l’un des plus célèbres conquistadors.

Les espagnols vécurent (en paix) à Tenochritlan pour plusieurs mois. Cependant, la colère montait chez les aztèques, qui voyaient d’un mauvais oeil la présence des espagnols.

Dans un geste des plus téméraires, Cortes fit prisonnier Montezuma… dans son palais… au milieu de la capitale.

La situation n’allait jamais s’améliorer…

La Fin D’une Grande Civilisation

1 Juin 1520 – Rien n’est moins sur (puisque plusieurs versions existent), mais Montezuma aurait été tué à coup de pierres par ses propres citoyens lors d’un discours publics…

Cortes et ses hommes luttèrent ensuite pour s’échapper de Tenochtitlan au prix de lourde perte. Ils se réfugièrent chez leur allié (les ennemis des Aztèques) où ils signèrent un pacte afin d’attaquer et prendre le contrôle de Tenochtitlan.

Le 13 aout 1521, l’Empire Aztèque tombait, Cortes s’emparait de Tenochtitlan au nom de la couronne espagnole et commençait ls destruction des temples aztèques… pour reconstruire une ville nouvelle… qu’il nommait Ciudad de Mexico (Mexico City).

Les aztèques devenaient la 1ère Grande Civilisation Pré-Colombienne à tomber aux mains des envahisseurs européens sur le Nouveau Monde.

Nueva Espana + Indépendance

Le territoire mexicain devint officiellement la « Vice Royauté de Nueva Espana (Nouvelle Espagne) » en 1590.

Aussi connu sous le nom de Americana Mexicana, le territoire déclara son Indépendance de l’Espagne en 1821 pour former l’Empire Mexicain. Le pays incluait alors tous les territoires d’Amérique Centrale (sauf Panama)… ceux-ci se séparant vite du Mexique en 1823.

Les 20 premières années du nouveau pays furent gouvernées par le Président/Général Santa Ana (souvent personnifié comme le méchant dans plusieurs films westerns).

Guerre du Texas (1835-1836)

Imaginez un monde où les états du Texas, Nouveau-Mexique, Arizona, Nevada, Utah, Colorado, Wyoming et Californie (bref près de la moitié des États-Unis) ne feraient pas parti des États-Unis, mais bien du Mexique?

Jusqu’au milieu du 19ème siècle, tous ces états faisaient parti du Mexique!

Peu peuplé, le gouvernement mexicain avait permi aux américains de s’y installer.

1835 – Après une décennie de tension entre les colons américains et le gouvernement mexicain, un groupe de résistance se formait pour revendiquer l’indépendance du Tejano (Texas).

Santa Ana, convaincu que les États-Unis étaient derrière ce mouvement et planifiaient d’annexer l’état mexicain à leur pays, marchait sur le Texas avec l’armé mexicaine. C’est notamment à ce moment qu’eu lieu la célèbre bataille du Fort Alamo (sujet de nombreux films westerns).

Cette « invasion mexicaine » galvanisait les texans, qui s’auto-déclarait indépendant et formait la République du Texas.

Dans une bataille qui allait passer à l’histoire comme « la bataille la plus à sens unique de l’histoire », les texans prenaient Santa Ana par surprise, le capturait, tuant au passage plus de 650 soldats et faisant plus de 300 prisonniers… tout en perdant seulement 11 hommes.

Santa Ana négociait sa libération contre le retrait des troupes mexicaines du Texas.

Durant les années suivantes, le Mexique planifiait de reconquérir le Texas, mais des rebellions un peu partout dans le pays forçaient le gouvernement à repousser leur plan… jusqu’en mars 1845, alors que la République du Texas fut annexée aux États-Unis.

Guerre Mexique/USA (1846 -1848)

En bon québécois, disons que les mexicains ne l’ont vraiment pas prit.

Ils envahirent à nouveau le Texas… pour voir les États-Unis entrer dans la parade.

Fort de leurs avancés technologiques en matière d’armement, et après de nombreuses batailles sanglantes, les américains s’emparaient de tout le nord et la cote est du Mexique, et étaient aux portes de Mexico City.

Septembre 1847 – Santa Ana hissait le drapeau blanc et capitulait le Mexique. Les américains marchaient dans Mexico City!

2 Février 1848 – Le Traité Guadalupe-Hidalgo était signé entre les 2 pays; le Mexique perdait plus de 55% de son territoire (tous les territoires mentionnés ci-haut) aux mains des américains.

Invasion Française

Oui Oui… vous ne rêvez pas… les français ont bel et bien envahi le Mexique.

1861 – Malgré l’immensité du territoire mexicain, le Mexique ne comptait que 8.5millions d’habitants; 2 millions de blancs qui se croient supérieurs aux autres, 2.5millions de métis qui rêvent d’être blancs et dénigrent les indigènes… et 4millions de descendants pré-colombiens (dit les indigènes).

Depuis son indépendance de l’Espagne, le gouvernement mexicain ne cessait de mater les guerres civiles qui éclataient ici et là, pour garder le pays uni. Tout cela coutait de l’argent, si bien que le Mexique était un pays endetté par dessus la tête.

Peu de temps après l’élection de Benito Juarez, le 1er président d’origine indigène en Amérique Latine, le Mexique décidait de suspendre indéfiniment les paiements de sa dette.

L’un des créanciers du Mexique se trouvait à être la France. Alors sous le régime de Napoléon III, et ne voyant pas d’un bon oeil la monté en puissance des américains, Napoléon voyait une opportunité de « s’emparer » d’un territoire instable et de se créer un allié fort en Amérique (les français n’avaient plus aucune présence sur les Amériques… sauf dans les Caraïbes).

Les américains étant en pleine guerre de sécession (occupés à s’entre-tuer), ils ne pourraient intervenir.

Devinez quoi? Avec un peu moins de 30000 soldats, les francais marchèrent sur Mexico City sans trop d’embuche.

De facto, les français installaient un roi (pantin) à la tête du Mexique; l’Empereur Maximilien.

1866 – La guerre de sécession étant désormais chose du passé, les américains signifiaient aux français qu’ils ne voyaient pas d’un bon oeil leur aventure mexicaine.

Février 1867 – Les derniers navires français quittaient le Mexique. Seul l’Empereur Maximilien restait, refusant d’abdiquer sa couronne.

Il fut capturé par les mexicains puis exécuté en juin 1867.

Révolution Mexicana (1910 – 1920)

1876 – Peu après la mort/fin du règne de Benito Juarez (le président indigène qui avait repris le pouvoir lorsque la monarchie française a prit fin), le général Porfirio Diaz, l’une des figures emblématiques de la résistance mexicaine à l’envahisseur français, prit le pouvoir.

Le truc avec le pouvoir c’est que vous pouvez soit faire de bonnes choses et quitter par vous même sur une bonne note (comme Nelson Mandella… qui renonça à briguer un second mandat comme président de l’Afrique du Sud), ou vous accrocher et vous faire pervertir par le pouvoir.

Réformant et modernisant le système dans ses premières années, Porfirio fut réélu 6 fois à la tête du Mexique. Le système qu’il implanta finit par réprimer toute forme d’opposition et favoriser (devinez qui) les riches et les amis du pouvoir.

Au tournant du 20ème siècle, moins de 11000 haciendas (espèce de ranch version mexicaine) contrôlaient près de 60% du territoire mexicain, et plus de 95% de la population rurale n’avait aucune terre.

Fin 1910 – Les mexicains prirent les armes pour chasser Porfirio du pouvoir.

La Révolution Mexicaine était née… et dérapait solide, se transformant en un bain de sang et tuant plus de 2 des 15 millions d’habitants que comptait alors le pays.

Au départ pour chasser Porfirio du pouvoir… qui fut chose faite dès mai 1911… la Révolution fini par opposer plusieurs groupes, situés dans plusieurs région du pays et revendiquant des trucs complètement différentes… mais revendiquant toute le pouvoir.

À la tête des 3 groupes révolutionaires les plus influents, Emiliano Zapata (à la tête des zapatiste dans le centre du pays), Pancho Villa (à la tête des villiste au nord du pays), et Venustiano Carranza (à la tête des carrancistes autour de Ciudae de Mexico), offrirent tout d’abord une lutte armé farouche au gouvernement… puis ne réussirent pas s’entendre… et prirent les armes les uns contre les autres.

Pancho Villa et Zapata furent éventuellement défaits par Carranza, si bien que celui-ci s’auto-proclama président de la République en 1916… qui fut tué en 1920 par Ogregon, son ancien second, qui prit le pouvoir… et fut à son tour tué en 1928.

De cette guerre civile naquirent 2 icônes mexicaines;

Pancho Villa

Le guerrier émotionnel, ancien voleur de bétail, devenu le commandant des troupes du nord. Il survécu à la guerre, simplement pour être assassiné par le président Obregon en 1923.

Emiliano Zapata

L’intellectuel, chef de l’armé du centre… même si il était pas un combatant, qui luttait pour que l’on restitue les terres ancestrales aux habitants (donc qui luttait pour les pauvres). Assassiné en 1919 sur l’ordre de Carranza, Zapata est depuis devenu un martyr et un symbole pour les revendications paysannes/indigènes. Le terme zapatiste est encore souvent utilisé de nos jours.

Mexico 2017

Le Mexique Version 2017 est un pays tout en contraste. Le Yucatan, au sud, est souvent vu comme la région la plus sécuritaire d’Amérique Latine. Au contraire, le nord du pays,

à la frontière avec les États-Unis, est gangrené par les guerres de gangs pour le contrôle du traffic de drogue.

Les cultures maya et aztèque sont encore bien vivante. Beaucoup de mexicains se considèrent nahuas (non pas aztèques puisque le mot a prit un connotation négative/perdante) ou mayas, et parlent la langue de leurs ancêtres.

Les mots Tomato, Avocado, Chocolate, Chili et Coyote, pour ne nommer que ceux-là, sont des mots nahuas adoptés par les autres langues.

De plus, au centre du drapeau mexicain se trouve un aigle sur un cactus avec un serpent dans la bouche. Cela fait référence à la légende de la fondation de Tenochtitlan, l’ancienne capitale aztèque sur laquelle Ciudad de Mexico fut construite.

Catégories : Mexico
Étiquettes : , ,
Publié par Nicolas Pare le 22 novembre 2017

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires