Aller au contenu principal

Épisode 150 – Transylvanie; Bran + Bram = Dracula – Entre Mythe et Réalité

***PHOTOS À VENIR***

Vous n’aimez pas les vieux chateaux, les montagnes et le froid humide qui transperce les manteaux tel un couteau dans du beurre… well… vous devriez éviter la Romanie!

Pour les autres, ne vous laissez pas refroidir par la (laideur de la) capitale Bucarest, et sautez dans un train en direction de la Transylvanie.

LA ROUMANIE POUR LES NULS

Tout d’abord, le vrai nom du pays est Romania. Je n’ai trouvé aucune explication qui justifierait que l’on ajoute un U en français (RoUmanie). C’est comme si soudainement les roUmains appelaient Canada = Canadia!

Même si le territoire de la Roumanie a été sous contrôle romain pendant moins de 200ans au début de notre ère, la RoUmanie leur doit beaucoup; leur langage, qui s’apparente beaucoup à l’italien, et le nom du pays. Romania vient du latin Romanus, qui veut dire « citoyen de Rome ».

Pour la majeure partie du dernier millénaire, la Roumanie a pas mal toujours été un petit royaume indépendant, mais encerclé de nations très puissantes (les Empires Ottoman, Hongrois/Austro-Hongrois et Bulgare).

Pour sa part, la mythique région de Transylvanie (on en reparlera plus bas) fut annexée au Royaume de Roumanie seulement en 1918, à la fin de la 1ère Guerre Mondiale. Le territoire faisait parti de l’Empire Hongrois depuis toujours, mais il fut donné à la Roumanie pour compenser l’invasion de 1914 et l’occupation Austro-Hongroise sans scrupule durant la guerre, alors que la Roumanie s’était ouvertement déclarée comme pays neutre au début de la guerre. Pour sa part, aujourd’hui pays à part entière, la Moldavie était historiquement une province du royaume de la Roumanie.

En 1940, à contrecoeur mais sous forte pression allemande, la Roumanie s’alliait à l’Axe d’Hitler et participait à l’invasion russe en 1941. 3ans plus tard, l’Union Soviétique entrait dans Bucarest et n’allait véritablement en ressortir qu’en 1989. De facto, un régime communiste, fortement influencé par le kremlin russe.

En 1989, Nicolae Ceausescu, dernier dictateur du pays, fut victime d’un coup d’état (exécuté) quasi en direct à la télévision. Le rideau de fer et le régime communiste tombaient.

Un peu plus d’une heure après avoir quitté Bucarest, les montagnes déjà bien garni de neige de la Transylvanie commençaient à apparaitre à l’horizon. Si vous n’êtes pas rivé à la vitre gauche du train entre Sinaia et Busteni, c’est probablement parce que vous êtes aveugle.

BRASOV

Autour de l’An 1100 @ 1300, l’Empire Hongrois invita des saxons à venir coloniser le territoire alors inhabité de Transylvanie. En 1211, la construction de la cité fortifiée de Brasov débutait. Au fil des siècle, la ville allait devenir une plaque tournante du commerce entre l’Europe et l’Empire Ottoman.

Peu subsiste des fortifications qui ceinturaient la ville, excepté quelques tours. Bien que le centre-ville soit charmant, l’attrait principal de Brasov est que c’est le camp de base idéal pour explorer la Transylvanie.

RANDONNÉE DANS LES ALPES TRANSYLVANIENNES

Les montagnes de Transylvanie étant déjà lourdement chargées de neige, je devais mettre sur la glace mes intentions d’atteindre l’un des multiples sommets de 2500m que comprend les Alpes Transylvaniennes (Omul, Bicsoiu, Moldoveanu & Negoiu).

Ce serait donc parti remise…

LA TRILOGIE DES CHATEAUX TRANSYLVANIENS

Au minimum, lors d’un séjour en Transylvanie, il faut visiter 3 chateaux.

CHATEAU NO.1 – Casteles Peles

Il existe une seule, mais très bonne raison de faire un stop dams la ville de Sinaia; allez piquer une jasette au Castelul Peles (Chateau Peles).

Datant de la fin du 19ème siècle, et ayant servi de résidence d’été au roi, l’emplacement et le chateau lui-même sont digne d’un conte de fée.

CHATEAU NO.2 – Cetatea Rasnovului (Forteresse Rasnov)

Tel un nid d’aigle, le village forteresse de Rasnov est perché sur une montagne à 150m au-dessus de tout ce qui l’entoure, étant quasi imprenable en cas d’attaque.

Beaucoup vont faire l’erreur de visiter le 3ème chateau sur la liste en passant à coté de celui-ci.

CHATEAU NO.3 – Castelu Bran (Le Chateau Bran)

Dernier, mais non le moindre, le Chateau de Bran, surtout connu pour être le chateau de Dracula.

Dracula; a-t’il vraiment existé? La réponse simple serait de dire NON, mais la réponse n’est pas aussi simple. Démystifions donc le mythe!

FAIT 1

Au 15ème siècle, le Conte Vlad. Surnommé Vlad l’Empaleur, il était décrit comme un homme assoiffé de sang, un vrai enfant de chie…

Je suis pas mal sur que vous avez déjà décrit l’un de vos patrons ainsi, et cela ne fait pas de lui un vampire.

FAIT 2

Notre ami Vlad faisait parti de l’Ordre des Dragons, dragon étant nommé Draculesti en language local. Sur certains documents officiels, Vlad aimait signer « Dracula » au lieu de son nom.

FAIT 3

Construit autour de l’An 1380, Castelu Bran est fameux pour les roUmains et les non-roUmains pour 2 raisons bien différentes. Pour les non-roUmains, c’était le demeure du conte Vlad. Pour les roUmains, c’était la résidence de leur dernière reine, la reine Marie… de RoUmanie, qui y vécu des années 1920 à 1947, année où la monarchie prit fin abruptement en RoUmanie avec la montée en puissance du communiste.

FAIT 4

Selon les vieilles croyances païennes roUmaines, le 30 novembre est le Jour de Saint-Andrew, dit le Jour du Loup. Les roUmains considèrent St-Andrew comme le patron des loups. Cette nuit là, St-Andrew revient sur terre sous la forme d’un loup… garou.

Avec lui viennent les Strigoi, des esprits troublés sortant de leur tombe pour prendre possession des âmes humaines. Pour contrer ces Strigoi, les roUmains utilisent des gousses d’ail, plante qui repousse les morts. En préparation pour cette nuit, les roUmains cuisinent des mets fortement épicés en ail. Au lever du soleil, ces esprits troublés sont purifiés et retournent dans leur tombe.

FAIT 5

Bram Stoker est un écrivain britannique ayant vécu fin 19ème, début 20ème siècle. Son plus fameux livre est sans aucun doute Dracula, sorti en 1897. Dracula, le livre, raconte l’histoire FICTIVE du Conte Dracula, un vampire aristocrate ayant vécu dans un chateau transylvanien au temps de l’Empire Austro-Hongrois.

Il est assez évident que Bram Stoker s’est servi des histoires sur le vrai Conte Dracula et des croyances de Transylvanie pour créer son personnage Dracula. Pour ceux qui n’auraient toujours pas compris, le Dracula que nous connaissons est un personnage de fiction et les vampires n’existent pas!

Tenez-vous le aussi pour dit, le Chateau de Bran est l’attraction touristique no.1 de la Roumanie. J’y étais hors saison, en semaine et par mauvais temps et l’endroit était plein à craquer de touristes.

SIGHISOARA

En language ancien, Sighisoara veut dire forteresse. Fondée en 1191, l’endroit fut un important centre de commerce à la fin du Moyen-Age, début Renaissance pour l’Europe et les Ottomans. L’endroit était réputée pour être le lieu de rencontre des rois, princes et marchants.

De nos jours, la vieille ville de Sighisoara est toujours habitée et considérée comme l’une des plus belles, sinon la plus belle cité médiévale d’Europe, à tout le moins l’une des rares cités médiévales encore habitées.

L’endroit est minuscule, mais transpire l’histoire; des bâtiments colorés et tout croche, aux petites pierres rondes et glissantes des rues. Aussi beau soit le village le jour avec ses bâtiments colorés, c’est véritablement le soir que la magie opère et qu’on peut s’imprégner de l’esprit de Sighisoara.

SIBIU

Réputé comme la plus belle ville de Transylvanie et de toute la Roumanie, Sibiu était la capitale de la Transylvanie au temps de l’Empire Austro-Hongroise.

Tout comme Sighisoara, tout ce qu’il y a à voir est concentré dans 1/2km2. On a donc vite fait le tour.

Le temps gris d’automne n’aidant pas à faire ressortir la beauté des lieux durant le jour, on peut compter sur le temps des fêtes pour faire opérer la magie une fois la nuit tombée.

Malgré sa petitesse, tout séjour en Roumanie est incomplet sans une visite de Sibiu.

Direction Budapest via le train Bucarest / Budapest Night Express!

P.S. I – Contrairement à la Bulgarie, les roUmains brasent de la bonne bière (comprendre de la bière autre que de la pilsner sans gout)

P.S. II – Bizarrement, le seul genre de musique que j’ai entendu durant tout mon séjour en Roumanie est cet étrange Retro-Pop-Techno digne d’un album de Dance Mix dans les années 90.

Catégories : Hongrie + Roumanie
Publié par Nicolas Pare le 5 décembre 2018

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires