Aller au contenu principal

Épisode 28 – A taste of Paradise

SEMPORNA

Fin septembre 2013

Entre le moment où je suis parti de Sukau et l’instant où j’ai posé les pieds à Semporna, j’ai appris une chose; ne jamais plus faire confiance à quelqu’un pour me booker un billet d’autobus. Le gars qui nous a réservé les billets nous a pris un bus hyper luxueux qui nous a couté la peau des fesses… asiatiquement parlant.

Arrivé à Semporna… la ville en soit n’a absolument rien d’intéressant. On me dirait que c’est une ville indienne et je n’aurais aucune difficulté à le croire. Très étendue sur le rivage et composée d’une population très pauvre, le centre-ville, où tous les hébergements se trouvent, est un gigantesque attrape touriste; les chambres, la bouffe et la bière sont à des prix exorbitants… ajoutez à cela que l’endroit a été pris d’assaut par des australiens tout droit sorti de la puberté… ou pas encore sorti. En regardant certains d’entre-eux, j’ai l’impression que je pourrais être leur père. Tout cela pour dire que je déteste l’endroit.

Heureusement, nous ne sommes pas là pour visiter la ville, mais bien pour nous envoler (bateau) vers l’une… ou plusieurs, on verra bien… des petites iles paradisiaques qui forment l’archipel de Semporna à proximité. Composé d’une bonne douzaine d’iles à plus ou moins 1 ou 2 heures au large, l’endroit est reconnu comme l’un des plus beaux au monde pour la plongé sous-marine. De plus les îles ont tout pour être sur des cartes postales.

En plus de Semporna la ville, il est possible de séjourner sur les iles de Kapalai ($$$) et Mabul ($). Autrement, toutes les autres iles sont accessibles, mais il faut y faire des excursions d’un jour et retourner sur la terre ferme en fin de journée.

Le bijou de cet archipel a pour nom Sipadan. Une excursion d’un jour sur cette ile pour y faire de la plongé coutent par contre plus de 200$ et il faut réserver longtemps à l’avance (il est possible de trouver de la place à dernière minute en raison de désistement, mais ne comptez pas trop là-dessus ou ayez beaucoup de temps devant vous). Sinon, pour des gens recherchant la tranquillité… donc des iles désertes avec de belles plages et du bon snorkeling/diving, les îles de Sabuan et Maiga sont taillées sur mesure pour vous…

En soirée, nous avons fait la connaissance de Martin et Emma, un couple d’anglais en voyage depuis 6 mois. Nous avons passé une soirée haute en alcool.

1 IMG_9138 6 4IMG_9560IMG_9550 

MABUL ISLAND

Dès le lendemain, je me suis réveillé à l’aube pour me diriger vers Mabul Island, petite île à 1 heure au large et invisible de la cote, puisque grosse que mon cul… donc très petite. Pour sa part, Roark voulait passer plus de temps à Semporna (hangover) et allait me rejoindre le dès le lendemain.

IMG_9176IMG_9174

Au premier coup d’œil, l’ile est très petite et semble remplie à trop pleine capacité de Resort de tout genre. Étant l’une des seules iles de l’archipel à pouvoir être habité, c’est un peu compréhensible. La plupart des bâtiments ne sont pas construits sur l’ile, mais sur des pilotis sur l’eau tout autour de l’ile.

Le Resort que j’ai choisi est super; océan s’étendant jusqu’à l’infini tout juste devant, personnel charmant, de la bouffe à volonté et parfaitement orienté plein Ouest… donc couché de soleil magnifique à prévoir. Aussi, si je voulais, je n’aurais qu’à retirer l’une des planches de bois simplement clouée qui représentent le plancher de ma chambre pour voir l’océan sous mes pieds héhé… mais bon, je me garde une petite gêne… pour l’instant.

IMG_9393IMG_9396

SNORKEL IN KAPALAI

À peine arrivé là-bas que je m’embarquais pour aller faire un trip de snorkeling à environ 1h de là près de Kapalai Island… île qui n’en est pas vraiment une puisque c’est essentiellement un gros banc de sable créé par l’homme… qui disparait complètement sous l’eau pas grande marée où avec des vagues intenses. Sur ce banc de sable on retrouve 1 ou 2 Resorts de luxe. Bref, pas le genre d’endroit que je peux me payer. Ma seule chance d’approcher cette ‘’ile’’ était donc avec un masque et un tuba.

Tout comme l’ile, le récif tout autour a été créé artificiellement. Pour ce qui aime voir des coraux de toutes les couleurs et plus beaux les uns que les autres, ce n’est pas l’endroit. En revanche, pour ceux qui voudraient voir une TONNE de poissons, c’est l’endroit où aller. J’étais littéralement entouré de sushis de toute sorte et toute grosseur; des plus minuscules, au plus gros… en permanence.

Je prenais un malin plaisir à nager à toute vitesse dans les bancs de poissons pour qu’ils se sauvent de tout bord tout coté. À un certain moment, j’étais complètement entouré de beaucoup de petits poissons… je n’avais alors qu’à bouger la main dans une direction pour que tous les poissons dans cette direction s’écartent. Une fois mon bras revenu le long de mon corps, les poissons reprenaient leur place… wow, j’ai du faire cet exercice un bon 10min tellement je m’amusais comme un petit fou. Il y avait aussi des espèces de poisson-oiseaux ou oiseau-poissons… bref, je ne sais pas. Ce que je sais c’est qu’ils sortaient de l’eau pour ensuite franchir 30-40m à toute vitesse et replonger dans l’eau.

Une fois revenu sur la terre ferme de ma petite ile, j’ai entrepris de faire le tour en compagnie de 2 jeunes allemands…

À un certain moment, j’ai voulu aller faire une trempette dans l’eau. Quand j’ai commencé à me baigner, il y avait déjà 2 enfants dans l’eau et très loin de moi… puis, ils sont venu me voir… et enfin je suis sorti de l’eau et ils m’ont suivit… pour que je réalise qu’ils étaient complètement nu… un garçon et une fille de 10-12ans. Vous auriez du voir ma tête lorsque j’ai réalisé qu’ils n’avaient aucun maillot; je ne savais plus ou regarder tellement j’étais mal. J’ai donc pris la poudre d’escampette assez vite.

Moins d’une heure plus tard, nous étions de retour à notre point de départ. Même si l’île est minuscule, elle regorge de trésors; que ce soit le village très rustique qui occupe le centre et environ le 1/3 de l’ile, les luxueux bungalows sur pilotis au large, comme on en voit dans les films, les fils d’électricité qui sont à hauteur d’homme… entk à ma hauteur d’homme… et dans lesquels je reste coincé, l’endroit n’est pas simplement une destination soleil. En fait, ce n’est pas une destination soleil puisque les plages sont très ordinaires… ceux cherchant une belle plage tranquille pour se baigner et prendre un bain de soleil devraient passer leur chemin. Par contre, c’est l’endroit tout désigné pour ceux désirant relaxer, faire du snorkeling et SURTOUT pratiquer la plongé sous-marine.

Voici donc quelques infos intéressantes… ou pas… c’est selon… à propos de Mabul island. Les Resorts de tout genre et pour tous les budgets… il y en a des TRÈS luxueux… comme on voit dans les films… de gigantesques complexes sur pilotis au-dessus d’une eau d’un bleu clair avec une multitude de poissons visible des passerelles. Un truc maison pour pouvoir entrer et circuler librement dans ces Resorts qui ont des gardiens à l’entrée (donc quand la passerelle sur pilotis touche terre); faire semblant de rien, ne pas leur demander si tu peux aller voir 5min, fermer ta gueule, marcher comme si tu savais où tu t’en allais et passer les gardiens… et vlan… te voila à te promener dans les Resorts luxueux. Ahhh, être un maillot de bain, pas de chandail, avec un masque de plongé sur la tête et des palmes dans les mains aide aussi à rendre le tout plus crédible…

Tous ces Resorts côtoient un très village de pêcheurs très pauvre. On aurait dit que la presque totalité de la population était constituée de jeunes de moins de 15ans. Où sont les parents?!?… aucune idée… tellement que j’ai pensé que cette ile pourrait en fait être un orphelinat; tu donnes naissance à un enfant non désiré, Mabul Island est là pour régler ton problème. Ajoutez à cela que cette population d’adolescents pré pubères est en nombre beaucoup trop important… en clair, il y a surpopulation. Un jour ou l’autre, ils vont avoir à prendre le taureau par les cornes et régler le problème… mais bon… c’est une autre histoire… relisez mes histoires sur l’Inde si vous voulez m’entendre parler de pauvreté…

IMG_9476IMG_9472IMG_9458IMG_9465IMG_9452IMG_9305IMG_929413IMG_9421IMG_9434IMG_9412IMG_9262IMG_9251612

Après, il ne restait plus qu’à attendre le clou de la journée; le coucher de soleil. Le moment venu, j’étais au rendez-vous bien assis sur ma chaise au bout du quai. À ce moment, un très petit bateau est passé tout près devant nous. À peine hors de l’eau, il avait à son bord un jeune garçon… qui pagayait… est un très très jeune garçon… qui enlevait l’eau de l’embarcation avec un contenant en plastique. Je sais très bien que ces enfants sont surement hyper pauvre et que c’est la raison pourquoi leurs parents ne peuvent leur offrir un meilleur bateau… mais une partie de moi était jalouse et aurait voulu être l’un d’eux. Comme quoi, l’eau est toujours plus bleue chez le voisin (j’ai adapté le dicton à mes conditions de vie actuelle). Malgré la présence de nuages, qui m’ont empêché de voir le soleil disparaitre dans l’eau, ça en valait le coup. De toute façon, ce n’est que parti remise pour demain…

IMG_9521 IMG_9515 IMG_9511 IMG_9509 IMG_9506 IMG_9505IMG_9344

Le lendemain matin à la 1ère heure, j’ai pris mon masque/tuba et mes palmes et j’ai entrepris d’aller faire du snorkeling par moi-même. En effet, la totalité des sites de snorkeling/plongé sur Mabul sont à au plus une centaine de mètres du rivage. Il est donc facile… pour une personne téméraire… d’y aller sans avoir à payer pour un bateau… ce qui me sauve au moins 15$ de la shot. En fait, la seule raison pourquoi je me suis précipité sur la bateau d’hier est parce qu’il allait sur une autre ile et que c’était très rare…

Après quelques minutes de marche, j’étais donc à nager au travers des bungalows sur pilotis. Au départ, je ne savais pas vraiment si j’étais dans un véritable endroit pour le snorkeling, mais après quelques minutes, 2-3 bateaux remplis de chinois sont apparus et ont commencés à faire du snorkeling à l’endroit où j’étais (j’ai appris par après que les meilleurs récifs sont au travers des bungalows… à l’endroit où je me trouvais).

C’était drôle à voir, alors que j’étais parti de la berge, tout seul et sans flotte… avec bien souvent les mains dans le dos (pas besoin de faire d’effort pour flotter, il faut simplement bouger les pieds pour se propulser), j’étais entouré de chinois qui se tenaient la main… parce que certains ne savaient pas nager ou avaient peur de l’eau… en groupe de 3-4 avec guides, flottes, bouées, etc.

Les coraux étaient encore une fois assez ordinaire, mais les poissons étaient encore au rendez-vous… en plus de tous ceux que j’avais déjà vu la veille, j’ai même eu la chance d’apercevoir 2 grosses tortues… et de les suivre pendant un très long moment. Je suis aussi tombé sur un groupe de barracudas (espèces de serpent des mers), un champ d’étoiles de mer qui allait jusqu’à perte de vue et un poisson tout jaune en forme d’épée.

Puis, après plus d’une heure dans l’eau, j’ai fait mon petit bonhomme de chemin jusqu’au rivage. J’ai du me perdre en chemin parce que je me suis retrouvé sur la portion de plage du village, rempli de bateaux de pêcheurs et de maisons de fortune. De là, il me fallait maintenant regagner mon Resort… plus facile à dire qu’à faire. Je n’aurais jamais cru pouvoir me perdre sur une ile aussi petite et pourtant s’est arrivé…

C’était surréel… je portais simplement un short, j’avais mon masque/tuba sur la tête et mes palmes dans les mains et je déambulais dans les ruelles du village alors que tout le monde me faisaient des signes de la main et voulait attirer mon attention…

Lorsque je suis finalement retourné au Resort, Roark m’avait rejoint… il avait une bien meilleure mine que lorsque je l’avais vu la dernière fois héhé…

S’en ai suivit une autre fin de journée tranquille à regarder un coucher de soleil… presque sur l’eau… maudit nuages grrr…

Après maintenant 3 jours et une bonne demi-douzaine de snorkeling plus tard, il y a 2 constats à faire. D’une part, même si j’ai vu des poissons magnifiques et que le paysage est digne de cartes postales, je suis beaucoup plus dans mon élément les 2 pieds dans des bottes puantes à monter une montagne. D’une autre, même si je n’ai pas vraiment les aptitudes nécessaires (je suis un nageur très moyen), je suis tout aussi casse cou dans l’eau qu’en montagne. Outre ma première sorti ou j’ai pris un bateau pour me rendre sur une autre ile, je me suis rendu tout seul comme un grand à tous les autres sites à quelques centaines de mètres au large autour de l’ile…  et ce, armé simplement de mes palmes et d’un masque/tuba… alors que tous les autres que j’ai vu s’y rendaient en bateau avec guide et flotte.

Une autre journée s’est écoulée à m’occuper comme je l’avais fait lors des précédentes… c’est donc dire me gaver dans le buffet à volonté de mon Resort, regarder l’océan en buvant du thé, aller faire du snorkeling quelque part autour de l’ile armé de mes palmes et de mon masque/tuba, faire un somme, remanger comme un ogre…

IMG_9211IMG_9205IMG_9487IMG_9491 IMG_9363

Puis, il a fallu que je me résigne à quitter cette ile. J’ai donc pris le bateau pour retourner sur la terre ferme à Semporna… frisson de dégout. Bien que j’avais hâte de passer à autre chose, ce ne fut pas une mince tâche de quitter cette ile…

En arrivant à Semporna, on nous a dit que Mabul était une attrape touriste et que c’était très pollué… mais je n’ai rien vu de tout cela. Oui l’ile est remplie à trop pleine capacité de Resorts et de population locale, mais on s’en fou, nous n’allons pas là pour ça, on est là pour faire la farniente et/ou profiter des charmes de l’océan… et l’ile remplie amplement ces 2 critères.

Le fait demeure que je me trouvais sur une petit coin de paradis perdue au milieu de l’océan et que je n’avais qu’à aller au bout de la salle à manger de mon Resort et me pencher pour voir des poissons nager dans l’eau transparente, ou regarder droit devant et voir l’océan… océan tout d’abord d’un bleu clair sur quelques centaines de mètres, puis d’un bleu foncé jusqu’à perte de vue.

Cet endroit est tout simplement le paradis sur terre pour les plongeurs/snorkeleurs… bref, ceux qui aiment se mettre un tuba dans la bouche et braquer leur tête vers le fond de l’eau, ceux qui aime se mettre une grosse bonbonne sur le dos et s’habiller d’un one suit très moulant… et pour ceux qui cherchent une tranquillité certaine… ou une certaine tranquillité, c’est selon encore une fois.

Cependant, ceux qui recherche de belles plages pour faire du sunbathing ou pour se simplement se baigner seront très déçu… si vous êtes dans la dernière catégorie, ne vous inquiétez pas… je trouverais votre paradis très bientôt héhé…

Pour moi, c’est le plus bel endroit… paradis tropicalement parlant… où j’ai pu poser les pieds dans ma vie… point à la ligne… jusqu’à maintenant. Avec les Philippines qui s’en viennent dans peu de temps, je doute cependant que cela tienne très longtemps.

SENDING OUT AN S.O.S.

Le bateau et la promenade de 2h qui devait me ramener sur Borneo n’avaient à l’origine rien de bien attrayant. C’était sans compter les talents… inexistants… du pilote du bateau. À bord d’une petite chaloupe avec 2 touristes coréens… sans commentaire…

Donc, comme je le disais, MENTION SPÉCIALE au pilote du bateau qui a failli nous faire échouer à plusieurs reprise sur une multitude de haut fond (moins de 1m d’eau). La 1ère fois que c’est arrivé, je me suis dit ‘’bon, ça a bien l’air que c’est la route, qu’est-ce que je peux y faire’’. Puis, la 2ème fois, j’ai changé d’avis en voyant une demi-douzaine de chaloupe comme la notre passer quelques mètres à côté de nous à toute vitesse en évitant la zone à risque. Je me suis alors tourné vers le pilote et j’ai lâché un ‘’mais quel crétin’’ en français. Il m’a alors fait un sourire nerveux, du genre ‘’je vais lui faire croire que tout est sous contrôle, même si je suis dépassé par la situation’’. Le 4ème haut fond où nous nous sommes semi échoué était en fait un champ d’algue à perte de vue. On est resté immobilisé pendant un bon 15min alors que le crétin de pilote essayait tant bien que mal d’enlever les algues qui s’étaient enroulées autour des rotors du moteur. Pendant ce temps, les chaloupes nous passaient encore une fois à pleine vitesse à quelques mètres. À ce moment là, nous étions encore bien loin de Borneo et je commencais à m’imaginer des scénarios catastrophes du genre ‘’être pris au milieu de l’océan avec pilote plus con que con et 2 coréens avec les trop grosses valises qui roulent’’. Qui allaient passer par-dessus bord le 1er? En temps normal j’aurais répondu les 2 coréens, mais dans le cas présent, ils ne seraient pas mes 1ères cibles…

Puis, par je ne sais quel miracle, on s’en est sorti sain et sauf et on est arrivé à bon port.

Ce périple haut en couleur n’a pas seulement eu que des inconvénients. Le paysage était MAGNIFIQUE. J’ai pu admirer la superbe ligne d’horizon de Borneo, avec ses multiples petites montagnes, ses water villages un peu partout et sa jungle omniprésente. Il y avait aussi plein de maisons/complexes bâtis sur pilotis un peu partout au milieu de nulle part sur l’océan. On m’a par la suite raconté que ces maisons, et même parfois villages, sont occupés par des pêcheurs et que c’est leur maison. J’aimerais bien essayer l’instant d’une nuit, mais de vivre là c’est une autre histoire. Imaginez par tempête, grand vent, etc., quand ton seul moyen de transport est le bateau, bien souvent une petite chaloupe, et que la rive est à plus d’une heure.

DE RETOUR À LA RÉALITÉ

Bon, vous serez d’accord avec moi, je ne vous ferez pas trop pleurer en vous disant que je quitte cette ile paradisiaque pour retourner à ma réalité… de voyageur héhé. Je pose donc à nouveau ma maison sur le dos et je me dirige où le vent m’emportera… non, en fait, j’ai décidé de donner un petit coup de pouce au vent…

Une petite nuit à Semporna… frisson de dégout… et à la 1ère heure je prendrais un bus en direction du Mont Kinabalu, la cerise sur le Sunday de mon voyage à Borneo. De là, je finaliserais les préparatifs pour monter la montagne du même nom… qui pointe à plus de 4000m.

Roark n’ayant pas trop envi de s’attaquer au Mt. Kinabalu… je suis sur qu’il va finir par le regretter… je me sépare donc à nouveau de mon fidèle compagnon. Pour sa part, il a décidé de rester un peu plus longtemps sur Mabul afin d’y faire d’autres plongés… mais bon, je suis sur que nos routes vont finir par se recroiser avant longtemps…

P.S. – En allant manger dans un restaurant malaysien… j’ai eu de la misère à trouver un vrai restaurant malaysien avec des prix raisonnable, mais j’ai réussi… la jeune fille qui m’a servi m’a tendu un menu de touriste… en anglais. Je n’y comprenais rien moi qui est habitué à lire les indications en malay. Riz, pasta, egg (œuf), bread (pain), etc. ne me disait rien… J’ai donc demandé un menu en malay… la jeune fille était très surprise par ma demande… Enfin j’avais retrouvé mes repère; ayam (riz), mee (sorte de pasta), telur (œuf), roti (pain) etc.

Catégories : Malaisie
Publié par Nicolas Pare le 12 octobre 2013

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires