Aller au contenu principal

Épisode 53 – Bumpy train to Mawlamyine

16 janvier 2014

Après avoir attendu quelques heures à la gare de Kyaikto (on m’aurait dit que la gare avait été bombardé la veille et j’aurais pu le croire sans problème), le train s’est finalement pointé.

Pour un maigre 3$, moi et roark avions réservé une banquette de bois dans le classe normale. Alors qu’on s’apprêtais à entrer dans notre wagon, l’opérateur du train nous a prié de prendre place dans la upper class sans nous demander aucun extra… pourquoi pas héhé.

Direction Mawlamyine…

WILD WILD WEST

Alors que nous aurions du partager un banc d’église en bois dans un wagon rempli à surcapacité, nous nous retrouvions confortablement assis dans de vieux Lay-Z-Boy avec toute l’espace qu’il nous fallait pour les jambes et les bras…

L’intérieur du wagon avait un look vieillot ringard; les sofas un peu décrépi… mais très confortable et la peinture délavé du wagon donnaient une ambiance des plus particulière.

IMG_6919

Le train traversait alors une contrée perdu au milieu de nul part dans le Sud de la Birmanie… paysage qu’il n’aurait pas été possible de voir autrement que dans ce train, puisqu’il n’y avait bien souvent aucune trace de route aux alentour.

IMG_6948 IMG_6974 IMG_6984 IMG_6991 IMG_7024 IMG_7065 IMG_7033

L’intérieur du train, jumelé au paysage donnait l’impression de se retrouver dans un vieux western américain. Je n’aurais pas été surpris de voir des cow-boy attaquer le train…

Le train a donc alterné entre de looooongues, magnifiques et interminables plaines et des petits villages de campagnes. Dans chacun de ces villages, le passage du train signifiait beaucoup pour les habitants. Ceux-ci, particulièrement les enfants, s’entassaient de part et d’autre de la voie ferré pour nous saluer. Beaucoup d’entre-eux semblaient très surpris de voir 2 visages blancs.

IMG_7056 IMG_7004 IMG_7069

Le système ferroviaire birman souffre d’un manque d’entretient flagrant… on se serait cru sur une route de terre avec toutes ces secousses…

Secousse?!? Pourquoi tu parles de secousses si tu était dans un train?!?

Eh bien mes amis, ce n’est pas bien compliqué; ça brassait de tout bord tout coté. En fait, ça brassait tellement qu’on levait de nos sièges…

À tout moment, il y avait de grosse secousse qui duraient 10-15 secondes… on aurait dit des tremblements de terre…

Il ne suffisait que de regarder la porte qui reliait notre wagon à celui d’en arrière pour constater à quel point ça brassait. Il fallait littéralement être suicidaire pour se risquer à passer dans l’ouverture reliant les 2 wagons puisque celle-ci (normalement d’environ 7 pieds) pouvait se réduire à moins de 3 pieds. C’est donc dire que les wagons « sautaient » d’un bon 3-4pieds au-dessus des rails.

La 1ère fois que c’est arrivé, j’avais l’impression que le train allait dérailler. Heureusement pour nous, le train allait tellement leeeeentemeeeent que ça aurait été plus drôle qu’autre chose si cela s’était produit.

On ne pouvait rien changer à la situation, nous avons alors fait de mauvaise fortune bon coeur…

On s’est alors mis à coter l’intensité des tremblements sur l’échelle de Richter…

À chaque fois qu’une de ces grosses ‘’secousses’’ se pointait, je criais très fort « EEEEEARTHQUAAAASKE » en me levant et en me levant et en dansant une espèce de gigue dans l’allé. Bien qu’ils ne comprenaient pas un mot de ce que je pouvais dire, tout le monde dans le wagon se mettaient à rire… difficile de faire autrement à la vue d’un touriste blanc en simili état de panique…

Alors que la journée s’étirait de plus en plus et que Mawlamyine ne pointait toujours pas à l’horizon, le soleil a décidé qu’il en avait assez et qu’il allait aller se coucher.

Nous étions alors à traverser des champs de blé. C’était tout simplement magnifique de voir le soleil changer de couleur et passer du jaune, au orangé, au rose avec le champ de blé en avant plan.

IMG_7076

Puis, alors que le soleil en était à disparaitre à l’horizon, Mawlamyine est apparu devant nous… Si ce n’était pas arrangé avec le gars des vues, on pouvait au moins dire que le timing était parfait. On a donc pu voir le beau rond du soleil disparaitre dans l’eau en traversant le pont qui sépare la ville du continent.

IMG_7097 IMG_7116

Au final, le moins que l’ont puisse dire c’est qu’il valait mieux ne pas être pressé aujourd’hui. Il nous aura fallu 9h pour faire un trajet d’environ 200km. Cela dit, je le referais sans hésiter puisque c’est probablement la journée de transport la plus amusante de ma vie.

On peu dire sans AUCUN DOUTE que cette promenade en train est unique. Je recommande ce trajet entre Kyaikto et Mawlamyine à tous… si vous allez en direction de Malawmyine, installez vous sur la gauche et admirez…

MAWLAMYINE

18.30 – Il était maintenant temps de se mettre à la recherche d’un hébergement. 15 minutes et une ride de tuk tuk plus tard, nous étions à l’autre bout de la ville dans notre nouveau chez nous (pas très compliqué, il y avait 2 « hôtels » (trous à ras) ayant une licence pour accueillir les touristes étrangers.

Lors de notre passage, l’auberge était pleine à craquer de touristes blancs. Chacun d’eux faisait parti d’un tour organisé. Nous étions donc les 2 seuls péquenots à voyager par nos propres moyens. Ils ont donc eu de gros yeux en nous voyant arriver avec nos backpack sans aucun guide…

S’en ait suivit notre désormais quotidien Food’n Beers Festival.

Je profite de mon sommeil pour vous en dire un peu plus long au sujet de Mawlamyine.

IMG_7328.1 IMG_7419 IMG_7417

Prononcé « Moulmein » ou encore « More-la-Mean », Mawlamyine est la capitale de l’état « Mon ». Avec ses quelques 300 000 habitants, c’est la 3ème plus grande ville du pays après Yangon (3 millions d’habitants) et Mandalay (900 000 habitants)… c’est vous dire à quel point il y a tout un contraste entre les 2 plus grandes villes et le reste du pays. Même au beau milieu du centre-ville, on a l’impression d’être dans une petite ville de campagne.

La population est composé à 90% de bouddhistes. Ajoutez à cela des catholiques (5%… ancienne colonie britannique) et des musulmans (5%). Mawlamyine comprend d’ailleurs la plus vieille église baptiste du pays (on s’entend qu’il ne doit pas y en avoir des tonnes).

En ce qui concerne sa position géographique, Malawmyine est une ile situé dans un espèce de delta (composé de gigantesques iles planes et d’une multitude de rivières) à la jonction du continent et de l’océan Indien. Qui dit océan ne dit pas plage… oh que non puisqu’elle sont quasi inexistante… vous pouvez donc ranger vos parasols.

Pour s’y rendre, on doit traverser un pont long de 2km (pont partagé par les voitures et trains). La nuit, le pont est fermé, c’est donc dire que les bus et autres véhicules doivent patienter jusqu’à l’aube pour pouvoir circuler de part et d’autre.

23

Avec beaucoup BEAUCOUP d’imagination et en étant un peu pas mal saoul, on pourrait penser que Malawmyine ressemble à Miami. Il y a encore beaucoup de travail à faire, mais cette ville a beaucoup de potentiel. Ce n’est pas compliqué, depuis le début de mon voyage, c’est l’un des endroits qui m’a le plus « excité » en tant qu’architecte. Je m’explique…

Alors que la vieille architecture coloniale domine partout en ville, le bord de mer est composé de vieux bâtiment d’architecture moderne (béton). Sur une distance d’environ 1-2 km, le même bâtiment se répète encore et encore et encore. En temps normal, je déteste qu’on répète le même bâtiment encore et encore, mais la situation de Mawlamyine est différente. Depuis les 50-60 dernières années, les habitants se sont appropriés leur bâtiment pour les transformer peu à peu, ce qui fait en sorte que le « squelette » est le même, mais l’enveloppe est devenu complètement différente. On a beau tout planifier en tant qu’architectes/urbanistes, je crois que c’est ce qui importe le plus en bout de ligne; que les gens s’approprient leur milieu de vie et le transforment/adapte selon leurs besoins.

27

Alors que la plupart sont en état assez avancé de décrépitude, quelques uns ont peut en apercevoir quelque-uns par-ci par-là qui ont été remis à neuf et peinturé de multiples couleurs. Le tout donne un mélange coloré qui me faisait beaucoup penser au quartier Art Deco de Miami.

Dans quelques années, si la réhabilitation de cette ville se fait bien, on pourrait avoir un endroit très intéressant. Il y a plein de petit bijoux à l’état ‘’sauvage’’ qui n’attendent qu’à se faire « polir » un peu pour briller plus que jamais. Je me plaisais même à penser que j’aimerais beaucoup vivre à Malawmyine et contribuer à sa renaissance. Je pourrais être l’architecte en chef de la ville ou encore le maire et faire voter certaines lois qui feraient en sorte de préserver le patrimoine architectural de l’endroit… puisque le tout est menacé par la restauration « fast food » (beau, bon, pas cher) de type indienne qui consiste à placarder le bâtiment de matériaux plus faux les uns que les autres et ajouter des murs rideaux miroirs.

Pour l’instant ça fait un bord de mer un peu moche, mais je suis sur que si la restauration se déroule bien, ma comparaison avec Miami pourrait tenir la route.

Voila, vous en savez autant que moi sur cette ville… c’est-à-dire pas grand chose.

IMG_7483

Le réveil fut très brutal ce matin… en fait, pour avoir eu un réveil brutal, nous aurions du dormir… mais ce ne fut pas le cas… comment vous expliquer… ahhh oui… l’auberge où nous résidons est comme un centre d’achat en plein Boxing Day… pas moyen de dormir. Pas besoin de dire que j’avais le couteau entre les dents à mon  »réveil ». Je voulais chercher  »vengeance » envers ceux qui m’avaient empêché de dormir; ce foutu espagnol qui parlait très fort, cet enculé qui avait écouté la TV jusqu’à très tard dans la nuit, le saoulons qui avait vomi ses tripes durant plus d’une heure et la conne de française qui avait flirté avec un local toute la soirée avec un local qui semblait ne rien comprendre (ou bien elle était très laide et il ne voulait rien comprendre). Bref, si vous allez un jour à Mawlamyine, faites gaffe à la Breeze Guesthouse… c’est un trou à ras.

Peu importe, la journée d’aujourd’hui était consacrée à la visite de la ville.

1ère destination, le centre de méditation Pa-Auk-Taw-Ya

Situé un peu à l’extérieur de la ville, la renommé de ce centre de méditation bouddhiste dépasse les frontière birmane.

C’est un endroit qui impose le respect. Il n’était pas question de faire le con. Même si on avait été averti que c’était un centre de méditation silencieuse, et donc d’agir en conséquence. », à la minute où on croisait des moines (c’est-à-dire à toute les 2 secondes) ils nous lançaient des « minglaba » hyper fort… faites ce que je dis pas ce que je fais.

IMG_7166IMG_7191

Couvrant un immense territoire, 2 bâtiments prédominent; le pavillon de méditation pour les hommes et celui pour les femmes. Dans les 2 cas, ce sont d’immenses salles avec un bouddha en avant.

IMG_7130 2

Ce qui frappe le plus en entrant dans ces salles est le silence qui y règne (pas un bruit), même si c’est plein de gens. Pour se protéger des mouches, chacun à son petit filet à mouche en forme de bulle… ce qui fait en sorte de rendre l’endroit assez impressionnant.

Puis, vers 10h, tous les moines sortent de leur méditation pour se rendre au grand hall pour manger…

Au moment où nous nous apprétions à partir, l’un des responsables nous a invité à manger avec eux. Nous avons alors eu droit à un véritable buffet all you can eat. Au moment où nous voulions payer, ils nous ont gentiment (en fait le monsieur s’est quasiment offusqué) dit que ce n’était pas nécessaire. On a donc eu droit à l’un de nos meilleurs repas en Asie… pour gratis.

3

Pour ce qui est de la méditation, je n’irais pas dans les détails… puisque j’en ai aucune idée. Tout ce que je sais, c’est que le centre est ouvert à tout le monde et que c’est gratuit. Tu te présente sans avoir nécessairement à réserver à l’avance (même si c’est préférable), il vont ensuite t’assigner un petit chalet, te donner un habit et te nourrir 3 fois par jours. En échange, tu dois méditer en silence toute la journée. Il est même possible de se procurer un visa spécial de 3mois pour séjourner au Myanmar si vous allez dans ce genre de centre.

Pour les visiteurs d’un jour qui désirez aller faire un tour là-bas comme nous, présentez vous là-bas vers 9h30. Cela vous laissera amplement le temps (environ 1h) pour faire le tour des installations et vous présenter au grand hall pour manger avec les moines.

Une fois sorti du centre de méditation, nous avons ensuite enclenché un « Pagoda tour »

Comme je l’ai dit plus tôt, Malawmyine est un ile ceinturée d’eau. Au milieu de l’ile, se trouve le seul endroit qui n’est pas plat et au niveau de l’eau. Cela prend la forme d’une colline longitudinale. Sur cette colline se trouve une multitude de temples, parfois bien entretenus…

18 7

… parfois tombé en état de décrépitude…

IMG_7316 IMG_726412

… on peut même tomber sur une église abandonné au détour d’une rue…

34

Nous avons donc marché sur le sommet de temple en temple… pour tomber sur une salle communautaire indienne… WTF?!?… qui dit « salle communautaire indienne » dit; qu’il y avait du monde en titi, que ça ne sentait pas la rose et que c’était un véritable capharnaüm.

IMG_7242

En nous voyant, les indiens nous on tout de suite encerclés. Sans même le savoir, nous étions rendu à l’intérieur et nous étions à manger avec eux. Cout total pour le nouveau festin; nada.

Puis, nos pas nous ont mené en bas de la colline jusqu’au pont que nous avions traversé en train la veille. Interdit au piéton, on a trouvé une porte avec un locker brisé… on s’y est aventuré… mais la police nous a rattrapé avant qu’on puisse aller bien loin.

DAY TRIP SUR « ATTRAPE TOURISTE ISLAND »

À notre 2ème et dernière journée à Mawlamyine, nous sommes allé faire un tour sur Ogre Island, la très grosse ile tout en face de là. Pour ce faire, nous avons décidé d’écouter le Lonely Planet, qui ne tarissait pas d’éloge à l’endroit d’un opérateur de tour… qui se trouvait justement à être notre auberge.

Well… moi et Roark se retrouvions donc embarqué dans un petit bateau de bois en compagnie d’un vieux guide (qui semblait sur le point de mourir) et de 7 autres touristes plus touristes que touristes… disons simplement qu’on jurait dans le décor…

IMG_7504 IMG_7506IMG_7761

Le petit bateau de bois voguait donc jusqu’à une gigantesque ile surnommé « Ogre Island », ile comprenant plus de 64 villages/200 000 habitants, inaccessible autrement que par bateau et… hanté… Ouuuuuuu

Une légende veut que les tribus qui vivaient sur cette ile étaient originalement des cannibales… fouillez moi pour ce qui est du lien entre des canibales et des ogres… tout ce que je souhaite c’est que s’ils ont bel et bien existé, ils aient disparu depuis longtemps. Bref, on raconte que ces cannibales viennent hanter l’ile la nuit… si vous voulez mon avis, c’est la défaite qu’on sert aux touristes pour qu’on ne puisse pas coucher sur l’ile.

Après plus d’une heure à se faire brasser de tout bord tout coté par les vagues à bord du petit bateau, nous arrivions finalement à bon port…

IMG_7513 1 IMG_7520

Aussitôt sur la terre ferme que tout le groupe prenait place à l’arrière de 2 gigantesque tuk tuk. Les routes que nous avons alors arpentées feraient passer les moins belles route du Québec pour des routes en parfait état… quand on se compare on se console.

IMG_7568

On nous a alors trimballé d’un endroit à l’autre… dégustation d’alcool local fait à base de feuille de palmier, ‘’usine’’ (maison) de confection de chapeau, ‘’usine’’ de confection de friandise, usine de fabrication de canne pour marcher… de collier… Je n’arrêtais pas de me demander comment 2 backpackers aguerris avaient pu se faire embarquer dans une telle arnaque pour touristes.

IMG_7559 IMG_7569 IMG_7584 IMG_76152

Puis, alors que j’avais jeté l’éponge et que je me résignais à passer une journée de merde, les choses ont commencés à prendre une tournure inattendu… en grande parti puisqu’on a commencer à désobéir au guide et à faire ce qu’on voulait…

S’en ai donc suivit une baignade dans une piscine au milieu de la jungle… WTF?!?

Ensuite, alors que notre convoi se dirigeait vers une autre de ces formidables usines, nous avons croisé un cortège funèbre sur le chemin. Oubliant la peine qui les affligeait, les locaux se sont mis à hurler de joix en nous voyants… ni une ni 2 que moi et 3 de mes compagnons étions à se mêler au groupe et à marcher en direction… de la mausolée… au grand dam de notre guide. Ne voulant pas manquer de respect envers quiconque, nous avons marché avec eux jusqu’au mausolé mais nous ne sommes pas entré… malgré le fait que les gens se montraient très insistant pour qu’on y aille.

IMG_7628 IMG_7642 IMG_7646 IMG_7649 IMG_7651 IMG_7723

Au même moment, alors que moi et 2 de mes compagnons retournions paisiblement jusqu’à notre convoi de peine et de misère à travers les dédales de rues formant un véritable labyrinthe, l’un de nos compagnons a décidé de s’aventurer un peu plus loin dans le village. Ce qui devait arriver arriva; il s’est perdu. S’en est alors suivit une véritable chasse à l’homme blanc dans une botte de foin rempli de birman. Après près de 30 minutes de recherche, nous avons finalement retrouvé sa trace.

« USINE » ARC EN CIEL

On s’est ensuite dirigé vers une grande de fond de cours. Qui aurait pu croire que cette grange, entourée d’étrange tube jaune, rouge et bleu, cachait l’un des endroits les plus étranges que j’ai pu voir de ma vie…

9

En entrant dans la grange, mon cerveau n’a pas compris tout de suite ce qu’il se passait. Il y avait devant nos yeux 2 jeunes femmes assises derrière d’horribles monstres mécaniques. A leurs pieds se trouvaient une tonne
d’élastiques. Quelques mètres à leur gauche se trouvait 2 jeunes hommes qui trempaient des tiges de bois dans de la peinture qui semblait hautement toxique.

13

Se rappelant alors la tonne de tiges de bois colorés qui se trouvaient à l’extérieur, mon cerveau a alors compris… non ce n’était pas une usine à bonbon… c’était une usine à ÉLASTIQUE. Parce que même si les élastiques sont des objets en apparence très simples, il faut bien les fabriquer puisqu’ils ne poussent pas dans les arbres…

Malgré tout, mon cerveau peinait toujours à comprendre comment ça fonctionnait. Les 2 jeunes hommes était assurément au début de la chaine alimentaire (ils trempaient les tiges de bois afin de les empreigner de peinture)… ils plaçaient ensuite ces tiges à l’extérieur pour les faire sécher… une fois séché, ils retiraient la couleur de la tige de bois avec comme résultat des cylindres de couleur… puis, ces cylindres étaient coupés en de très fin élastiques par les 2 jeunes femmes. Tout ce travail pour des élastiques…

11 12

Nous avons alors appris que les élastiques sont de véritables bijoux pour les enfants de tout le Myanmar; ils les collectionnent, ont de multiples jeux, etc.

Bref, une chose était sur; ça sentait le toxique dans cette grange là mes amis. Les 4 jeunes gens qui y travaillaient avaient beau avoir de large sourire et aimer leur travail, je ne gagerais pas beaucoup d’argent qu’ils allaient passer le cap des 50ans.

Une promenade en bateau pour revenir en ville, suivit d’un souper en vitesse et s’en était fini de nos aventures à Mawlamyine.

Après une journée haute en couleur … et pas simplement en raison des élastiques… nous avons entrepris une virée infernale dans un bus de nuit en direction de Yangon. En fait, pour utiliser le mot nuit, il aurait fallu que je ferme les yeux… ce qui ne fut pas le cas. À un certain moment j’ai cru qu’il y avait un ras qui se promenait dans l’autobus puisque quelque chose n’arrêtait pas de toucher mes pieds. Pris de panique, j’ai finalement découvert que c’était une bouteille d’eau…

Ajoutez à cela que le bus était fait selon les normes/dimensions asiatiques… c’est donc dire pour des nains. À un certain moment, le gars en avant de moi a décidé de coucher son banc et ainsi restreindre encore plus mon espace. J’ai alors entamé avec lui une interminable partie d’échec avec mes genoux qui lui frappaient le dos à travers son siège non rembouré… à chaque fois qu’il se retournait pour vouloir protester, je lui sourirais et je lui lançais un beau minglaba. Je ne crois pas que j’aurais pu dormir de toute façon, alors cette petite guerre m’a amusé au plus haut point.

C’est donc tout pogné, tout racké et pas du tout reposé que nous sommes arrivé à Yangon vers 5h du matin… alors que le soleil se faisait encore attendre… mais bon, c’est pour une autre histoire…

IMG_7777

P.S. I – la communication est très difficile au Myanmar. La communication avec les habitants se résume généralement à des signes/gestes… ça c’est facile. Ce qui l’est moins c’est de comprendre ce qui est écrit sur les panneaux. Prenez par exemple la fois où j’ai voulu aller au toilette à la gare. Après avoir regardé attentivement les 2 signes (homme et femme) pendant une bonne minute, je n’arrivais pas à comprendre lequel était lequel. J’ai donc décidé de regarder à l’intérieur de chacun pour voir lequel semblait être pour les hommes… je n’étais pas plus avancé. J’ai donc choisi l’un des 2 au hasard (j’ai pris le plus sale en me disant que ça devait être celle des hommes)… ERREUR… à peine entré qu’une femme entrait à son tour et me chantait des bêtises en me priant de sortir au plus vite. Bref…

P.S. II – Phénomène similaire à l’Inde, la très grande majorité des hommes, surtout les vieux, se promènent avec un drap autour de la taille en guise de pantalon… l’histoire ne dit pas si il y a quelque chose en dessous ou si c’est porté comme un kilt… en fait, je ne veux pas vraiment le savoir…

P.S. III – L’hébergement est actuellement le plus gros point faible du Myanmar. Comprenez-moi bien, je ne recherche pas des hôtels 5 étoiles, bien au contraire. Mis à part les hébergement au Ladack/Nord-Ouest de l’Inde, c’est assurément le pire endroit que j’ai vu en Asie. Même les petites auberges hyper rudimentaires dans lesquelles j’ai dormi au Népal lors de mon trek de 1 mois dans l’Annapurna sont mieux que les seuls hébergement disponibles au Myanmar.

Prenez par exemple notre hébergement à Mawlamyine; vous prenez un grand espace intérieur sans fenêtre, vous faite de petite cloisons avec une simple planche de venir (cloison qui ne se rendent pas jusqu’au plafond), vous mettez un grillage entre cette cloison et le dit plafond et vous patentez ensuite un système électrique avec des morceaux pris un peu partout.

Catégories : Myanmar (Birmanie)
Publié par Nicolas Pare le 14 juillet 2014

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires