Aller au contenu principal

Épisode 40 – Sunset’n Sunburn

21 novembre 2013

DE LA MALAISIE À LA THAILANDE AVEC CLASSE

Y a-t-il pire un moyen de traverser une frontière entre 2 pays qu’à bord d’un speedboat filant à toute allure sur l’océan?!? Ma vie est pénible héhé

C’est donc à bord d’un speedboat… un vrai de vrai… un scarabée converti en bateau-bus… vous savez le bateau en forme de fusée… avec 4 puissants moteurs… que j’ai franchit la distance entre l’ile de Langkawi, où je séjournais depuis 5 jours, et Koh Lipe. En 1h, j’étais donc passé du Nord-Ouest de la Malaisie au Sud-Ouest de la Thailande. Heureusement pour nous, la température était magnifique, sans quoi je n’aurais pas donné cher de nos pauvres estomacs.

IMG_7809

Pour faire ce périple, je suis accompagné d’Annika (jeune allemande parlant très bien anglais et français… j’avais fait sa connaissance lors de mon dernier jour à Kuala Lumpur et elle m’a rejoint à mon dernier jour sur Langkawi).

IMG_7806IMG_7811 IMG_7821 IMG_7830

IMG_7827 IMG_7829

Tout juste à côté de moi, il y avait une bébé hyper mignon qui n’a pas manqué de m’amuser tout le long de la ride.

IMG_7808 IMG_7813

Fait particulier, même si la Thaïlande et la Malaisie sont parfaitement alignés Nord-Sud, il y a une heure de différence entre les 2.

KOH LIPE – L’ILE À L’EAU TURQUOISE

Après en avoir rêvé depuis tant de mois, j’y suis finalement… la Thaïlande.

IMG_7837

Je posais les pieds sur Koh (signifie ‘’île’’) Lipe, l’une des plus petites iles d’un archipel en comprenant une demi-douzaine. Ma 1ère impression du pays fut des plus positives. L’eau autour de l’ile était d’un bleu turquoise et d’une clarté impressionnante… on pouvait voir le fond par une profondeur d’environ 15-20mètres.

2 12 11 10 9 7 6 4 IMG_7910 IMG_7919

L’endroit est un petit paradis pour faire la farniente et du snorkeling (la plongé n’est pas vraiment réputé ici). D’ailleurs, il ne suffit que d’enfourcher ses palmes, mettre son tuba et nager à quelques mètres de la plage pour tomber sur de beaux sites. Il est aussi possible de faire un day trip allant d’iles en iles autour de l’archipel.

Composé principalement de 4 endroits, il est possible de boucler le tour de l’ile en moins de 2h… pour ce faire, vous armez-vous de flip flop, de votre maillot de bain, d’une carte tout sauf exacte et d’un peu de jugeote.

1er arrêt; Pattaya Beach… longue d’environ 1km, c’est la plage d’où les bateaux partent/arrivent. Puisque le bateau est le seul moyen d’arriver/quitter l’ile, cette plage est un peu bruyante. Elle comprend malgré tout son lot de restaurants, bars et resorts.

2ème arrêt; Walking Street. Véritable cœur de l’ile, cette artère pleine de boutiques, restaurants, bars, etc. connecte les 2 plages principale de l’ile, soit Pattaya et Sunrise beach.

3ème arrêt; Sunrise Beach. Longue de 2-3km, je ne vous surprendrez pas en vous disant que c’est la plage toute désignée pour regarder les lever de soleil sur l’océan dû à son orientation plein Est. C’est aussi l’endroit tout désigné pour se trouver un beau petit bungalow en bambou pas trop cher sur le bord de la beach… ce que nous n’avons pas tardé à faire.

4ème et dernier arrêt; Sunset Beach. Plage minuscule orientée plein Ouest, elle est faite sur mesure pour les amateurs de coucher de soleil sur l’océan.

VISA, ÇA ne VA pas

Que faire quand on se trouve sur une ile perdue au milieu de l’océan, que tu viens d’entrer dans le pays et que tu n’as pas d’argent, que le seul moyen de s’en procurer sur l’ile qui n’a pas de guichet ATM ou de banque est  par une avance de fond sur une carte de crédit dans un magasin… et que ta foutu banque a bloqué ta carte de crédit?!?

Via une conversation Skype/téléphone (j’adore skype), j’ai appris que ma carte avait été bloqué parce que je n’avais pas indiqué la Thaïlande dans mes destinations… pourtant, la dernière fois qu’ils m’ont bloqué, j’étais au Brunei et j’avais dit à la fille d’ajouter TOUS les pays d’Asie, même la Mongolie et l’Afghanistan pour être sur et certain que je n’aurais pas à reparler avec eux… et pourtant, j’étais encore au téléphone avec eux…

J’ai alors dit à la fille, ‘’je viens d’arriver en Thaïlande… je me trouve sur une petite ile où il n’y a pas de guichet ATM et de banque… le seul moyen de se procurer de l’argent est par une avance de fond sur carte de crédit dans une boutique… je n’ai plus d’argent américain pour échanger en bhat… comment je suis sensé me débrouiller jusque dans 3 jours?!?’’ et elle de répondre ‘’à ce que j’ai compris, vous voyagez en Asie depuis un bon moment déjà, vous trouverez bien un moyen de vous débrouiller’’… ma TABARNAK

Une chance pour moi, je voyage toujours avec ma compagne allemande Annika. J’ai donc du piler sur mon égo et lui emprunter de l’argent… ce qu’elle a fait avec plaisir…

Merci Annika Weber, je t’en dois une…

LE DÉLUGE

Je pourrais facilement vous décrire mon séjour de 2 jours sur Koh Lipe en seulement quelques mots; pluie + pluie + pluie = DÉLUGE. Je crois même avoir vu passer Néo à  bord de son arche tout à l’heure…

Depuis que la pluie a commencé à s’abattre sur nous, j’ai adopté une attitude positive… très trop positive… à chaque fois qu’Annika me regarde l’air piteux en me lançant ‘’il pleut… encore’’, je lui lançais toujours avec beaucoup d’entrain ‘’la température va être superbe demain’’ en faisant le pitre pour lui redonner le moral. Après 2 jours de pluie diluvienne, Dame Nature aura finalement eu raison de mon entrain… maintenant, je ne me fais plus d’illusion, il va pleuvoir jusqu’à la fin de mes jours… s’en est fini du soleil.

Mon seul moment de réconfort, quand je pose les yeux sur l’eau d’un bleu turquoise transparent de l’océan… peu importe qu’il pleuve à ce moment, Mère Nature ne peut rien faire pour m’enlever ce moment de pur bonheur.

En fin de journée, après plusieurs tentatives infructueuses de me lever de mon lit… c’était beaucoup trop agréable de rester étendu les yeux fermés au son de la pluie qui frappait le toit de mon bungalow… il a finalement arrêté de pleuvoir pour quelques heures… j’entrevoyais même des parcelles de ciel bleu par-ci, par-là… une 1ère en 3 jours… j’ai donc sauté sur l’occasion pour faire au moins 1 chose de ma journée

IMG_7916

Armé de mes googles (c’était un mot avant de devenir Google), je suis allé piquer une jasette avec les gentils petits poissons (j’espère qu’ils sont gentils). Sur Koh Lipe, il suffit d’aller à l’extrémité Sud-Est de Sunrise Beach et de nager 20-50mètres pour tomber sur des coraux (vraiment pas beau) mais comportant une bonne quantité de poissons de toutes les couleurs, notamment quelques némos blanc et rouge dans des anémones.

À la recherche d’un peu d’aventure, j’ai décidé de m’attaquer à une ile un peu au large… bon, elle était beaucoup plus loin que je l’aurais cru mais je l’ai atteinte… en chemin, j’ai failli rebrousser chemin, mais je m’en suis tenu au plan initial; j’allais atteindre cette grosse roche coute que coute. Bien que j’ai constamment touché le fond et que je sois resté dans l’eau turquoise (il n’était pas question de s’aventurer dans l’eau bleu sombre… et donc profonde), les vagues se faisaient de plus en plus fortes à mesure que j’avançais… et l’ile n’était toujours pas à proximité. Je me sentais alors de plus en plus con… cependant, je me disais que je n’avais pas fait tout ce chemin pour rien alors je continuais. Je l’ai finalement atteint, mais j’ai rebroussé chemin tout de suite… l’eau n’était plus vraiment chaude… en fait, j’avais tellement froid que mes 2 bras étaient engourdis. Il fallait maintenant que je revienne sur Koh Lipe…

DIRECTION KRABI

Après 2 jours passés sur Koh Lipe, je quitte l’ile à reculons. Je n’ai eu que du mauvais temps, mais l’ile est magnifique. On est en plein milieu de la haute saison touristique, il pleut à siaux depuis 3 jours et les prévisions sont encore plus sombres… pour moi ce n’est pas si pire puisque je voyage depuis un bon moment… c’est cependant plus ordinaire pour ceux qui ont 1 ou 2 semaines de vacance par année et qui sont venu en Thaïlande en se disant que c’était une destination avec du soleil garanti.

En quittant Koh Lipe, je me sépare donc de Annika, qui retournera tranquillement mais surement vers Bangkok dans les prochains jours afin de retourner chez elle, sont voyage de 3 mois en Asie étant terminé. Nos discussions tantôt en anglais, tantôt en français, tantôt en franglais vont me manquer.

C’est donc sur une mer déchainé et avec une pluie torrentielle qui s’abattait sur nous que j’ai fait le trajet de 2h qui sépare Koh Lipe et la cote thaïlandaise à bord d’un speedboat et piloté par un pilote qui semblait être payé à l’heure puisqu’il mettait plein les gaz sans se soucier de nous.

IMG_7932

Je ne vous mentirais pas, au départ je jubilais… j’avais le grand sourire quand le bateau frappait les vagues à pleine vitesse et j’adorais voir la mer, le ciel, la mer, le ciel… enfin, vous comprenez…

Après 1h, le sourire avait disparu de mon visage depuis un certain temps… et le festival du vomis avait commencé depuis quelques minutes… j’ai même eu l’honneur d’avoir la 1ère personne qui a vomis juste à côté de moi… yééé.

je pouvais voir la concentration sur le visage de ceux qui m’entouraient… ceux-ci pouvait voir cette même concentration sur mon visage… une concentration qui, si elle faiblissait un temps soit peu, résulterait à avoir la tête dans un sac à se vider l’estomac.

Une fois sur la terre ferme, les traits de tout le monde étaient tirés et il ne restait absolument rien de sec sur moi et mes sacs étaient détrempés… merci sacs de compression waterproof.

En moins d’une minute, je localisais mon contact et je me retrouvais dans une minivan… avec l’air climatisé dans le tapis… roulant à pleine allure en direction de Krabi Town… quelques 7h plus loin.

KRABI TOWN

Après une journée haute en émotion, je me retrouvais à Krabi Town, la capitale de la province du Krabi sur le cote Ouest de la Thailande, sous une pluie toujours batante. Heureusement pour moi, mon transport m’a déposé directement dans le petit centre-ville et les hostel pullulaient. J’ai donc vite trouvé chaussure à mon pied. Je me suis dans ma chambre à double tour, j’ai ouvert la télé et j’ai tenté au plus vite d’oublier cette journée infernale.

Krabi town n’a pas vraiment de charme. Son attrait réside plutôt dans le fait que c’est la porte d’entrée logique pour Railey/Tonsai Beach et Koh Phi Phi, 2 des joyaux de la Thaïlande. Dans le premier cas, il s’agit de 2 plages ceinturées par des caps rocheux et réputé comme étant les plus belles plages et le plus bel endroit du pays. Dans le second, l’ile a été rendu célèbre en raison de la présence d’une petite ile où a été tourné un film culte; ‘’The Beach’’ avec Leo Dicaprio… ça vous dit quelque chose.

Seul éléments intéressants de K Town; le Night Market. Qui dit Night Market dit bonne bouffe en grande quantité et pour pas cher… et c’est exactement ce à quoi j’ai eu droit. Malgré le fait qu’ils travaille dans des conditions précaires… une cabane à patate frite au Québec serait considérée comme une cuisine de luxe comparativement à la leur… et malgré le fait que leur menu était presque aussi épais que la Bible… le service était hyper rapide et la nourriture plus qu’excellent. Bref, un délice.

Il ne restait plus qu’à aller me coucher et espérer que Dame Nature ait fini son show de son, lumière et pluie afin de me diriger vers Railey Beach.

RAILEY BEACH – PARADIS DE L’ESCALADE SUR FOND DE PARADIS SUR TERRE

De la manière dont ma journée avait commencé, il n’y avait aucun moyen de prévoir que ce serait l’une de mes plus belles du voyage. Au contraire, en me levant à Krabi Town, le soleil n’était pas au rendez-vous, mais il ne pleuvait pas. Cependant, les nuages ne me disaient rien qui vaille. Ajoutez à cela que mon moral n’était pas du tout à partir à l’aventure. Bref, j’avais décidé de prendre un jour OFF à Krabi Town afin de travailler sur mon ordi, prendre un peu de repos et de profiter de la superbe et très peu cher nourriture locale. Cependant, un coin de mon cerveau se disait que depuis 3 jours, je ne faisais que blâmer la pluie pour mon inactivité et que là, il ne pleuvait plus et je ne voulais rien faire. Je me trouvais donc très con de gaspiller une journée sans pluie à ‘’rien faire (ne pas voyager)’’.

Bref, en revenant de prendre mon déjeuner, j’étais à ouvrir mon ordi, quand instinctivement, j’ai plutôt rangé tout mes trucs dans mes sacs, quitté mon hostel et marché en direction du port pour prendre le premier longboat en partance pour Railey Beach.

Une fois au port, après avoir réussit à comprendre comment la petite mafia locale (qui gère les bateaux) fonctionnait, j’étais finalement dans un bateau en bois avec 5 jeunes britanniques en direction de Railey. 45minutes plus tard, je me trouvais à débarquer sur Tonsai Beach…

1IMG_8004

Le débarquement de Normandie n’est rien comparativement au débarquement que nous avons fait un peu en marge de la plage. Une fois rendu à Railey East, l’endroit où débarque la majorité des gens , le pilote du bateau a voulu renégocier les termes de notre ententes. Nous avions pourtant très clairement demandé de nous faire déposer à Tonsai Beach un peu plus loin (et difficilement accessible avec des sacs à dos de Railey East). Il prétextait alors que les vagues étaient beaucoup trop forte pour se rendre là-bas… regardant autour de moi et ne voyant aucune vague, j’ai alors lancé un gros ‘’bullshit’’ en sa direction et ajouté ‘’we paid for Tonsai, we go to Tonsai… or… (on a payé pour aller à Tonsay, on va à Tonsai… sinon…)’’ ne donnant pas suite à ma menace. Après avoir argumenté pendant quelques minutes… et pensé pendant quelques secondes que je pouvais me passer du pilote et piloter le bateau par moi-même… il a finalement décidé d’obtempéré. En route, il a alors tenté de nous charger un excédent pour le trajet de Railey East jusqu’à Tonsai. Dans mon livre à moé, une fois qu’on s’est entendu sur un prix pour faire quelque chose, je m’attends à ce qu’une personne paie le prix discuté et que l’autre personne s’exécute. Or, quelqu’un qui tente de renégocier une entente en chemin, je ne peux pas la sentir et je deviens méchant. J’ai donc tenu la ligne dur au grand plaisir des filles qui m’accompagnaient et qui étaient un peu dépassé par les évènements.

Après avoir essayé de nous débarquer sur la mauvaise plage… j’avais fait mes devoirs la veille et je savais exactement où se trouvait Tonsai. Il a prit une sorte de revanche en nous déposant en marge de la plage dans une section de plage boueuse. J’ai tout de suite vu très clair dans son jeu, mais cela ne valait pas la peine d’argumenter avec cet épais… j’imagine que cette zone de débarquement est destinée aux personnes qui ne veulent pas payer d’extra puisque plusieurs autres bateaux on directement débarqués sur la plage…

Peu importe, je n’ai pas dit un mot et j’ai dit aux filles que nous allions débarquer ici sans rechigner… je ne voulais pas que le pilote sentent qu’il avait eu le dessus. J’ai donc sauté du bateau sans rechigner… en marchant dans le champ de boue d’une bonne trentaine de mètres, j’enfonçais au mieux jusqu’à la cheville, au pire jusqu’au genou. La plupart des 5 filles qui étaient avec moi dans le bateau n’ayant aucun, mais bien AUCUN point en commun avec un voyageur… elles étaient de véritable touristes, voyageant avec de grosses valises sur roulettes dans lesquels mes sacs à dos auraient pu entrer au moins 2 fois… devinez qui a dû porter chacune de ces foutus valises jusqu’à la véritable plage… eh oui.

Peu importe, j’étais rendu à Tonsai Beach et le soleil se pointait enfin de bout du nez après quelques jours de vacances…

Une fois déposé mes sacs à dos dans une hutte plus que confortable, comprenant tous les conforts… douche froide incluse… j’ai mis mon maillot de bain, j’ai enlevé mon t-shirt… pour ne plus le remettre avant de quitter l’endroit quelques jours plus tard. Armé de mon petit sac sur le dos, mes flip flop dans les pieds et mes googles sur la tête, j’ai entrepris de partir à la découverte de mon nouveau chez moi.

IMG_8403

Dès les premiers instants, j’ai aimé cet endroit. Situé sur le continent entre les villes de Krabi Town (au Sud) et Ao Nang (au Nord), Krabi est ceinturé par une chaine de montagne infranchissable de sorte qu’il est impossible d’y accéder par voiture ou à pied… le seul moyen est par bateau (15min de Ao Nang – 45min de Krabi Town). Même sur le continent, on a l’impression de se trouver sur une ile perdu au milieu de l’océan puisque les montagnes cachent de chaque côtés… la seule chose visible est donc la montagne derrière et l’océan devant. L’ambiance est comme nulle part ailleurs… aucune voiture, moto, c’est le paradis du piéton… et de Bob Marley, qui se fait entendre un peu partout.

Cet endroit est LE paradis tropical par excellence. En plus d’être l’endroit idéal pour faire la farniente, prendre un bain de soleil et/ou faire du kayak et arpenter la cote rocheuse et les nombreuses petites iles qui se trouvent à proximité au large, en plus d’être digne de paysages sorti tout droit des cartes postales, les nombreux pics rocheux font en sorte que l’endroit est l’un des plus reconnu dans le monde pour l’escalade. À cet effet, il ne suffit que de lever les yeux pour voir quelqu’un escalader la paroi qui vous surplombe un peu plus haut. Seul hic, les amateurs de snorkeling et de plongé vont trouver le temps long ici… puisque c’est quasi inexistant.

IMG_8022 IMG_8047 IMG_8245

Autrement, l’endroit est composé de 4 secteurs; Railey East, Railey West, Tonsai et Pra Nang Beach.

Commençons par Tonsai… c’est le repère des backpackers (comprendre que c’est l’endroit offrant les accommodations les plus abordables) et le paradis des grimpeurs. Tonsai ressemble à une véritable jungle inhabité encloisonnée entre les rocher et l’océan. Cependant, dès qu’on y pose les pieds, on se rend compte qu’il y a de la vie; une tonne d’habitations se retrouve bien dissimulé dans cette jungle. Pour ce qui est de la plage, ce n’est pas la plus belle loin de la, mais ca passe.

5 10 9

Peu importe, après avoir arpenté un sentier tout aussi technique que court, vous vous retrouvez sur Railey West… très belle plage en forme de croissants où se trouve Resorts hors de prix l’un après l’autre… Vous aurez compris, cet endroits est pour ceux qui ont les poches pleines… et je ne parle pas de pleine de sable parce que tu as été faire une trempette dans l’océan.

11 18 15 14 1270

Un petit sentier bétonné mène ensuite vers Railey East. L’endroit ne comporte aucun attrait puisqu’il n’y a pas de plage… c’est un espèce de marais. La seule raison de s’y rendre est pour quitter Railey (la plupart des bateaux quitte de là) ou se diriger vers Phra Nang Beach…

IMG_8226

Considéré comme la plus belle plage de toute la cote, Phra Nang n’a pas volé son titre… cet endroit est tout simplement super en plus d’être l’endroit idéal pour admirer le coucher de soleil.

IMG_8171IMG_8166IMG_8151444651

J’ai donc décidé d’écouter mes conseils et de regarder le coucher de soleil depuis Pra Nang… en sachant très bien qu’une fois le soleil couché, j’aurais un trèèèès long chemin à faire pour retourner à mon hostel… Phra Nang étant l’endroit le plus éloigné de Tonsai… à seulement 40min de marche… mais dans le noir le plus total. J’appréhendais surtout le sentier entre Railey West et Tonsai… et j’avais raison. Déjà que ce n’était pas évident en pleine journée, le soir avec une simple lampe frontale n’était pas de tout repos. D’une durée d’environ 20min, le trek n’est pas évident, j’ai du me concentrer pour ne pas prendre une débarque. À un moment, j’ai croisé un groupe d’environ 10 personnes allant dans l’autre direction… sans aucune lampe. J’ai alors entendu l’un d’entre-eux dire ‘’guys, we are almost there, just 10m, you can take some rest (les gars, plus que 10m et on est rendu… vous pouvez donc souffler)’’… je ne sais pas pour vous, mais moi je n’ai besoin que de 0.5 mètres pour me planter et me blesser sérieusement. Je ne me relâcherais donc pas avec 10m à faire.

IMG_8398

La morale de la journée, quand tu te réveilles, que tu te sens comme un merde et que tu préfères te pogner le cul toute la journée plutôt que sortir dehors (comme moi ce matin), tu n’es qu’à un coup de pied dans le cul d’une superbe journée. Le plus dur est de se lancer… ensuite tout s’enchainera par soi-même.

‘’TAKE A KAYAK’’

(Céline Dion en direct sur CNN après que l’ouragan Katrina ait dévasté la Nouvelle-Orléans il y a quelques années…)

J’aurais finalement écouté notre Céline nationale… quelques années trop tard, mais bon… il vaut mieux tard que jamais.

De 9am à 3pm, j’ai pagayé, pagayé et pagayé.

IMG_8426 IMG_8428

Juste avant de quitter pour la journée à bord de mon kayak, le gars qui louait les kayaks m’a expliqué tous les bons endroits à aller. En terminant, il m’a lancé ‘’ahhh, and if you look for some chalenge, you could go to those islands in front, it takes an hour… (ahhh, et si tu es à la recherché de défi, tu peux aussi aller sur les iles qui se trouve en face… ça prend environ 1h)’’.

Je vous laisse donc deviner ce que j’ai fait…

69 IMG_8471 IMG_8548

À tout  moment, je m’arrêtais, je mettais mes 2 pieds dans l’eau de par et d’autre du kayak et je me pinçais pour vraiment croire où je me trouvais et qu’est-ce que j’étais en train de faire; j’étais au beau milieu de l’océan loin de la cote et encore très loin des iles…

IMG_8467IMG_8601

1h30 plus tard, j’avais finalement atteint la plus grosse des iles composant le petit archipel. J’étais alors à bout de force, au bord de l’évanouissement et comme si ce n’était pas suffisant, je ne voyais plus d’un œil après m’être foutu de l’esti de crème solaire dedans. Bref, je me demandais bien comment je reviendrais jusqu’à la terre ferme. Pour l’heure, j’allais profiter du moment et faire une siesta bien méritée.

72 71IMG_8534 IMG_8539

La réalité m’a ensuite frappé en pleine face; j’allais devoir revenir sur la cote… qui se trouvait trèèèès loin… sous un soleil de plomb… et sans eau… à boire.

57 68 73 IMG_8586 IMG_859275 78

Curieusement, le retour a été beaucoup moins long et pénible que l’allée. C’est difficile à expliquer puisque j’étais à moitié mort à l’allée et complètement détruit au retour. J’ai ensuite parcouru la demi-douzaine de pics rocheux qui sortent de l’océan à proximité de la cote. Pour l’instant c’est très cool puisqu’on peu passer en dessous en kayak… mais un jour, et je suis content que ce n’est pas été aujourd’hui, ces pics vont s’effondrer… puisque leur base est grugée par l’eau et s’effrite de plus en plus… alors que le poids au-dessus reste le même.

IMG_8893 IMG_8993 IMG_8992 IMG_8953 IMG_8936 IMG_8930 IMG_8918

J’ai ensuite trouvé une gentille petite plage orientée vers le coucher de soleil et inaccessible autrement que par bateau ou kayak, donc avec pas grand monde dessus, et j’ai fait une farniente jusqu’à ce que j’assiste à un coucher de soleil dans l’océan comme tout le monde en rêve…. Ahhh non, petite différence… au lieu de regarder le coucher de soleil sur la plage, j’étais sur kayak immobile au large…vous n’avez aucune idée comment c’était pénible…

IMG_9074 IMG_9100 IMG_9092 IMG_9078

Le ciel est ainsi passé d’un bleu ciel, le soleil est tranquillement devenu une belle boule jaune qui s’est tranquillement couché dans l’océan, le ciel est ensuite passé d’un jaune orangé à un rose et les nuages se sont teintés de rose. Puis, les lumières se sont éteintes tranquillement mais surement.

En me couchant, j’ai souhaité une seule chose; avoir une journée identique à celle que je venais d’avoir.

LE JOUR DE LA MARMOTTE

À peine les yeux ouverts, j’enfilais un déjeuner en vitesse et je me dirigeais d’un pas rapide vers le Lagoon se trouvant au sommet d’un des pics rocheux entre Railey East et Phra Nang Beach. Vous marchez sur le sentier bétonné menant à Phra nang Beach, pour tomber sur le sentier menant en haut du pic rocheux. Au 1er regard, vous comprenez qu’il n’y en aura pas de facile et qu’il faudra le mériter… et survivre… pour voir le Lagoon.

Le flanc de montagne très incliné et dégarni qui servait de sentier avait beaucoup plus l’air d’un champ de bataille que d’un chemin menant à un lagoon; le sol était composé d’une boue d’un brun orangé et il y avait plein de cordes et troncs d’arbre un peu partout… une vision assez chaotique pour un endroit aussi paradisiaque que Railey Beach. Je pouvais apercevoir quelques touristes en train de peiner. Ajoutez à cela qu’il n’y avait pas trop de marge d’erreur, il fallait bien souvent mettre les pieds à des endroits bien précis sans quoi vous pourriez le payer chèrement. Bref, la vision était suffisante pour faire rebrousser chemin la plupart des gens… mais pas moi.

IMG_8641 IMG_8676 IMG_8643

Un quart d’heure et beaucoup de jus de coude plus tard, je me trouvais au sommet de la montagne tout sourire.  À l’endroit où se trouvait préalablement mes pieds, se trouvaient maintenant 2 gros tas de boue… je ne pouvais même pas apercevoir mes orteils.

Rendu au sommet, 2 chemins sans aucune indication s’offraient à moi; l’un bifurquait vers la gauche et montait légèrement, tandis que l’autre descendait vers la droite.

Alors que celui de gauche fut sans histoire et me mena à un super viewpoint surplombant Railey…

63

Le sentier de droite a testé mes limites. Après plusieurs minutes à descendre jusqu’au lagoon sur un flanc de montagne boueux et glissant… je suis tombé sur une mer de boue (il n’y avait pas eu de pluie depuis 3 jours, je n’ose imaginer cet endroit après la pluie)… sans hésiter, j’ai posé le pied dedans d’un pas assuré… pour enfoncer jusqu’aux genoux… et perdre ma flip flop (j’ai passé 5min à la chercher)… j’ai finalement passé de l’autre côté… pour ensuite tomber face à face avec un pan de mur boueux dont l’ascension semblait suicidaire. Après avoir regardé le mur durant quelques minutes, j’ai décidé d’un commun accord avec mon département du ‘’Sans Génie’’ et celui de la ‘’Raison’’ que je serais mieux de rebrousser chemin… en d’autres mots, j’avais la chienne de me péter la gueule…

Après tous les trucs débiles que j’ai faits, je n’aurais pas cru qu’un ‘’vulgaire’’ sentier menant à un lagoon dans une destination soleil aurait raison de moi… mais ce fut le cas.

Bref, en moins de temps qu’il faut pour épeler correctement Anticonstitutionnellement à l’envers, j’étais tout en bas de la montagne et s’en était fini de mon aventure off-road.

Si un jour vous allez à Railey, je recommande fortement de vous mesurer à cette montagne… des heures de plaisir garanti pour les casse-cou en herbe. Autrement, c’est assez simple de différencier quelqu’un qui est monté au lagoon de quelqu’un qui n’y est pas allé… celui qui est monté là est couvert de boue orange de la tête au pied… qui part difficilement au lavage (j’ai jeté mon maillot après 2 lavages infructueux).

Quelques minutes plus tard, je me retrouvais sur l’océan à bord de mon kayak et je revivais la même fin de journée qu’hier. Avez-vous déjà vu un coucher de soleil à bord d’un kayak sur l’océan… non?!?… vous attendez quoi? Cela fait maintenant 2 fois et je dois dire que c’est l’une des choses les plus relaxantes que j’ai faite dans les derniers mois.

IMG_9168

En ce 27 novembre 2013, je me résigne à quitter mon petit coin de paradis qu’est Tonsai/Railey Beach. Après maintenant 4 jours et plus d’une dizaine d’heures passées sur un kayak, je crois avoir fait le tour du propriétaire.

Cet endroit est magique et serait parfait si ce n’était de quelques irritants; l’électricité fonctionne seulement de 6pm à 6am, internet se faire rare et est très couteux (c’est donc difficile de travailler sur mon ordi) et les longboats ont des moteurs TRÈS bruyants… on dirait des tracteurs à gazon dont l’intensité aurait été multiplié par 5… pas très reposant quand tu fais la farniente sur une plage.

J’ai longuement hésité à aller faire une saucette Koh Phi Phi tout près d’ici, mais après Langkawi, Koh Lipe et Krabi, j’en ai assez des plages et mon cerveau à besoin de quelque chose de nouveau.

Quitter Tonsai ne se fait pas en criant ciseau. En effet, les longboats quittent seulement quand ils sont plein (8 personnes). Il faut donc se présenter au quai et s’armer de patience. Lors de mon arrivé au quai, nous étions 4 à vouloir aller à Ao Nang. Je croyais donc que cela ne prendrait que quelques minutes… mais 1h plus tard, nous étions seulement 6 et étions toujours à attendre.

Je me suis alors posé la question ‘’qu’est-ce qui arriverait si je me pointais au quai un matin et que personne d’autre ne voulait aller au même endroit que moi?’’… j’attendrais comme un con toute la journée pour me faire dire en fin de journée que le bateau n’irait finalement pas?!? Heureusement, je n’ai pas eu besoin de tester ma question puisque 2 personnes se sont finalement pointées.

Une fois à Ao Nang, ne me restait plus qu’à attendre le départ de mon bus de nuit…

En route vers la civilisation… thailandaise; cap sur Bangkok… mais bon, comme vous vous en doutez, c’est une autre histoire…

P.S. I – Les russes ne semblent pas avoir reçu paru il y a plus d’une décennie à propos des speedos. En effet, plus obèses les unes que les autres, ils exhibent fièrement leur saucisse cocktail dans des maillots qui ressemblent beaucoup plus à des strings ou des fils dentaires qu’autre chose… frisson de dégout.

P.S. II – Même si j’étais déjà brun en arrivant ici, on dirait que j’étais blanc comme neige tellement j’ai attrapé des coups de soleil durant mon séjour ici. Je suis ROUGE comme un homard.

Catégories : Thailande
Publié par Nicolas Pare le 7 janvier 2014
1 commentaire Poster un commentaire
  1. 01/7/2014
    Jeanne-Mance Gauthier

    Magnifique et vraiment beau.

    Réponse

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires