Aller au contenu principal

Épisode 71 – En Rout… Marche vers Compostelle – PROLOGUE

Un pèlerinage sur le Camino de Santiago est l’une des plus anciennes traditions de la religion catholique. De nos jours, le Camino a transcendé la religion pour devenir un Chemin Spirituel rejoignant des gens de toutes les religions. Vous seriez surpris du nombre de musulmans que j’ai croisé au Moyen Orient qui rêvent de marcher cette route.

Paris – 11 mai 2016

Il faisait un temps de merde et le TGV (Train Grande Vitesse) roulait à vive allure dans la plaine.

À peine sorti d’un long vol en provenance de La Réunion, que j’avais immédiatement sauté dans un train en partance pour le sud-ouest de la France.

Le train était remplis de personnes agés avec leur sac à dos, bâtons de marche et vêtements de randonnée fraichement achetés. Certains n’avaient pas encore retiré les étiquettes. Pas de doute, j’étais en direction du départ du Chemin de Compostelle.

Ma destination… mmm… j’étais encore déchiré entre 2 arrêts; Saint-Jean-Pied-de-Porc et Bayonne.

HISTOIRE DU CHEMIN DE COMPOSTELLE… POUR LES NULS

Commençons par le commencement!

Les dinosaures disparaissent de la surface de la Terre…

Adam et Ève sont chassés du Jardin d’Eden…

Noé sauve une tonne d’animaux d’un ÉNORME déluge…

Les égyptiens construisent des monuments funéraires de formes pyramidales…

Cléopatre prend des bains de lait…

Et puis L’AN 0 arrive…

L’AN 0 marque la naissance d’un bébé naissant dans un berceau, entouré d’animaux et de roi-mages. Le bébé est conçu par une vierge (sans commentaire)…

Environ 30 ans plus tard, ce bébé désormais devenu un homme propage la bonne nouvelle, transforme l’eau en vin, etc.

Il meurt… puis ressuscite… et meurt à nouveau…

Le 12 apôtres qui le suivaient propagent la bonne nouvelle au travers de romans de fiction sans queue ni tête qu’ont appèlent « Bible » et « Ancien Testament »…

Les 12 apôtres meurent à leur tour…

L’empire romain, qui avait pourtant condamné à mort Jésus et pourchassé les chrétiens pour les donner en pâture aux lions, fini par épouser la religion catholique…

La religion prospère un peu partout en Europe…

Les premiers chrétiens, accordant beaucoup d’importance à Rome, Jérusalem et tout endroits rappelant la vie d’un Saint, la mort d’un Martyr ou quelques miracles qui frappent l’imaginaire, entreprennent des pèlerinages… pouvant durer des années… de partout en Europe pour rejoindre ces lieux sacrés.

Autour du 5ème-6ème siècles, l’Empire Romain s’effondre définitivement, laissant le champ libre à l’Église pour exercer le monopole du pouvoir laissé vacant…

Au 7ème siècle, les arabes, menés par leur charismatique prophète Mahomet (Mahomet n’est pas un Dieu… c’est un prophète comme Jésus), s’emparent d’une bonne partie de la Méditerranée et de la Palestine/Jérusalem, bloquant les chemins des pèlerinages traditionnels.

Environ au même moment en Galice, dans le nord de l’Espagne, un moine du nom de Pelayo découvre l’emplacement du tombeau de Saint Jacques le majeur (l’un des 12 apôtres).

Un roi d’Oveido et sa cour font le trajet pour vérifier les dires du moine. Le roi et un évêque concluent que ce sont vraiment les restes de Saint-Jacques!!! Le roi ordonne la construire d’une cathédrale pour y accueillir le tombeau; la basilique de Saint-Jacques de Compostelle voit le jour 100ans plus tard.

Sans le savoir, le roi fut le premier à faire un pèlerinage vers Compostelle. La route qu’il emprunta se nomme aujourd’hui le Camino Primitivo (Chemin Original). J’aurais l’occasion de vous en parler davantage dans quelques jours lorsque je l’emprunterais.

Dès lors, le Pape et l’Église font la promotion de ce nouveau Lieu Saint. Dès le 7ème siècle, de nombreux pèlerins bravent vent et tempête… et brigands… et loups… et guerres… de partout en Europe pour atteindre Compostelle. Marchant sur d’anciennes voies romaines, ces premiers pèlerins tracent les chemins qui sont encore utilisés par les pèlerins aujourd’hui.

L’Espagne, étant alors presque entièrement occupé par les Maures (arabes/musulmans), les pèlerins arpentent principalement une route sur la cote, territoire encore sous le contrôle du royaume chrétien espagnol, pour rejoindre Compostelle. Le Chemin du Nord (communément appelé Camino du Nord, Camino del Norte, Ruta de la Costa) était né.

Pendant les premiers siècles du pèlerinage, le Camino du Nord représente la route principale pour accéder à Compostelle.

Autour du 12ème siècle, avec la reconquête des territoires espagnols par les catholiques, les autorités religieuses firent tout en leur pouvoir pour promouvoir une nouvelle route passant par les territoires fraichement reconquis… une route plus sûr. C’est ainsi qu’était né le Camino Francés (Ruta Interior). Encore aujourd’hui, c’est LA route principale menant vers Compostelle.

Tombé dans l’oubli jusqu’à il y a environ 2 ou 3 décennies, le Camino du Nord regagne tranquillement ses lettres de noblesse. Contrairement au Camino Francès, désormais extrêmement achalandé et relativement plat, le Camino du Nord offre un peu plus de tranquillité, des paysages côtiers sublimes et un parcours accidenté.

C’est tout pour la leçon d’histoire!!!

Pour ceux qui se le demande, j’avais toute ma tête lorsque j’ai écris le texte ci-haut.
J’ai peut-être vexé certains croyants pur et dur. Si oui, pas de dessert et de Paradis pour moi! De toute façon, l’Enfer doit surement être moins chaud que Dubai en été!!!

ET MOI DANS TOUT CELA

Pourquoi ai-je décidé de marcher le chemin de Compostelle?

Quelles sont mes motivations?

Pour des motifs religieux = pas vraiment! Je vais à l’église une fois par année; le 24 décembre au soir… pour recevoir mes cadeaux!

Ce qui m’attire sur le Camino de Santiago est l’histoire qui entoure le Chemin. J’adore l’idée de combiner la randonnée avec l’histoire, 2 de mes passions, de fouler des sentiers arpentés par des milliers de personnes avant moi.

DILEMME

J’étais donc dans le TGV à me poser la question; Saint-Jean-Pied-de-Porc ou Bayonne?!?

Je vous explique…

Séparé par une cinquantaine de kilomètres, Bayonne (sur la cote Atlantique) est le départ pour le Camino du Nord, alors que Saint-Jean-Pied-de-Porc (dans les terres) est le départ du Camino Francés.

J’avais tout d’abord opté pour le Camino Francés.

Or, en lisant sur les Chemins de Compostelle durant les dernières semaines, principalement sur le Camino Francés et le Camino du Nord, j’avais changé mon fusil d’épaule.

Le Camino Francés est très achalandé et offre des paysages beaux, mais sans plus.

Le Camino du Nord, beaucoup moins fréquenté, semble offrir de meilleurs panoramas (montagneux + le long de l’océan Atlantique).

Le hic… j’avais prévu 25 jours pour compléter un Camino Francés sensé prendre 30 jours / 800km (itinéraire fait pour des vieilles jambes).

Avec le Camino del Norte, je me retrouvais à faire en 25 jours (j’ai un vol pour la Corse de déjà booké) un trajet prenant environ 35jours / 880km!

N’empêche… Bayonne ce serait!

J’allais « vaincre » dans la souffrance ou « mourir » en essayant!

On se reparle dans 25 jours pour voir où j’en suis!

Publié par Nicolas Pare le 12 mai 2016

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires