Aller au contenu principal

Épisode 10 – Pour le meilleur et pour le pire

Je suis littéralement tombé en amour avec Colombo (capitale du Sri Lanka et lieu d’arrivé de tout voyageur arrivant au pays). Décrite comme chaotique, sale et inintéressante dans le Lonely Planet, cette ville a plutôt été un véritable vent de fraicheur pour moi. C’était tout un contraste par rapport à toutes les villes d’Inde (grande comme petite) où je suis allées.

En 2009, ce tout petit pays est sorti d’une guerre civile très sanglante qui a durée plus de 20ans (entrecroisé de quelques période de paix n’ayant jamais durée très longtemps). La capitale Colombo est le meilleur exemple de l’incroyable relance économique du pays depuis.

À ce sujet, si vous voulez visitez le Sri Lanka comme il est présentement, c’est-à-dire pas mal intact d’après la guerre (fin en 2009), il faudra penser à organiser votre voyage assez vite. Contrairement aux indiens, ils ne niaisent pas avec la puck et le pays se développe à la vitesse grand V. Il y a des grues ou des annonces de chantiers (beau 3d et tout) partout. Pour vous donner un autre exemple du dynamisme de la ville, elle compte 2 hôtels de la chaine Hilton et un concessionnaire Porsche.

À ce sujet, la chose qui m’a frappé le plus en me promenant dans Colombo c’est le nombre de banque qu’il peut y avoir. C’est complètement fou. En fait, je mets au défi quiconque de marcher en ville sans apercevoir une banque à tous les 100m. Qui dit banques, signifie donc présence de capitale (money money money… Sur un air d’Abba)

Aussi, ne vous laissez pas aveugler par la faiblesse de leur dollar. En arrivant ici je me disais; ‘’pfff, j’ai 2.25 roupies sri lankaise pour 1 roupie indienne… c’est 3 semaines là ne vont rien me couter’’. Eh bien, disons qu’ils sont assez futés; à bon nombre d’endroits, ils affichent le prix en dollar américain et demandent ensuite d’être payé en roupies sri lankais.

Sinon, c’est aussi tout un contraste en ce qui concerne  »l’ordre publique » (vous savez la chose qui n’existe pas en Inde et qu’on m’a déjà accusé de troubler). Ici, les gens marchent sur les trottoirs, les voitures et tuk tuk s’arrêtent au passage pour piétons, ils ne klaxonnent pas comme des cons tout le temps (il peut s’écouler 2-3min entre 2 klaxons), des gens font leur jogging ou du vélo de route le long du parc linéaire sur le bord de l’océan et plus important encore, les gens se  »criss ben que je sois un blanc bec ». Je me sens anonyme dans la foule.

Seule note négative, et une grosse, je croyais avoir vu qu’est-ce qu’était l’humidité en Inde, mais je n’avais encore rien vu. J’ai écris dans une chronique précédente à propos du sud de l’Inde où j’avais l’impression que les goutes d’eau attendaient que je leur rentre dedans tellement il faisait humide. Eh bien, l’endroit dont je parlais à ce moment pourrait paraître sec en comparaison à ici.

Autrement, comme beaucoup de relation amoureuse dans le monde d’aujourd’hui, mon coup de foudre pour Colombo allait finir par me couter cher.

Dans le dernier épisode, j’étais à vous raconter la fin de la pire journée de ma vie… le 17 avril 2013.

C’est donc fraichement sorti de l’aéroport après un vol en première classe que je me suis dirigé vers un hôtel des plus miteux au centre-ville en compagnie de 2 autres touristes. Il était 9h du soir, on ne connaissait pas la ville, alors on a opté pour le plus cheap dans le guide de voyage (pas digne d’un voyageur en 1ère classe, mais bon…).

Nous sommes donc arrivés à l’hôtel, j’ai payé le taxi avec l’argent contenu de mon portefeuille, j’ai booké ma chambre d’hôtel et alors que je m’apprêtais à payer… hop, plus de porte feuille dans ma poche. Une poule a qui on a coupé la tête (j’en ai déjà vu quand j’étais petit) n’aurait pas plus couru dans tous les sens que je l’ai fait à ce moment là.

Volatilisé…

Encore aujourd’hui (je finis d’écrire ma chronique 2 semaines plus tard), je ne comprends pas ce qui est arrivé. Entre le moment où j’ai payé le chauffeur de taxi en sortant de l’argent de mon portefeuille (je me rappelle très clairement l’avoir remis dans ma poche) et le moment où je voulais payer la chambre, il ne s’est pas écoulé 10 minutes. Je n’arrive tout simplement pas à m’expliquer ce qui s’est passé. Le meilleur scénario que je peux imaginer c’est que quelqu’un a du profiter du moment où je sortais les sacs à dos taxi pour me faire la passe.

Il fallait être là pour me voir faire une fouille digne des aéroports à la dizaine de sri lankais qui se trouvait là (y compris le chauffeur de taxi qui était encore là… et son taxi).

Concrètement, j’ai perdu mon passeport, mon permis de conduire, ma carte d’assurance maladie, mes photos type passeport pour d’éventuel visa, ma carte de crédit, mon argent américain et un peu d’argent sri lankais et indien. En fait, seulement ma carte de débit a survécu à l’attaque. Fort heureusement, outre mon passeport, c’est la chose la plus importante pour moi depuis le début du voyage en Asie (c’est très rare qu’on peu payer avec la carte de crédit alors je sors tout mon argent avec ma carte de débit dans les guichets).

Pour les voyageurs avisés qui auront lu le dernier paragraphe, une question vous viendra surement en tête; mais pourquoi il a mis tous ses affaires dans le même portefeuille… quel nul. En effet, quel nul. Pendant les 6 heures que j’ai passé à l’aéroport à attendre, il m’est venu l’idée de génie de tout mettre mes œufs dans le même panier. Je voyage avec 3 portefeuilles et j’ai l’habitude de séparer les éléments dans chacun afin d’éviter ce genre de situation. Je ne sais pas qu’est-ce qui m’a passé par la tête puisque c’est bien la pire chose à faire et je ne fais jamais cela en temps normal. Il aura donc fallu que la fois ou je fasse le con correspondent à la fois ou je me fais voler. Est-ce qu’il y a des hasards dans la vie, j’en doute de plus en plus.

En résumé, il aura fallu moins de 10 minutes pour retransformer mon voyage en calvaire. Entre vous et moi, on dit généralement qu’on frappe le mur du voyageur après 3 semaines, 1,5mois et 3 mois… ben le 1.5 mois venait de me rentrer dedans S O L I D E.

Le lendemain matin, j’entreprenais donc mon séjour au Sri Lanka en allant visiter l’ambassade canadienne. Arrivé à l’ambassade, je me suis fais accueillir et servir par des sri lankais. Pas que j’ai quelque chose contre eux, au contraire, mais bon… quand tu t’es fait volé ton portefeuille avec beaucoup d’objet de valeur dedans, que 2 semaines plus tôt tu as eu un accident de scooter et que depuis tu regardes les blessures anodines du début empirer de jour en jour, bref quand tu es sur le bord de craquer et que tu vas dans l’ambassade de ton pays… comment dire… tu t’attends à avoir le soutien d’un compatriote.

La tension a donc monté un peu (bon, je l’avoue, j’ai pété ma coche). Quelques secondes plus tard, j’entendais un  »qu’est-ce qu’on peut faire pour vous? » typiquement québécois. Quand tu es à l’étranger au bord de craquer et avec les larmes aux yeux parce que même à ton ambassade tu ne te sens pas le bienvenue, je sais pas pour vous, mais bon…

J’ai donc passé l’avant-midi en compagnie de ce québécois qui m’a expliqué toute la procédure à faire pour avoir un nouveau passeport. J’aurais très bien pu avoir un passeport temporaire de 1 ou 2 ans en 1 ou 2 heures, mais bon, puisque je ne sais pas combien de temps je serais parti et que la très grande majorité des pays demandent qu’il reste au moins 6 mois à ton passeport avant de ne plus être valide quand tu entres dans le pays, j’ai cru bon d’avoir un nouveau vrai passeport.

J’en ai aussi profité pour lui demander les qualifications qu’il faut pour travailler dans une ambassade canadienne. Disons simplement que ma bad luck n’est peut être pas arrivée pour rien puisque j’ai le profil de l’emploi héhé.

La première étape pour avoir un nouveau passeport était d’aller au poste de police pour avoir un rapport officiel de l’incident. À l’ambassade, on m’avait dit que ce ne serait pas très long et que la procédure était facile…

Ouin, disons simplement que j’ai eu mon rapport après avoir passé 3 belles heures au poste. J’ai même passé l’une de ces heures dans le bureau du directeur du poste à compter les points sur le mur pendant qu’il faisait comme si je n’existais pas. En fait, il n’avait aucune envi de m’assigner un policier pour faire un rapport… en anglais. Il m’a même plusieurs fois dit d’aller à un autre poste de police pour l’avoir. Je crois que ce sont mes yeux complètement désespérés le fixant à chaque fois qui ont fini par le faire changer d’idée (oui oui, croyez moi je peux faire pitié et je ne faisais même pas semblant). J’ai donc fini par avoir mon rapport de police.

Prochaine étape, la prise de photo pour le passeport. Je ne sais pas pour vous, mes de prendre une photo de passeport avec une barbe de 3 semaines en étant tout en sueur, je ne crois pas que c’est l’idéal. Je vais ressembler à un vrai robineux sur mon passeport et je me doute bien que cela me vaudra quelques questions supplémentaires aux douanes.

Tout cela pour dire que ma demande est en route. Cela devrait prendre 2 semaines et pendant ce temps, je peux voyager à ma guise à l’intérieur du pays. Le timing est excellent puisque je reste au pays pendant 3 semaines et que je repars par Colombo. J’irais donc piquer une jasette à mes amis de l’ambassade avant de partir.

Même si la procédure pour avoir un nouveau passeport a été longue et fastidieuse, ce n’était rien par rapport à ce qui m’attendais pour annuler ma carte de crédit en m’en faire livrer une au Sri Lanka. Afin de pouvoir me faire livrer ma nouvelle carte au Sri Lanka, plus précisément à l’ambassade canadienne, j’ai du passer au travers d’un immense questionnaire à propos de mon historique bancaire. À la fin du questionnaire, la femme a fini par me dire que j’avais échoué le test et que ce serait impossible de délivrer ma carte à l’extérieur du Canada. J’ai donc demandé à repasser le questionnaire; Impossible. J’ai ensuite utilisé l’argument du désespoir en scandant que les questions étaient à propos de ma vie… On parlait de ma vie… Rien n’y a changé. Elle s’apprêtait à raccrocher quand j’ai utilisé le 2ème argument du désespoir;  »je veux parler à votre supérieur ».

Tadam… Je lui ai livré mon speech de chien battu, il m’a refait passé le test, je me suis concentré comme jamais et j’ai passé le test.

Je me suis donc réconcilié avec mon voyage en fin de journée en allant marcher le long d’un magnifique parc linéaire bordant l’océan en plein cœur de Colombo. De là, on pouvait apercevoir de gigantesque vague frapper le rivage de la ville jusqu’à l’horizon.

Le lendemain, ayant l’intention de décompresser un peu (donc rien faire de la journée), je fais la grâce matinée jusqu’à… 8h. Il faut savoir que depuis le début de mon voyage, je me lève entre 5 et 6h du matin, c’est-à-dire quand le soleil se lève. C’est tôt, mais quand on pense qu’il ne se passe plus rien dans la majorité des villes où vous allez après le coucher du soleil (donc vers 7h-7h30), vous modifiez votre rythme de vie en conséquence.

Vers 8h30, j’ai donc tout bonnement décidé d’aller voir à la gare pour les horaires de trains vers ma prochaine destination; Ella. Le prochain train partait à 9h… 27 minutes plus tard.

Avant même d’avoir contacté le département repos de mon corps, ma bouche disait au commis ‘’I’ll take one ticket (je vais prendre un billet)’’.

Quelques secondes après la bourde de ma bouche, mon cerveau a allumé; il te reste 27 minutes pour retourner à ton hôtel, faire tes bagages (disons qu’ils étaient pas mal un peu beaucoup défaits après avoir cherché mon portefeuille la nuit d’avant), checker out de ton hôtel, retourner à la station de train, trouver ton train dans la plus grande station du Sri Lanka (vraiment facile en comparaison aux stations de trains en Inde).

Eh bien, à 8h57 j’étais dans le train… pour apprendre qu’il allait partir 30 minutes plus tard en raison d’une défaillance.

Mon voyage était donc remis sur les rails… Après tout, le meilleur moyen de ne pas s’apitoyer sur son sort est de s’occuper l’esprit… en voyageant.

Catégories : Sri Lanka
Publié par Nicolas Pare le 1 mai 2013
4 Commentaires Poster un commentaire
  1. 05/1/2013
    francis

    Ouin ben tu as l’air d’aimer beaucoup (NOT) les gens que tu rencontre LOL!!!

    Réponse
  2. 05/1/2013
    Gauthier

    Un bon récit, mais pour toi toute une frousse…..

    Réponse
  3. 05/1/2013
    Faf

    Une photo vaut Mille mots!

    Réponse
  4. 05/2/2013
    Nik

    Désolé pour le manque de photo… Mon ordi est en train de lacher et j’écris tous mes articles dur mon iphone

    Réponse

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires