Aller au contenu principal

Épisode 25 – Borneo Express

Septembre 2013

SEE YOU… NOT SOON… INDIA

Après plus d’une semaine à végéter à Manali (Nord-Ouest de l’Inde), je me suis finalement résigné à prendre un bus de nuit… à la dernière minute… j’ai fait un acte de foie envers les transports en commun indien en espérant qu’il n’y ai pas de pépin… pour me rendre jusqu’à Delhi (frisson dans le dos) en vue d’y prendre l’avion qui allait enfin de faire déguerpir de l’Inde POUR DE BON…

D’une durée théorique de 14h, il m’en aura fallu moins de 11 pour atteindre l’objectif. En d’autres mots, le conducteur était un vrai MALADE. Autant j’étais toujours d’un calme olympien depuis mon arrivé en Inde, ayant accepté que je n’étais pas à l’abri d’un accident, loin de là, autant j’avais une maudite chienne dans ce bus. Je trouvais cela complètement ridicule d’avoir un accident à la veille de mon départ. Tout s’est heureusement bien passé… mais je ne prédis pas une très longue vie à ce jeune conducteur…

Arrivé à Delhi, j’ai complètement évité la ville… merci métro… pour me diriger directement à l’aéroport. Arrivé là-bas à 7h du matin, j’ai attendu qu’on procède à l’embarquement de mon vol dans le lobby jusqu’à 17h… l’une de mes plus belles journées héhé.

Un premier vol sans embuche et je me retrouvais désormais dans le gigantesque aéroport de Bangkok… pour 6h… en plein milieu de la nuit.

Afin d’économiser 300$, vous seriez prêt à faire quoi? Sachez que pour ma part, je suis prêt à prendre 2 billets d’avion au lieu d’un seul. En clair, j’ai booké un vol Delhi-Bangkok et un autre Bangkok-Kota Kinabalu via Kuala Lumpur. En très clair, arrivé à Bangkok, je n’avais pas la possibilité de faire un transfert… donc de rester dans le terminal. J’ai plutôt du passer par la douane, pour ensuite récupérer mon sac et rentrer à nouveau dans le terminal. C’est le prix à payer pour sauver 300$… pas si mal.

1:00 – Aéroport de Bangkok
J’étais alors incapable de dormir même si j’en avais très envi… mon cellulaire n’avait plus de batterie et je n’avais pas passé l’enregistrement. Je risquais donc de rater mon vol, 5h plus tard, si je passais tout droit (une fois l’enregistrement passé, il n’y a plus de problème puisque si tu ne te pointes pas à la porte au moment de l’embarquement, ils appellent ton nom à l’intercom). Il me fallait donc rester éveiller encore 2 petites heures le temps que mon vol soit appelé à l’enregistrement.

J’ai donc tué le temps en m’offrant des sushis. C’est le 1er repas que je mange autre que du végétarien depuis 6mois. Un vrai délice; des sushis qui semblaient être frais, du wasabi, de la sauce tériaki et du gingembre…mmm… Je me gâtais fort pour mon anniversaire de 6mois de voyage…

IMG_1179

3h15 – Malgré mes efforts pour rester éveiller… je me suis quand même endormi. Heureusement, des asiatiques qui tentaient de voler mon spot de « camping » m’ont réveillé en sursaut alors qu’on procédait au début de l’enregistrement pour mon vol. Pour une fois que des chinois sont utiles. Merci à vous autre ma gang de zieux bridés au teint jaunâtre.

IMG_1187

À cette heure de la nuit, l’aéroport de Bangkok tournait au ralenti. J’ai ainsi procédé à mon enregistrement, passé les douanes et je me suis rendu à ma porte d’embarquement en moins de 5min. J’étais TOUT FIN SEUL à chaque étape… tellement que je me demandais si j’étais au bon endroit.

IMG_1204 IMG_1209IMG_1213

Après un 2ème vol sans histoire, je me retrouvais maintenant à l’aéroport de Kuala Lumpur pour quelques heures. Cet aéroport est d’un zen (tranquillité) déstabilisante. L’aéroport avait beau être bondée, ça ne paraissait pas le moins du monde puisqu’il n’y avait aucun bruit.

Tout comme Bangkok, ce n’est que parti remise pour Kuala Lumpur puisque j’y retournerais dans quelques mois lorsque j’entreprendrais mon périple de Singapour à Hanoi.

Au moment d’écrire ces lignes, je me trouve étendu sur une série de banc près de ma porte d’embarquement et je me sens fatigué comme jamais. Il est simplement 11h de l’avant-midi… mais je n’ai pas dormi depuis 2 nuits (bus de nuit + avion).

Direction Kota Kinabalu…

MALAYSIA TRULY ASIA

Traduction du titre… qui est en fait le slogan du pays; « La Malaisie; Vraiment l’Asie »

Salamat Datang (bonjour/bienvenue en Malay)

Voici donc un petit bourrage de crane nécessaire à la compréhension de mes aventures des prochaines semaines…

Je débarque donc sur l’ile de Bornéo, considéré comme la 3ème plus grosse ile au monde après le Groenland et Sumatra (Indonésie), plus précisément à Kota Kinabalu, plus grosse ville de l’île. On retrouve 3 pays sur cette île; le Brunei (très petit pays), l’Indonésie (l’une de leur ile parmi tant d’autre) et la Malaisie où je me trouve présentement…

Je n’apprendrais rien à ceux qui sont déjà allé en Malaisie, mais pour ceux pour qui le nom de dit pas grand-chose d’autre que Kuala Lumpur et les Tours Petronas… parmi les plus hauts bâtiments au monde… la Malaisie est constitué de 2 sections bien distinctes; la péninsule malaysienne, comprenant Kuala Lumpur et ceinturée par la Thaïlande au Nord, Singapour au Sud et l’eau à l’Est et à l’Ouest et la Malaisie/Borneo, vous vous en douterez sur l’ile de Borneo et séparé en 2 États bien distincts; le Sarawak et le Sabah, le dernier étant l’état où je me trouve.

Concernant le peuple malaysien, vous êtes probablement comme moi… des indiens ce n’est pas tout à fait comme des asiatiques et pas aussi noir que des noirs… des japonais ça a les yeux bridés, c’est vieux et ça fait de bons jeux vidéos… les chinois ont les yeux bridés et sont laids… les indonésiens sont des indiens avec de beaux colliers de fleurs autour du cou… les thaïlandais sont des hommes déguisés en femmes… les philippins ressemblent à des hommes primitifs… mais les malaysiens ça ressemblent à quoi?!? Eh bien, sachez que les malaysiens sont un mélange de toutes les nationalités ci-hautes, principalement de chinois et d’indonésiens.

Comme je le disais précédemment, ma première destination se nomme Kota Kinabalu, que j’ai déjà affectueusement rebaptisé Kota K. À la base, la ville se nommait Jesselton, mais à la fin de 2ème Guerre Mondiale, la quasi totalité de la ville avait été détruit par des bombardements, etc. Ils ont alors décidé de repartir à zéro en 1950 avec un nouveau nom (Kota Kinabalu), un plan d’urbanisme et en ne conservant que 3 bâtiments. Le résultat est quand même très intéressant… beaucoup plus intéressant que Chandigarh en Inde… et je ne dis pas cela parce que Chandigarh est en Inde…

Il n’y a pas à dire, l’Inde est désormais loin derrière moi… c’est comme si je passais de l’université à l’école primaire; tout est BEAUCOUP plus facile. Je suis passés de l’Enfer sur Terre à un petit paradis tropical qui pourrait facilement passer pour une ville du Sud de la Floride; c’est propre, les routes sont belles, les conducteurs sont civilisés, on n’entend aucun coup de klaxon, je ne me fais pas achaler à toutes les minutes par un vendeur de je-ne-sais-quoi et les bâtiments sont bien entretenus et ne donnent pas l’impression que la ville a été l’objet d’une attaque nucléaire il y a quelques années. Bref, c’est civilisé… c’est fou comment le changement de décor peut faire du bien.

Voici donc pour la partie informative… passons maintenant à la section très peu pas beaucoup instructive…

IMG_7348IMG_7707

J’ai aussi profité de ce stop pour renouer avec mon buddy Roark avec qui j’ai partagé la route 2 fois déjà (trek dans l’Annapurna au Népal, etc.). En fait, pour dire vrai, je n’avais jamais vraiment entendu parler de Borneo… bon, le nom m’était familier, mais sans plus… avant de discuter avec lui lors de ma semaine de repos à Manali pour finalement booker un vol Inde-Borneo sur un coup de tête. Après 2 mois à voyager chacun de notre côté, nous avions beaucoup d’histoires à nous raconter. Quoi de mieux qu’un bar un peu miteux avec de la bière forte en alcool et faible en prix pour rattraper le temps perdu. Pour dire vrai, je ne me rappelle plus trop de cette soirée… hic… mais les quelques souvenirs que j’en ai me font croire que ce fut très agréable. Je me souviens notamment d’avoir vu un rat monter sur le comptoir du bar… mais bon, c’est une autre histoire. Je vous ai dit que la bière était pas cher?!? C’est tout ce qui importe héhé…

IMG_7720IMG_7729IMG_7730IMG_8635   IMG_13954IMG_7325

Au lendemain de cette soirée bien arrosée, nous avons fait les choses en grand… en fait c’est tout le contraire. Nous avons récolté toutes les informations que nous avions besoin en vue de notre tour de la Malaisie/Borneo, on a mangé toute la journée et on est allé voir 2 films. Aussi, en bon voyageur alcoolique, nous avons vite fait de retourner à notre nouveau quartier général… le bar miteux. On évite les endroits remplis de touristes parce que l’alcool coute la peau des fesses. Ça fait donc 2 nuits que je passe ici… et 2 lendemains de veille.

Notre escapade au cinéma mérite quelques lignes…

Le centre commercial dans lequel se trouve le cinéma est un gigantesque labyrinthe. Même si nous sommes 2 gars qui savent très bien s’orienter, on s’est perdu une coupe de fois avant de finalement trouver. Si tu n’utilises pas l’ascenseur… ce que nous avons appris trop peu trop tard… il est quasiment impossible de passer d’un étage à l’autre… et le cinéma était au 8ème. Comme Roark l’a si bien dit, je ne sais pas si les architectes qui ont imaginé ce centre d’achat sont de purs imbéciles ou s’ils ont fait cela volontairement. Si c’est volontaire, ils sont de vrais génies puisque nous devons arpenter chaque recoin du bâtiment pour se rendre du point A à B. En tant qu’architecte qui connait pas mal beaucoup le Code National du Bâtiment régissant la construction des bâtiments en Québec, disons que je cherchais les issus… et je les cherche toujours.

En sortant du film, nous étions tout aussi fourrés que nous l’étions à notre arrivé. Nous avons donc décidé de suivre la parade (les gens qui sortaient de la salle comme nous). ERREUR… Tous ces gens se dirigeaient vers le stationnement, qui est une souricière pour piéton (aucune sortie mis à part les rampes pour voitures). Nous étions donc pris au piège et nous avons du refaire notre chemin jusqu’au cinéma pour trouver une autre issue (plus facile à dire qu’à faire). Cette escapade dans le stationnement a malgré tout valu le coup puisque nous sommes tombés sur une section de parking strictement réservé aux femmes… What the fuck?!? J’ai alors demandé à Roark si une femme conduisant une voiture et accompagnée de 3 hommes pourrait se stationner dans ce secteur… la question est toujours sans réponse. Et vous, qu’est-ce que vous en pensez?!? Autrement, fait très cocasse… pas pour moi, mais pour ceux qui étaient avec moi… quand la porte d’ascenseur se referme, vous êtes mieux d’être d’un côté ou de l’autre. Une porte d’ascenseur qui se referme dans ce bâtiment n’est pas une lumière jaune qui signifie « met ta main dans la porte pour qu’elle s’ouvre »… oh que non. C’est une lumière rouge qui signifie « peu importe ce qu’il y a sur mon chemin, moi je ferme ». Je vous le donne donc en mille, j’ai eu une peur bleue quand j’ai voulu rouvrir la porte en mettant ma main et que celle-ci a continué sa route en se foutant totalement de mes os et de ma chair…

20130907_214639

Sinon, on s’est très vite adapté au rythme de vie d’ici. Ça fait maintenant 2 jours que nous finissons nos soirées dans des restos typiquement malaysien. À cette heure là, ce genre d’endroit est bondé et tout le monde a les yeux fixés vers la petite télévision perchée dans les hauteurs… à regarder religieusement de la lutte américaine (WWF, etc.).

IMG_7337

Il y a une chose pour laquelle on se garde une petite très grosse gêne; les bars de karaoke… qui se retrouvent en quantité industrielle partout en ville. Il est très fréquent de passer devant un endroit et d’entendre de grands classiques se faire complètement démolir; les années 80 sont particulièrement à l’honneur. En fait, si vous passez une soirée à Kota K sans entendre du Bon Jovi, Bryan Adams, Scorpion et Guns’n Roses, c’est très simple; VOUS N’ÊTES PAS À KOTA K. Tout bar qui se respecte a soit une section karaoké ou l’ensemble du bar est karaoké… il y a même des salles destinés au Karaoké en famille ou en groupe dans le cinéma où nous allons.

Pour tout dire, même si la majorité des gens sont musulmans pratiquant, je crois que la lutte et le karaoké sont les vrais religions dominantes. Quelqu’un je-ne-sais pas où, je-ne-sais pas quand m’a déjà dit « Karaoke is Asia (le karaoke c’est l’Asie) » et je commence à le croire sérieusement. On dirait que tout le monde ici a une envie viscérale de se faire humilier devant un public à chanter comme une casserole. Mention honorable, c’est une mélodie à mes oreilles après avoir entendu toutes ces femmes « chanter » en Inde (si un cri strident peut-être interprété comme de la musique).

5 10 IMG_771620130910_17585113

SAPI ISLAND

Bien que Kota K soit en bordure de la mer de Chine, il n’y a pas de plage à proprement parler sur l’île. Pour prendre un bain de soleil et/ou aller taquiner les poissons, il faut prendre un speedboat (bateau rapide) jusqu’à l’une des 5 petites iles situées à quelques kilomètres au large de la ville et formant le Tunku Abdul Rahman National Park…

Oui, je sais… ma vie est difficile.

Pour cette 1ère aventure en sol Malaysien, nous avons choisi Sapi Island, la plus petite des 5 îles.

2 3

Se rendre sur l’ile fut plus compliqué que nous l’avions anticipé. Il y a des tonnes de transporteurs et les prix sont fixes, là n’est pas le problème. Le problème est plutôt qu’il a fallu qu’on tombe sur le mouton noir des compagnies de transport. Alors que tout le monde embarquait sur les bateaux, le nôtre se faisait toujours attendre, encore et encore. Pour finalement se pointer, nous embarquer à son bord… et éprouver des problèmes de moteur. Après avoir niaisé sur l’eau pendant plus de 30min, on nous changeait finalement de bateau et le fun pouvait commencer; trip en speedboat d’une vingtaine de minutes au moins pour rejoindre les iles. Comme si Dieu avait voulu nous donner quelque chose en échange de toute la perte de temps que nous avions été victime, le pilote du bateau s’est trompé d’ile… Nous avons donc vu de plus près 2 îles dont nous n’aurions pas du voir en théorie.

IMG_7406IMG_7390 IMG_7407 IMG_7409 IMG_7423

Que veut dire Sapi en Malay? Je n’en ai aucune idée. Cependant, pour moi et Roark ça voulait clairement dire « Island FULL of chineses peoples (île pleine de chinois) ».

La plupart de ces chinois étaient là avec leur équipement de plongé au complet; masque, tuba, flotte, wetsuit… pour observer des coraux dans moins de 2-3m d’eau. Moi et Roark passions à coté d’eux sans flotte et avec pour seul équipement des petites lunettes de plongé.

Après avoir fait copain copain avec les poissons et taquiné les coraux, il était temps de faire un flip flop trek pour découvrir le centre de l’ile. En moins de 30min, nous étions de retour à notre point de départ… je vous ai dit que l’ile était minuscule… un peu plus petite qu’un terrain de football.

4 5 9

Après coup, il était temps de faire le « chinese island beer contest », qui consistait à nous bander les yeux et essayer de deviner quelle bière était laquelle. On s’occupe comme on peu sur une ile grosse comme mon cul et remplie de chinois héhé.

Après la bière, c’était le moment de faire le « after beer swim contest » qui consistait à se rendre jusqu’à un récif à un peu moins de 100m de la cote… peut-être un peu plus de 100m finalement… dans une zone non surveillé par les lifeguards. Nous étions donc les 2 seuls épais dans toutes la zone, mais ça en valait le coup; nous devions nager dans moins de 1m d’eau, dans une zone pleine de roche sur lesquelles une quantité industrielle de coquillages coupant avaient fait leur niche. C’était complètement débile avec tous les poissons qui tournaient autour de nous… hic.

IMG_7511 IMG_7524 IMG_7536 IMG_7553 IMG_75288

IMG_75391

Puis, nous avons gagné une petite ile rocheuse… un récif, à peine sorti de l’eau étant le repère de pleins de petits crabes tout noir. À notre retour sur Sapi, nous étions tous les 2 couverts de blessures et on saignait abondamment des jambes et des bras. Peu importe, l’expérience avait été formidable.

IMG_7614 IMG_7623

De retour en ville, nous en étions à notre 4ème film en 3 soirs avec le film. En arrivant un peu trop tôt, nous sommes allés faire un tour aux arcades à coté, le genre d’endroit typiquement asiatique. Ces jeunes adultes peuvent dépenser tellement d’argent dans une soirée à ces jeux, ça n’a aucun bon sang… et de toutes les personnes que j’ai vu jouer, aucune ne semblait s’amuser. Le plus navrant dans tout cela; beaucoup de ces jeunes adultes sont des parents. On pouvait en voir beaucoup complètement absorbés par les jeux vidéo… et leurs jeunes enfants, voir même des poupons, à coté d’eux en train de se tourner les pouces ou errer sur l’étage. Il y avait aussi d’autres kids qui étaient assis à coté de leur parent et s’occupait d’insérer les jetons dans la machines… vous pensez qu’il va faire quoi le kid plus tard?!? Au mieux, l’un des 2 jeunes parents s’occupe de l’enfant alors que l’autre joue au jeu…

IMG_1422IMG_7748 IMG_7746

Mon cerveau a tout de suite fait le parallèle avec le problème de la dépendance au jeu (casino) que peuvent avoir certaines personnes en Amérique. Heureusement que les enfants ne sont pas autorisés dans les Casinos sinon nous aurions des situations similaires à ce que j’ai pu voir ici.

MANUKAN ISLAND

Contrairement à hier où les nuages étaient menaçant en début de journée et où nous avions quand même pris la chance d’aller faire un tour sur Sapi, la température d’aujourd’hui ne laisse aucune place à l’interprétation; il fera beau et très chaud. Il n’y avait donc qu’une seule chose à faire; remplir notre sac de bière et aller faire une expédition sur l’une des 4 autres îles.

Notre choix s’est arrêté sur Manukan, à peine plus grande que l’ile où nous sommes allés hier. Environ le ¼ du pourtour de l’île est constitué de plages… encore une fois c’est pleines de chinois, tandis que le reste est laissé à l’état sauvage avec des récifs, etc.

IMG_7630 IMG_7641

Contrairement à hier, nous n’avons pas attendu d’être pompette avant de nous soustraire à la vue des lifeguards… nous avons entrepris de faire le tour de l’ile à la nage.

À nouveau, on se retrouvait à nager dans moins de 1mètre d’eau, au travers de récifs à demi-submergé, remplis de coraux et de poissons. Les surfaces étaient soit recouvertes de coquillages coupants, soit hyper glissantes. Il n’y avait donc pas beaucoup d’endroit pour poser les pieds afin de se reposer. Résultat; j’ai ajouté de nouveaux éléments à la collection de cicatrices que j’avais commencée hier.

4 3 220130910_121040

En moins d’une heure, l’affaire était dans le sac. J’étais alors COMPLÈTEMENT exténué, mais quelle expérience. Roark étant un très bon nageur, il avait fait le tour sans problème… pour ma part, je me débrouille ok, mais c’est surtout le fait que j’ai retrouvé mon syndrome d’invincibilité qui a fait la différence (cela ne m’aura finalement pris que 2 petites semaines, après mon trek pénible en Inde, pour recommencer à me penser invinsible).

En arpentant le très petit sentier qui faisait le tour de l’ile, nous sommes tombés sur un très gros lézard… comprendre plus de 1m de long. J’ai tout de suite pensé à un dragon de Komodo, mais on m’a plutôt expliqué que c’était des lézards Monitors. N’empêche, quand vous tombez sur l’un d’eux et qu’il bloque le sentier au complet en grognant et en sortant sa langue qui ressemble à une fourchette de fondue (vous savez avec le bout en Y), vous ne pouvez que rester de marbre et attendre qu’il passe.

IMG_7676

De retour sur la plage remplie de chinois, j’ai décidé d’aller voir ces fameux coraux qui demandaient d’être tant équipé pour être admiré (comme hier, il y avait ici plein de chinois équipé de tout le matériel de plongé nécessaire pour aller plonger au large). Après quelques minutes de recherches, je suis tombé sur un banc de poissons sublimes. Alors un peu beaucoup pompette… j’ai tout de suite commencé à pourchasser le plus beau d’entre-eux et à le toucher du bout de l’index. À chaque fois il devenait complètement fou et paniquait. Puis, après un certain temps, je me suis rendu compte que j’étais complètement entouré de poissons de petite/moyenne taille. Cela ne m’a pas empêché de continuer mon bulleing sur le plus beau poisson. Puis, certains des poissons ont commencés à me picosser et l’un d’entre-eux m’a finalement mordu. À ce moment là, j’ai commencé à déchanter et que j’ai gagné la rive en vitesse.

En fin de soirée, nous étions de retour au cinéma afin d’y voir notre 5ème film en 4 soirs. Disons que la qualité a diminué de beaucoup, voir complètement disparu…

DUTY FREE ISLAND

IMG_7755

Exit Kota K, bienvenue Labuan. Surnommé « Pearl of Borneo (La Perle de Borneo) « , c’est une petite ile d’environ 30km de diamètre composé de Labuan City, ville d’environ 100 000habitants, le reste de l’ile étant très rural. Celle-ci peut-être atteinte à l’aide d’un ferry directement depuis Kota K et sert de porte d’entrée pour aller au Brunei. C’est aussi le seul port en eau profonde de Borneo/Malaisie, ce qui fait en sorte que l’endroit est très industriel et qu’il y a beaucoup de gros bateaux à proximité du rivage.

IMG_7873 20130912_144146

Enfin, élément le plus intéressant, l’endroit était décrit comme le Las Vegas de la Malaisie… sans la prostitution… En fait, ce n’est pas compliqué, si vous avez passé beaucoup de temps en Asie et que des choses de l’Occident vous manquent; bons vins américains/européens, bonnes bières, spiritueux, cigares… bref, tout sauf de la nourriture… cette petite île est l’endroit où aller passer quelques jours. Tous ces éléments et bien plus encore s’y retrouve à des prix dérisoires. Cependant, tout cela a un prix, les accommodations pour backpacker’s sont inexistantes.

Après avoir cherché un bon bout de temps, nous avons finalement trouvé un hôtel qui entrait/défonçait un peu notre budget. Malheureusement, sur cette ile, notre budget correspond aux plus bas des plus bas de gamme… nous dormirons donc dans une chambre délabrée en compagnie de cafards.

Y-a-t’-il d’autre chose à faire sur cette île que d’en virer une me demanderez-vous? La réponse est oui…

Labuan ayant été occupé 4ans par les japonais durant la 2ème Guerre Mondiale (de 1941@1945) avant que les Alliés ne les délogent finalement, l’île comporte son lot de mémorial de toute sorte. Il y a tout d’abord « Surrender Point » (bof), l’endroit où les japonais ont capitulés et le WWII Memorial, un cimetière militaire (vous savez avec les petites pierres tombales blanches).

18 20130912_153724 20130912_153835 20130912_154453

Cette dernière visite nous a permit d’en apprendre un peu plus sur l’un des évènements lugubres s’étant passé durant la WWII à Borneo. Alors que les japonais se savaient vaincu dans un futur très proche, ils ont entrepris de faire marcher les prisonniers Alliés qu’ils avaient sous leur contrôle. Évènement très marquant de l’ile de Borneo, je vous parlerais plus en détails de cela quand j’irais à Sandakan.

Autrement, on peu y visiter des Water Village, village traditionnel dans cette partie du monde et véritable petite ville construite sur pilotis à quelques mètres au-dessus de l’eau. Tant qu’à visiter, quoi de mieux que de visiter le plus vieux Water Village de toute la Malaisie, nous nous sommes donc rendu à Patau Patau II.

2 3 IMG_7768 20130912_152119

Je sais ce que beaucoup d’entre-vous pouvez penser; « eille chose, si c’est la plus vieille, pourquoi elle a un II (2) après?!?  » Je sais pas ok… ce que je sais c’est que c’est le plus vieux bon…

L’image la plus marquante de la visite fut ce petit gars qui essayait de me rattraper… en tricycle… sur la promenade faite de planche de bois… une promenade que moi qui la parcourais à pied, je devais faire bien attention de regarder où je marchais pour ne pas me retrouver dans l’eau quelques mètres plus bas.

En voyant les photos du village, vous penserez peut-être que ces gens vivent dans la pauvreté, mais détrompez-vous. Chaque maison dont nous avons vu l’intérieur possède un très grand salon avec une grosse TV au milieu et de la porcelaine/argenterie sur tous les meubles.

IMG_7838 5 IMG_8069

BIKE TRIP AROUND THE ISLAND

En cette 2ème journée à Labuan, je m’apprête à faire ce que je m’étais pourtant juré de ne plus jamais faire il y a un peu moins de 5mois; moi et Roark nous apprêtons à louer des scooters pour faire le tour de l’ile. C’est cependant un risque calculé; les scooters semblent en TRÈS BON ÉTAT, voir flambant neuf, les routes sont en parfaites conditions, il y a des feux de circulations, des stop, bref un code de la route et les conducteurs se comportent comme des Occidentaux (comprendre ici qu’ils sont à l’opposé des indiens). À noter que personne ne klaxonne ici… ça fait du bien en maudit.

IMG_7984IMG_7987  IMG_7963 20130912_125221IMG_7941 IMG_7930  20130912_104152

Dès le départ, le scooter que j’ai hérité n’avait plus beaucoup d’essence. J’ai tout de même pris la décision de commencer le trajet sans faire le plein en me disant que nous allions tôt ou tard tomber sur une station service… je n’aurais pas pu être plus dans le tort.

Autant on pouvait tomber sur une grosse raffinerie dans chaque recoin de l’île, autant les stations services étaient rares, sinon inexistantes en dehors de Labuan City. Résultat, notre promenade s’est transformée en une course contre la montre pour trouver de l’essence. Il était minuit moins 1 quand on a finalement trouvé.

IMG_7924

Je ne sais pas si le prix de l’essence a encore monté au Canada, mais ici j’ai mi 4 litres dans le scooter et ça m’a couté 6 ringet… donc environ 2$.

Je me retrouvais donc quelques minutes plus tard à enfin rouler l’esprit en paix…

Puis, en tâtant ma poche de short, je me suis dit que quelque chose clochait. Mes shorts étaient curieusement beaucoup moins lourds qu’à l’habitude. En tapochant un peu, j’ai tout de suite compris; mon portefeuille n’y était pas…

La panique s’est alors emparé de moi « non… pas encore… je vais devoir aller à mon ambassade pour avoir un nouveau passeport »… « ma carte de crédit, ma carte de guichet, mon argent liquide… TOUT… j’ai tout perdu »…

Je devais alors être à une dizaine de kilomètres de la station service… Je me suis alors rangé sur le coté, j’ai viré de bord, pour ensuite rouler à toute allure vers la station service. Je me suis dirigé à la pompe où j’avais fait mon plein… RIEN. C’est alors qu’une des pompistes s’est dirigée vers moi et m’a lancé un « you’ve forgot something (vous-avez oublié quelque chose) » en ayant mon portefeuille au bout des bras… OUFFFF

Roark étant arrivé sur l’entrefaite… je n’ai pas eu besoin de lui faire un dessin…

Après avoir fait le tour et être allé pratiquement dans tous les recoins (ça prend moins de 5h pour visiter toute l’ile… et ça c’est en allant partout), l’endroit est assez « ordinaire ». Il manque la petite étincelle pour rendre le tout spécial; les plages sont belles, mais sans plus (eau pas transparente). Aussi, exception faite de Labuan city, il n’y a que 2 ou 3 endroits où j’ai daigné sortir mon appareil photo et encore là. Cependant, si vous aimez faire des promenades en scooter dans un climat tropical, l’ile est parfaite.

20130911_181457 10.6 8.6 7 6

Pour couronner le tout à cette belle journée et conclure notre périple ici, nous sommes allés manger dans un All You Can Eat de Seafood (vraiment haut de gamme), en plus d’acheter 2 bons vins pas cher et finir la soirée à boire sur le bord de la grève. On se gâte un peu, après tout c’était mon 6 mois d’anniversaire de voyage il y a quelques jours et pour Roark c’était hier…

IMG_8078IMG_8084

NEXT STOP; Brunei

P.S. I – La langue officielle de la Malaisie et du Brunei est le « Bahasa Melayu »… mais tout le monde emploi plutôt le mot « Malay ». Le langage est facile à comprendre pour les français/anglais puisque les mots sont très similaires, mais en version simplifié. Par exemple, Police devient Polis, Taxi devient Teksi, School devient Skool, Mère devient Ibu…

P.S. II – Depuis maintenant 1 semaine que je suis en Malaisie, peu importe où on va, il n’y a que des indiens (peau très foncée) et des philippins (petits et ressemblant légèrement à des hommes primitifs)… qui représentent la main d’œuvre bon marché… et des chinois (laid, peau pâle et qui se déplacent rarement sans un gros appareil photo autour du cou), qui représentent la très grande majorité des touristes ici. Sinon, les seuls autres blancs ici, et il n’y en a pas beaucoup, sont principalement des australiens (hey mate). Tout cela pour dire que je ne suis toujours pas en mesure d’identifier les malaysiens. Pourquoi? Principalement parce que ce peuple est un joyeux mélange de tout ce beau monde.

P.S. III – L’une des choses que j’adore depuis mon arrivé à Borneo, que ce soit en Malaisie; les prix sont fixes et bien indiqués peu importe l’endroit au on va. On paie donc le même prix que tout le monde… sauf quand on va dans des parc nationaux où les touristes se font littéralement voler (c’est au moins 5 fois plus cher pour un touriste que pour les locaux).

P.S. IIII – Depuis que je suis arrivé ici, je n’ai fait que manger de la viande… tout un contraste par rapport à mes 6 premiers mois de voyage. Tous les plats contiennent de la viande. Mon corps commençait à penser que les mets à base de viande avaient disparu de la surface de la Terre… ça fait du bien. J’ai dit le mot viande… ahhh non… eh bien viande viande viande… mmmm. Cela n’enlève rien à la superbe nourriture indienne… c’est juste que mon corps n’a pas été conçu que pour manger de l’herbe et des légumes…

P.S. IIIII – Chaque fois que je vois le drapeau malaysien, j’ai l’impression que c’est le drapeau américain, il lui ressemble comme 2 gouttes d’eau excepté que les étoiles dans le coin en haut à gauche ont été remplacées par un croisant de Lune… ressemblant à un PacMan… mangeant un soleil.

Catégories : Malaisie
Publié par Nicolas Pare le 1 octobre 2013
1 commentaire Poster un commentaire
  1. 10/14/2013
    Claudette Girard

    Cet épisode est reposant après avoir lu le numéro 23. Bye.

    Réponse

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires