Aller au contenu principal

Épisode 56 – A journey to Mrauk U; Possible but DIFFICULT

Soir du 22 janvier 2014

CHAPITRE 1 – EN ROUTE POUR TAUNGGOK

À partir de quel vitesse pouvez vous dire que vous allez lentement dans un transport; 70km/h?!? 60km/h?!? 50km/h?!?

Toutes ces vitesses peuvent effectivement être considérées comme lente pour un occidental… mais c’est loin d’être le cas en Asie? Durant la dernière année, je n’ai jamais été dans un transport en commun qui avait dépassé les 60km/h et rarement les 50km/h.

J’ai par contre battu des records de lentesse en faisant du 15km/h. Oui oui…15km/h… et je ne parle pas de circuler dans un stationnement de centre d’achat, mais bien de rouler sur la grande route; 120km en 8h, c’est ce que nous avons parcouru dans un bus de nuit entre Pyay et Taunggok… sur une route de gravelle cahoteuse.

Autant dire que moi et mes compagnons avons peu dormi même si nous avions littéralement accaparé l’arrière du bus en se faisant des lits avec les moyens du bord… alors que le reste du bus était bondé avec des locaux cordés 2 par 2…

IMG_9087

Et si vous aviez le malheur de vous endormir malgré tout, les multiples postes de contrôle où il fallait arrêter et montrer nos passeports se chargeaient de faire le reste. Ces postes de contrôles furent au nombre de 4…

Checkpoint 1 – Les officiers sont montés dans le bus, ont passé très vite sur nos passeports canadien, allemand et américain… pour ensuite s’attarder longuement sur celui de Enis. Pendant plusieurs minutes, ils l’ont regardé attentivement, ont discuté au téléphone, pour finalement en venir à la conclusion (mon hypothèse, mais qui semble très plausible) que la Slovénie devait être un véritable pays.

Checkpoint 2 – Sans histoire

Checkpoint 3 – Même scénario que lors du checkpoint 1; les officiels ont demandé le passeport de Enis. Au moment où je m’apprêtais à me foutre encore une fois de la gueulle de Enis, les officiels se sont tournés vers moi et mes 2 compagnons allemandes pour demander nos passeports de manière assez rude. À voir la gueule qu’ils faisaient en regardant le passeport de l’Allemagne et du Canada, il n’y a pas de doute dans mon esprit qu’ils venaient de découvrir l’existence de ces 2 pays.

Alors que Roark s’apprêtait à tendre son passeport américain aux officiels, ils lui ont dit d’un geste rempli de respect qu’ils n’avaient pas besoin de le voir ‘’America… nono’’… s’inclinant presque devant le représentant du pays de l’Oncle Sam.

J’étais alors d’une humeur massacrante… Je peux comprendre la population locale de ne pas connaitre l’Allemagne, le Canada et la Slovénie, mais que des gens dont l’une des tâches est de vérifier les passeports étrangers, c’est inacceptable…

Checkpoint 4; Aucun souvenir… Zzzzz

3.30am – Arrivé à la gare d’autobus (stationnement poussiéreux) de Taunggok quelques minutes plus tôt, nous étions à marcher jusqu’à LA guesthouse en ville. Ayant les lumières toutes allumés en pleine nuit, quelle ne fut pas la surprise du manager de voir 5 blancs becs demander à se loger.

Quelques minutes plus tard, nous étions de retour dans les bras de Morphée… dans une chambre crasseuse à dormir dans un twin bed (donc pas très large) avec Roark… autant j’ai voyagé plus de 4 mois avec ce gars là, autant c’est la 1ère fois qu’on partageait le même lit…

IMG_9095

CHAPITRE 2 – EN ATTENDANT LE BATEAU

Vous avez une journée à tuer au milieu de nul part, en l’occurrence la petite ville de Taunggok perdu à l’Ouest du Myanmar, avant de prendre un bateau dès le lendemain matin. Vous n’avez pas d’accès à internet et votre Lonely Planet est complètement muet sur les choses à faire à cet endroit… vous faites quoi?!?

À peine les yeux ouvert, je me dirige tout droit sur la terrasse de l’auberge. Tel un nid d’aigle, elle surplombait un 4 chemins poussiéreux, très bruyant et rempli de locaux faisant leur petite affaire. Pas de doute, la journée est déjà bien entamé… allez hop, c’était à mon tour de me lancer.

Après un déjeuner atroce (personne ne parlait anglais, j’ai donc pointé sur les autres tables… pour me ramasser avec un café pas buvable et du pain tout sauf appétissant), mes compagnons s’étaient levé un à un et nous étions près à explorer.

Direction le marché…

IMG_9127 IMG_9124 IMG_9129IMG_9145

… un petit village de l’autre coté de la rivière via un pont en bambou tout sauf solide.

2 3 10 IMG_9142 IMG_9159 IMG_9237 IMG_9234IMG_9162 IMG_9163

Alors que nous étions à prendre un snack sous une petite cabane de fortune le long d’une route entouré d’une tonne de locaux amusés, 4 jeunes filles ont tenu à nous faire visiter un petit monastère à proximité.

IMG_9177 IMG_9174 7 IMG_9181IMG_9188 IMG_9195

Elles nous ont ensuite proposé d’aller prendre le thé chez elles… pourquoi pas.

Quelle ne fut pas la stupéfaction de leur mère quand elle a vu ses filles arriver avec 5 blancs à la maison. Je m’imagine tellement à leur âge, me pointer avec 5 étrangers à la maison et voir la réaction de ma mère. Nous avons passé les 2h suivantes à ‘’discuter’’ avec eux, à regarder leur album de photo et les aider à pratiquer leur anglais.

9 IMG_9229 IMG_9215

Étant simplement un lieu de transit où on ne s’arrête généralement pas pour visiter, Taunggok a déjà eu la visite de quelques blancs, mais des blancs comme nous qui ont décidé de visiter les alentours sont assez rares… les jeunes filles nous ont fait comprendre que c’était la 1ère fois qu’elles voyaient des blancs dans leur village.

Sur le chemin du retour, nous sommes tombé sur un monastère bouddhiste. Bon, je dois l’avouer, nous étions plutôt à la recherche d’un endroit pour prendre une bière (tout un défi dans cette ville), mais bon, c’est un bon prix de consolation non?!?

IMG_9252 11IMG_9255.5

Bref, comme je le disais, quelle meilleure façon de terminer la journée que d’aller visiter un monastère rempli de jeunes bouddhistes. Ceux-ci étaient très impressionnés et curieux de notre présence et nous sommes rapidement devenu le centre d’attention de tous.

20140123_171528 IMG_9281 IMG_9285

Ayant mon journal sous la mains (depuis que mon Iphone a rendu l’âme sur Bornéo, j’écris mes aventures dans un carnet de voyage), je me suis assis quelques minutes pour écrire ce que nous avions fait durant la journée… pour me relever la tête et voir une bonne douzaine de jeunes très près de moi à regarder très attentivement le moindre signes que j’écrivais dans mon journal. Well, je suis très conscient que mon écriture est merdique, mais ça devait être la 1ère fois qu’ils voyaient une écriture autre que du birman. J’ai donc pris une page vierge et j’y ai écrit mon nom, pour ensuite leur tendre le crayon et les inviter à faire de même… pour chacun, j’essayais de dire à haute voix ce qu’ils avaient écrit, mais je visais rarement dans le mile (l’écrit et le dit sont complètement différent). Peu importe, ils se sont bien foutu de ma gueule.

Moi et Roark avons ensuite joué une partie de badminton avec 2 petites planches de bois et un moineau, dont les ailes avaient été remplacées par de véritables plumes d’oiseaux. Encore une fois, ça n’a pas prit beaucoup de temps pour qu’on soit entouré de jeunes moines.

IMG_9265

Ils nous ont ensuite invité à assister à la cérémonie du soir. C’est donc bien assis sur le sol dans le fond de la salle commune que nous les avons regardé réciter leurs prières et mantras. Cette même salle commune dans laquelle ils récitent leurs prières 5 fois par jour sert aussi de dortoir; ils prennent un petit cousin et dorment directement sur le sol.

IMG_9290

Une fois la cérémonie terminé, les moines se sont précipités sur nous et s’amusaient au moindre geste que nous faisions. À un certain moment, j’ai entrepris de m’assoir avec l’un d’eux et d’essayer de parler anglais. Quelle ne fut pas ma surprise quelques minutes plus tard de me lever la tête et de constater que TOUS les jeunes moines s’étaient entassés autour de moi et du jeune. Toutes ces paires d’yeux qui me regardait attentivement et en silence. Je ne me suis jamais senti claustrophobe, mais à ce moment j’ai littéralement été pris de panique….

IMG_9297

On nous a ensuite fait visiter le réfectoire qui leur sert de salle à manger. Il faut savoir que les moines mangent le matin et à l’heure du lunch, mais une fois les coups de midi sonnés, ils ne peuvent plus manger de la journée. Ils peuvent par contre boire.

C’est là que nous avons fait la connaissance de 3 vieux moines. On s’amusait à essayer de communiquer et on prenait des photos de groupes (à leur demande). Enis a prise leur adresse et a fait la promesse de leur envoyer les photos. C’est donc dire que si un jour vous aller à Taunggok, vous risquez de me voir la face sur une photo dans le monastère.

IMG_9302 IMG_9303 IMG_9308

Au moment où on est parti de l’enceinte du monastère, les jeunes moines nous suivaient encore. Ils ont fermé les portes du complexe derrière nous, mais plusieurs jeunes continuaient à nous faire des signes de la main au travers des grilles.

Autant je me sentais un peu mal de venir les déranger dans leur monastère au départ, autant cet impression a vite été remplacée par du bonheur… le bonheur de savoir que votre simple présence rempli de joie des jeunes birmans. Ce genre d’accueil risque de s’estomper dans les prochaines années au fur et à mesure qu’il sera de plus en plus commun de voir des blancs dans leur village, mais pour l’instant on a profité du fait que nous étions parmi les rares à y être allé.

Nous avons ensuite fini par trouver un endroit où ils servaient de la bière… je vous laisse deviner la suite… le proprio nous a même donné des chandails et un manteau aux couleurs du Myanmar.

_MAT6091

CHAPITRE 3 – UNE JOURNÉE EN MER

5.00am – Après 30min à constamment refuser l’inévitable et tourner dans mon lit, j’ai fini par me lever. À peine les yeux ouvert que nous sautions dans un tuk tuk en direction du port.

6.00am – Les amarres étaient largués et nous quittions Taunggok en direction de Sittwe… quelques 10h+ loin.

Nous prenions place à bord d’un bateau tout en longueur… un espèce de train fonçant à vive allure sur l’eau.

Faisons un bref tour du propriétaire. À tout seigneur, tout horreur, commençons par l’intérieur. Que dire de plus sinon que c’était un véritable trou à ras; les gens s’entassaient l’un sur l’autre et même dans les allées, ça sentait le swing, les fenêtres étaient trop sale pour permettre de voir à l’extérieur et des télés crachaient à tue-tête des chansons de merde (la plupart de la musique entendu au Myanmar est composée de classiques de la musiques pop rock occidentale… qu’ils ont traduit en birman… vous reconnaissez donc la mélodie, mais les mots sont complètement différents… bref, un festin (euh) pour les oreilles). Bref, ça c’est pour l’intérieur… j’y suis demeuré 30min au départ du bateau et j’ai failli devenir fou…

Nous avons heureusement vite compris que nous pouvions aller dehors. Quoique les espaces étaient assez restreint; à la proue (avant du bateau) tout pogné et au grand vent, ou à la poupe (arrière) bien au chaud mais avec le bruit infernal du moteur qui rendait sourd. Pour relier l’un à l’autre et l’intérieur, il y avait une très étroite passerelle sans garde corps… il fallait avoir un bon équilibre sans quoi vous alliez aller visiter les poissons.

1

C’est donc bien emmitouflé dans mon nouveau manteau aux couleurs du Myanmar que j’ai passé la journée à l’extérieur avec mes 4 compagnons.

20140124_090912

Nous avons ainsi pu admirer le lever du soleil…

IMG_9329

Toute l’avant-midi, le bateau serpentait dans les petites rivières d’un archipel formé d’immenses iles séparant le golfe du Bengale du continent birman.

IMG_9344 IMG_9349 IMG_9360 IMG_9379 IMG_9442IMG_9447

Peu après midi, toutes les iles avaient disparues et nous étions dans le golfe. Je me suis alors trouvé une place confortable pour dormir bien allongé entre les boite/bagages sur le dessus du bateau. Avec le bruit du moteur en sourdine et les vagues, ce fut extra.

En milieu d’après-midi, le bateau a changé de cap pour s’engouffrer dans une très large rivière avec de formidables pâturages jaune vif et petites collines verte de part et d’autre.

Plus le bateau avançait, et plus la rivière se refermait au point où se dressait un mur devant nous. Le bateau est alors rentré dans un delta (plaines inondables) composé de très petite rivière et de morceaux de terre. Il fallait alors un pilotes extrêmement expérimenté pour retrouver son chemin parmi ce labyrinthe de rivières.

IMG_9467 IMG_9479 IMG_9483 IMG_9486

Le paysage était rempli de nuance de noir, de vert, de jaune et de bleu… un paysage tout droit tiré d’une peinture abstraite composée de champs verdoyant où l’on retrouvaient d’immenses ballots de foin, de fermes de poissons sur l’eau, de beaux gros/petits bateaux en bois voguant un peu partout, etc. Par moment, le terre ferme était tellement à ras l’eau que j’avais l’impression que les arbres poussaient dans l’eau à l’horizon.

Puis, comme une fin digne d’Hollywood, à la minute ou le gros rond rouge du soleil est disparu dans l’océan, Sittwe est apparue à l’horizon juste devant nous.

IMG_9488 IMG_9512 IMG_9514

Cette journée à voguer sur les rivières birmanes fut magique; des plus reposante pour le cerveau et le corps, et des plus agréable pour les yeux.

SITTWE… UNE NUIT C’EST BIEN ASSEZ

6.00pm – Nous étions de retour sur la terre ferme. J’avais l’impression d’être débarqué en Inde tellement les locaux au port étaient gossants. Ils me donnaient envi de lever les coudes et de foncer dans le tas…

Pourtant, je ne me trouvais pas en Inde, mais bien à Sittwe, ville de 200 000 habitants et capitale de l’état Rhakine situé à l’ouest du Myanmar, un état réputé comme étant séparatiste.

Si Sittwe voulait dire « bruyant » ou « PAS tranquille », je n’aurais aucune difficulté à le croire.

Après une journée à rien faire sur un bateau, un défi se dressait devant nous; trouver un endroit où s’héberger.

Le hic, nous l’avons appris assez rapidement, c’est que la ville n’avait pas beaucoup d’hotel et qu’encore moins de ces hôtels n’avaient une licence pour accueillir les étrangers.

Nous avons donc fait le tour de la ville à bord d’un tuk tuk. À chaque hotel où nous allions, c’était la même réponse;
– nous n’avons pas de licence pour accueillir des étrangers
OU
– l’hotel est complet.

Après s’être fait viré de bord par quelques hôtels, nous avons décidé de « coller » à l’un de ceux-ci même si on nous avait dit qu’il n’y avait pas de place. Après leur avoir demandé de toutes les manières possible si ils avaient des chambres et que le gars nous ai aidé à appeler tous les autres hôtels de la ville pour se faire revirer aussi… Roark a décidé de lui redemander une dernière fois si ils avaient de la place… que peu importe la chambre ça conviendrait…

À notre grande surprise, le manager a fini par allumer qu’il lui restait une chambre de dispo…

Quel genre de directeur d’hotel se refuserait à louer sa dernière chambre disponible et donc ne pas se faire d’argent sous prétexte qu’ils sont 5 et que la chambre peut en accueillir 3… alors que nous étions près à payer plus cher… QUEL CON.

Ils leur restaient une chambre avec un lit double et un lit simple… autant dire que c’était PARFAIT pour 5 personnes (des voyageurs d’expérience trouvent toujours le moyen de transformer 3 places en 5 😉

La nuit à Sittwe fut des plus spéciale…

De 1, il y a eu une espèce de musique assez forte qui jouait toute la nuit au loin…

De 2, à 4.30pm, soit 30min avant notre réveil prévu, un véritable party a commencé juste à coté de notre chambre. Un énorme système de son crachait la chanson « I just want to say I love you »… version birmane…

Nous avons fini par apprendre que la gare d’autobus se trouvait directement de l’autre côté de la clôture à côté de notre chambre. Ouin… pis c quoi le rapport avec la musique forte?!? Au Myanmar, la plupart des bus de jour on des amplificateurs (système de son) GI GAN TES QUE dans le fond du bus. Quand un bus te passe sur la route tu entends généralement de la musique hyper forte.

De 3, à peine les bus partis que des oiseaux commençaient à crier à tue-tête… bref, pas reposant du tout.

Quand tu parles de te lever du mauvais pied, c’est la définition même de l’expression.

CHAPITRE 4 – REMONTER LA RIVIÈRE JUSQU’À MRAUK U

Heureusement pour nous, on ne s’est vraiment pas éternisé dans cette ville; nous étions arrivé par bateau après le coucher du soleil hier soir et nous étions à nouveau sur un bateau dès le lendemain alors que ce même monsieur Soleil ne s’était pas encore pointé à l’horizon.

IMG_9541

6.30am – contrairement à la veille, nous n’allions pas battre de record de vitesse. Nous étions à bord d’un très gros, très vieux et très très lent bateau de 2 niveaux. Alors que la plupart des gens étaient entassés au rez-de-chaussée, nous étions assis au second niveau devant la cabine du pilote à voir défiler le paysage devant nos yeux… à vitesse très petit V.

IMG_95982 IMG_9649

Alors que le soleil se levait au loin sur l’océan et que le bateau quittait le port, plein de goélands (sea gull… gull voulant dire « eau » en vieux anglais) nous escortaient. Ils faisaient des cercles autour du bateau. Avez-vous déjà vu un oiseau faire un vol stationnaire à seulement quelques mètres au-dessus de vous? Moi oui… avoir voulu, j’aurais pu en attraper un.

P1050487IMG_9631 IMG_9632 IMG_9633 IMG_9636 IMG_9640

Alors qu’hier nous longions la cote birmane, nous entrons profondément dans les terres aujourd’hui en voguant sur d’immense rivière d’un bleu clair azur large comme le fleuve St-Laurent à la hauteur de Qc et serpentant dans la plaine.

Le paysage qui nous entourait était composé de plaines verdoyantes, alliant de multiples teintes de vert et de jaunes, de plages recouvertes d’un espèce de lychen vert perçant, de multiples animaux/oiseaux… dont une grande quantité de water buffalos… une tonne de petits villages sur pilotis, des petits et grands bateau, des pagodas toutes dorés, des arbres comme j’en avait seulement vu sur des photos de l’Afrique, etc.

20140125_102709 IMG_9665 IMG_9675  P1050525 P1050526 P1050528

Puis, plus nous avancions dans les terres, plus les rivières devenaient de plus en plus étroites. La plupart des petits villages qui défilaient devant nos yeux depuis notre départ de Taunggok hier matin n’étaient accessible que par bateau.

Cela me faisait un pincement au coeur de penser que ce magnifique paysage était appelé à disparaitre si le niveau de la mer continuait à monter. Toutes les plaines étaient presque au niveau de l’eau.

P1050522

Puis, après presque 6h sur le bateau, alors que la rivière n’était maintenant pas plus large qu’une centaine de mètre, se pointait finalement Mrauk U.

CHAPITRE 5.1 – MRAUK U

Aussitôt débarqué du bateau qu’un homme nous attendait (avec nos noms sur une pancarte) pour nous conduire à notre auberge en jeep… le gros luxe.

Capitale de l’empire Rakhaing durant près de 400ans, de 1430 à 1826, Mrauk U, qui se prononce « Miaou », fut par la suite la capitale provinciale de la colonie britannique avant que ceux-ci déménagent à Sittwe.

Les plaines et petites collines entourant aujourd’hui cette capitale déchu comportent un lot important de temples éparpillés sur quelques km, ce qui en fait le 2ème lieu en importance au pays après Bagan (épisode futur) d’où notre présence.

À peine arrivé à notre auberge que nous étions déjà à explorer les environs.

SHITTAUNG PAYA
Construit en 1535, l’intérieur ressemble à un labyrinthe. Plus de 1000 sculptures de bouddhas.

AN DAW PAYA
Juste à coté de la précédente. Plus sobre, plus petite, mais tout aussi intéressant.

RATANABON STUPA
Construite en 1612, elle a survécu de justesse à un bombardement lors de la WWII

DUKKANTHEIN PAYA
Construite en 1571, elle ressemble à un véritable château fort. Impressionnant tunnel qui culmine au centre devant un bouddha illuminé par un jeu de lumière Dolarama.

LAYMYATHNA PAYA
Simple, petite, mais très belle.

1 P1050563 P1050580 P1050589 P1050600 P1050643 P1050694

Ces 5 temples, et quelques autres que nous n’avons pas visités, étaient à moins de 1km de marche de notre auberge.

On a par la suite fini la journée en beauté en admirant un sunset parfait du haut d’une petite colline à proximité.

CHAPITRE 5.2 – UNE JOURNÉE EN BATEAU… POUR FAIRE CHANGEMENT

7.00am – Le moins que l’on puisse dire c’est que les gens à notre auberge sont dur d’oreille. Alors que nous avions pris la peine de leur dire que nous étions pressé, le déjeuner auquel ils nous ont convié fut l’un des plus lent de ma vie.

Ça n’en finissait pas de ne pas finir; ils nous ont amené les ustensiles… 10min plus tard les assiettes…10min plus tard de l’eau… 10min (vous commencez à comprendre) après le thé/café… le beurre… puis la confiture… le pain… les oeufs… Bref, 1h30 après s’être assis, nous étions encore là… pendant que notre chauffeur/guide nous attendait patiemment dans son jeep à l’extérieur.

IMG_0152

9.00am – après nous avoir attendu une bonne heure, on s’est finalement mis en route pour se diriger un peu à l’extérieur de la ville à un petit port. Nous allions donc passer une 3ème journée de suite sur un bateau. Alors que le 1er jour avait été passé sur un fastboat, que le 2eme s’était passé sur gros, vieux et lent bateau, le 3ème allait se passer bien assis l’un derrière l’autre sur des chaises de plastiques dans une petite embarcation de bois un peu bruyante. À ce rythme là, si on devait faire du bateau demain, ce serait sur une simple planche de bois.

IMG_0042IMG_9696  IMG_0118

Objectif de la journée; remonter la rivière pour aller visiter les Chan, une tribu vivant en marge de la société dans de petits villages très rustiques et accessible seulement par bateau.

Peu après avoir pris place dans le bateau, des problèmes de « plomberie » ont commencé à faire surface… sans me prévenir, mon estomac venait de décider que j’allais passer une journée de merde… pas très dadon quand on pense qu’on allait passer la majeure partie de la journée sur un petit bateau… sans toilette…

Durant 2h, les plaines et les petits villages défilaient devant nos yeux alors que j’utilisais toute ma concentration pour garder à l’intérieur ce qui devait être à l’intérieur.

IMG_9689 IMG_9755 IMG_9776IMG_0134

Le bateau a alors commencé à se rapprocher du rivage dans le but d’aller visiter l’un des villages. J’ai alors sorti du papier de toilette de mon sac et même avant de s’être complètement immobilisé, je sautais par dessus bord les 2 pieds dans l’eau jusqu’au genou pour ensuite courir jusqu’à un petit boisé à l’extrémité de la plage… L I B E R T É comme le crierait Mel Gibson dans Braveheart.

De retour à la normale, j’ai rapidement rejoint mon groupe qui visitait le village. Pour chacun des villages que nous avons visités, le guide nous faisait un tour de ville comme si nous étions dans un zoo. Imaginez des extraterrestres ayant un guide blanc qui ferait visiter St-Félicien ou Québec à des extraterrestres. Ceux-ci regarderaient comment vous vivez et rentreraient dans votre maison sans demander la permission… ils prendraient même des photos. Eh bien c’est un peu comme cela que je me sentais… j’avais l’impression de violer leur vie privé… mais bon, ils étaient hyper heureux de nous voir donc j’imagine que le sentiment n’était pas partagé.

7 11 12 13 IMG_9809 IMG_9815 IMG_9829 IMG_9830 IMG_9847 IMG_9903 IMG_9910 IMG_9968 IMG_9974 IMG_9985 IMG_9992 P1060020 P1060033 IMG_0007 IMG_0024

Fait particulier des tribu Chan, une vieille tradition ancestrale veux que les femmes, une fois rendu à l’adolescence, se fassent tatouer une de toile d’araignée (spider web) dans le visage. Interdit depuis environ 20ans, cette coutume visait à empêcher les tribus ennemis de kidnapper leurs femmes. Nous avons pu voir un demi-douzaine de femmes portant ces tatous.

P1050955

Après avoir visité 3 villages, nous avons entamé le chemin du retour… pour s’arrêter sur une « plage »… en tout cas de loin ça ressemblait à une plage… lorsque j’ai sauté du bateau, j’ai enfoncé jusqu’au genou dans une boue noire…

IMG_0044

Alors que mes compagnons américain et allemands piquait une saucette et « empruntaient » (volaient) un bateau… et passaient tout près de le couler au milieu de la rivière (vous auriez du voir la figure horrifié des locaux qui regardaient la scène impuissants)…

IMG_0086

moi et Enis rendions visite aux femmes qui travaillaient dans un champ de cacahuètes juste à coté. Mon cerveau a ainsi pu comprendre que les cacahuètes (Peanut en anglais) poussaient dans la terre… Ohhhhh

IMG_0056 IMG_0066 2 IMG_0100

CHAPITRE 5.3 – MRAUK U À VÉLO

5.00am – Après un réveil en vitesse, nous étions tous les 5 à demi réveillés et complètement gelé dans un tuk tuk. Il n’était pas question aujourd’hui de faire un tour de bateau… oh que non… les phares du tuk tuk transperçant la nuit noire, nous étions plutôt en direction d’une petite montagne.

S’en est suivit l’ascension de la montagne… dans le noir total… sans lampe frontale… en flip flop… dans un sentier tout sauf facile… pour finalement atteindre le sommet et se retrouver devant la SHWEDAUNG Stupa, un temple assez récente. Qu’importe, nous n’étions pas là pour le temple, mais bien pour y admirer le lever du soleil de haut de sa terrasse offrant un 360degrés de la vallée.

Tic Tac Tic Tac… plus d’une heure plus tard à se les geler, le soleil a enfin daigné se montrer le bout du rond. À ce moment, la vallée de Mrauk U était recouverte d’une mince couche de brouillard. Seul les arbres et les petites collines environnantes l’épais manteau blanc… MA GNI FI QUE

IMG_0340 IMG_0348 IMG_0353

Le ciel a peu à peu commencé à s’illuminer, passant du noir au rosé, pour finalement voir apparaitre la grosse boule jaune… le brouillard et la noirceur faisant alors place à un bain de lumière. On entendait alors la vallée se réveiller et peu à peu reprendre vie; des coqs chanter à gauche, des moines chanter à droite, quelques voiture circuler sur les routes, etc.

Une fois de retour à l’auberge et après avoir enduré un autre très loin déjeuner 10 services, nous avons pris la direction du marché. Situé un plein coeur de Mrauk U, l’endroit ressemblait à un marché au pus dont les employés chargé de la maintenance auraient déclarés la grève il y a de cela une bonne décennie. Le clou du spectacle fut assurément le « Meat Market ». Véritable poubelle en plein air, cette boucherie en plein air version médiévale m’a littéralement coupé l’appétit. Dans un coin, des vendeurs de poissons/poulets (en morceau et vivant) étalés directement sur le sol, dans un autre, des gens en train de dépecer un Water Buffalo récemment tué à coup de hache, le vendant ensuite pièce par pièce sans emballage avec le sang qui dégoulinait, de l’autre des gens lavant leurs vêtements dans une rivière infesté de déchets. Ajoutez à cela quelques oiseaux et des chiens un peu partout qui n’attendaient qu’un instant d’inattention pour manger une pièces… et des mouches un peu partout et vous pourriez avoir un portrait assez fidèle de la situation. S’en était beau tellement c’était laid…

IMG_0368 IMG_0369 IMG_037612 IMG_0381 IMG_0383 IMG_0388 IMG_0391 IMG_0392 IMG_0407 IMG_0410 IMG_0423

Après cette visite pour le moins divertissante, nous avons décidé de louer des vélos pour visiter les environs…

IMG_0477IMG_0485 IMG_0455 14

Monastère SANDA MUNI PHRA GRI…

IMG_0500 IMG_0508P1060183

Le lac Latsay… merveilleux lac non pollué et bordé par un vieux rempart de brique…

1 P1060231P1060224

ZINAMANAUNG Paya
Superbe paya datant du 17eme siècle

3 8 9

PHRANOUK Paya
Petite paya avec de statues de bouddhas dans des alcôves tout autour.

10 P1060274 P1060276

PISEI Paya
Temple se situant au sommet d’une petite colline. En grande parti détruit, il n’en reste aujourd’hui que des tas de pierre et un réseau de corridors à ciel ouvert menant à des statues de bouddhas.

P1060298 P1060312 P1060314 P1060316 P1060319 P1060330

KOETHAUNG PAYA
Sans aucun doute le plus beau et impressionnant temple de la vallée de Mrauk U.

P1060290 P1060336P1060347 P1060349 IMG_0179 IMG_0193 IMG_0197 IMG_0207 P1060361 P1060374 P1060383 P1060395 P1060397 P1060399 P1060401

6.00pm – S’en est suivit une véritable course contre le soleil. Déjà presque disparu de l’horizon derrière les montagnes lors de notre départ du temple, s’en est suivit un véritable sprint pour rejoindre la ville et un endroit plus propice à admirer le coucher du soleil sur la vallée… via un « raccourci » que j’avais localisé sur la carte…

Alors que nous étions à baisser les bras, un temple sur une petite colline est sorti de nul part… en moins de temps qu’il ne m’en faudrait pour m’habiller le matin, nous avions déposé nos vélos (garoché) et monté en vitesse la colline pour nous retrouver face à face avec le SA-KYA-MAN-AUNG Paya, un temple non restauré et resté à l’état sauvage.

La végétation avait depuis longtemps pris le dessus sur la construction humaine. Éteignant mon département de la peur (qui me disait que c’était tout sauf prudent), j’ai alors entrepris de monter sur une section du temple qui s’était écroulé. Cette décision n’aurait pas pu être plus judicieuse. Nous étions juché sur une portion effondré du temple avec une vue sublime de la vallée; plein de temples qui perçaient la jungle par-ci par-la et la boule jaune disparaître tranquillement derrière la montagne à l’horizon.

TOUTE BONNE CHOSE A UNE FIN

La fin de soirée fut des plus émotive alors que notre Fantastique Five allait se séparer dès le lendemain matin.

Cela bouclait la fabuleuse boucle commencée sur un coup de tête il y a plus de 6 jours à Pyay et qui avait mené à la découverte d’endroits magnifiques. Ce fut l’une des mes plus belles aventures en Asie en compagnie de personnes formidables. 6 jours ce n’est rien dans une vie normale, mais en voyage c’est suffisant pour tisser des liens solides et durables.

Pour ajouter aux festivités, c’était l’anniversaire de Roark 2 jours plus tard… nous avons donc fêté comme il se devait.

Next; Mandalay

P.S. – Environ 90% de la musique au Myanmar consiste à des cover des plus grands classiques rock pop des 40 dernières années… qui ont été traduits en Birman; de Bryan Adams, à Kiss, à Abba, à Nickelback, Céline Dion, etc. tout y passe. Tu reconnais la mélodie mais les mots sont complètement différents. C’est très amusants.

Catégories : Myanmar (Birmanie)
Publié par Nicolas Pare le 14 juillet 2014

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires