Aller au contenu principal

Épisode 100 – Hola Argentina; Perito Moreno & Fitz Roy

7 Janvier 2016

Déjà 3h que le bus avait quitté Puerto Natales… 3h durant lesquelles les montagnes avaient faites place à une grande plaine où rien ne poussait autre que des buissons à l’infini de tous les cotés.
Un paysage vaste et immense qui rompait brusquement avec les paysages chargés et tout sauf plat de la Patagonie Chilienne.
Bienvenue en Patagonie Argentinienne…

ARGENTINA POUR LES NULS
De son nom officiel « Republica Argentina », l’Argentine est le 9ème plus grand pays sur Terre (8ème si on compte les territoires revendiqués en Antarctique). Avec seulement 43 millions d’habitants, c’est donc l’un des pays les moins densément peuplé sur Terre. 

– Capitale; Buenos Aires,

– Langue; Espagnol,

– Monnaie; le Peso Argentin,
Amerigo Vespuci fut le 1er européen à venir sur le territoire actuel de l’Argentine en 1502 (l’explorateur qui donna son nom à l’Amérique… Amerigo… Amérique).
À l’époque coloniale, le territoire était connu sous le nom de « Vice-royauté du Rio del Plata » (Le Rio del Plata est la rivière qui sépare l’Argentine & Buenos Aires, de l’Uruguay) et servait principalement de port pour envoyer en Espagne les métaux recueillis dans les mines de Bolivie. 
Ayant obtenu son Indépendance de l’Espagne en 1810, le pays nouvellement crée fut nommé « Les Provinces Unis du Rio del Plata », pour rapidement adopter le nom de Argentina… dérivé du mot latin « Argentum », qui signifie « Argent » (le métal). 
L’Indépendance fut suivit d’une longue guerre civile de plus de 50ans… qui fut suivit par la plus grande période de prospérité de l’histoire du pays. 
En effet, la seconde parti du 19ème siècle fut le théâtre d’une immigration massive d’européens vers l’Argentine (principalement des espagnols et italiens, mais aussi beaucoup de français et d’allemands). On raconte que seuls les États-Unis reçurent plus d’immigrants à cette époque. 
C’est en bonne parti grâce à cette immigration que l’Argentine est de nos jours le pays le plus blanc d’Amérique du Sud… où il y a le moins de natifs (originaire d’Amérique du Sud… avant l’arrivé des espagnols) et de métis (mélange entre les natifs et les espagnols).
Au début du 20ème siècle, l’Argentine était considéré comme le 7ème plus riche pays au monde… devant le Canada, les pays scandinaves, etc. Malheureusement pour eux, cette prospérité fut gaspillé par un 20ème siècle marqué par une série de coup d’états et beaucoup d’instabilité politique… dont le pays peine encore à sortir de nos jours.  
Autres faits à ne pas négliger;

– En 1904, l’Argentine fut le premier pays à envoyer une mission en Antarctique. Tout comme le Chili, le pays revendique des territoires en Antarctique… même si un traité international de 1961 stipule que l’Antarctique est un territoire neutre qui ne peut appartenir à personne. 

– L’Argentine est dans le Top5 des plus grands pays producteurs de vins.

– L’Argentine a le plus grand réseau de chemin de fer de toute l’Amérique du Sud.

– L’espagnol parlé par les argentins est complètement différent de celui du reste de l’Amérique du Sud. On raconte que l’espagnol argentin a beaucoup été influencé par la langue italienne. 

– L’Argentine compte sur son territoire la plus haute montagne sur Terre en dehors de la chaine des Himalayas (donc en dehors de l’Asie); l’Aconcagua. Du haut de ses 6959m, cela en fait la plus haute montagne de l’hémisphère sud et ouest sur Terre.

– En 2010, l’Argentine fut le 1er pays d’Amérique du Sud (et seulement le 2ème) à légaliser le mariage entre personnes du même sexe. 

– L’actuel Pape (Francois?!?) est argentin. Son véritable nom est Jorge Mario Bergoglio. C’est le 1er pape à ne pas être originaire d’Europe.

– L’Argentine compte sur la plus grande communauté de musulmans et de juifs de toute l’Amérique du Sud. 

– Finalement, l’Argentine est le Royaume du Tango (danse), le pays où il se consomme le plus de viande au monde… et le lieu de naissance du très célèbre révolutionnaire Ernesto « Ché » Guevara.

EL CALAFATE
Après 5h de route, notre bus s’arrêtait finalement; Terminus El Calafate. 

    
Le nom « Calafate » est en l’honneur de ces petits fruits qui ressemblent à s’y méprendre à des bleuets et que l’on retrouve en abondance dans les environs.
Petite ville anonyme sur les berges du Lago Argentino (le plus grand lac d’Argentine), El Calafate devint rapidement une destination touristique des plus en vue lors de la création du « Parque Nacional Los Glaciares » en 1937.

  
El Calafate d’aujourd’hui transpire le touriste… nous n’avions heureusement pas fait tout ce chemin que pour visiter cette ville sans aucun intérêt… oh que non. Nous étions ici pour rendre visite à Perito Moreno. 

PARQUE NACIONAL LOS GLACIARES
Comme 1ère activité en Argentine, nous allons visiter le Glacier Perito Moreno. Probablement le glacier le plus connu/touristique au monde, l’endroit DÉBORDE de touristes… avec les prix sont (malheureusement) en conséquence ($$$). 
Découvert par Perito Francisco Pascasio Moreno en 1877, le glacier fait parti du Parque Nacional Los Glaciares; 2ème plus grand parque en Argentine, dont plus du 1/3 de la superficie est recouverte de glace… pouvant faire plus de 1500m d’épaisseur à certains endroits. 
Le parque compte plus de 40 glaciers, mais la grande vedette est sans nul doute Perito Moreno. Haut de plus de 60m, profond de plus de 150m sous la surface de l’eau, la grande particularité de ce glacier est qu’il peut être admiré de TRÈS PRÈS. 
Une fois face au glacier, vous oubliez comment le prix du billet et du bus pour s’y rendre étaient exorbitants… et vous êtes en extase. 

                  
Vous avez ni plus, ni moins un gigantesque mur de glace à quelques mètres devant vous. Regarder le Glacier Perito Moreno est comme prendre und pilule anti stress; vous oubliez tous vos problèmes et êtes en paix avec vous-même devant cette bête pré-historique faite de glace. 
Puis, le silence des lieux est brusquement déchiré par une explosion qui résonne sur des centaines de mètres; un morceau du glacier se décroche. Le son, véritable coup de tonnerre, est si jouissif que même un aveugle apprécierait une visite à Perito Moreno. Et quand vous avez la chance de voir l’un de ces morceaux se décrocher devant vos yeux… nous étions émerveillés comme des enfants visitant le Père Noel pour la 1ère fois. 
Fait intéressant, contrairement à la plupart des glaciers sur Terre, qui fondent à vue d’oeil et pourrait bien disparaitre avant le tournant du prochain millénaire, le glacier Perito Moreno est stable depuis une centaine d’années et a même gagné du terrain. 

  
Difficile de rester de glace devant Perito Moreno. 

EL CHALTEN
Cap sur El Chalten, un peu plus au nord. 

  
Pour El Chalten, aucune difficulté à rester de marbre…

Fondé dans les années 1985, c’est la plus jeune ville du pays et un incontournable pour toute personne visitant l’Argentine… même si c’est probablement l’endroit le moins chaleureux au monde (dans tous les sens du terme), étant constannent balayé par des vents glacials. 
Malgré son statut de « capitale du plein air en Argentine », El Chalten est aussi une ville que tout architecte ou urbaniste aurait en horreur; faite à la va vite sans aucune trame urbaine ni la moindre organisation. La ville est laide sans bon sang.

SENDERO AL FITZ ROY
Nous entamions notre randonnée jusqu’au Lago de los Tres pour y admirer l’une des montagnes les plus emblématique au monde.

  
Les 10 premiers km se faisait les doigts dans le nez via un sentier relativement plat et très bien balisé.

         

  

 Passé le camping Poincenot, les choses se corsaient sur les 2 derniers km… pour arriver au Laguna de los Tres à 1170m, la bête juste devant nous; le Cerro Fitz Roy, ou tout simplement Fitz Roy, une gigantesque aiguille de granite de 3405m de haut nommée en l’honneur du capitaine du HMS Beagle… à bord duquel Darwin prenait place lors de son voyage historique…

    
Malgré sa petitesse comparé aux géants de ce monde, Fitz Roy est l’une des montagnes les plus difficile à escalader sur Terre. Alors que l’Everest fut « vaincu » pour une 1ère fois dans les années 50/60, il fallu attendre jusqu’en 1975 pour qu’un 1er alpiniste atteigne le sommet. Alors que plus d’une centaine d’alpinistes atteignent le sommet de l’Everest chaque année, il peut se passer 2 ou 3 ans sans que personne n’atteigne le sommet de Fitz Roy. 
Même par un temps un peu nuageux, le charme opérait. C’est sur le bord de ce lac à contempler cette vue majestueuse que mon chemin allait diverger de celui de Tanzi pour quelques semaines. 

            
En effet, Tanzi retournait à El Chalten pour ensuite se rendre d’urgence à l’ambassade canadienne de Buenos Aires pour collecter son visa étudiant… et en avait un peu sa claque de faire de la randonnée. Après Buenos Aires, elle allait se diriger vers le Paraguay pour y faire du volontariat… tandis que j’allais dormir au Camp Poincenot (que nous avions croisé plus tôt) et ensuite remonter tranquillement l’Argentine… en y faisant un maximum de randonnées… et en la ramassant en chemin. 
Je profitais du reste de l’après-midi pour me promener dans les environs, et tombait sur le Glacier Piedra Blanco… d’une monstrueuse beauté… comme si des rapides s’étaient figé à jamais en dévalant la montagne.

       
Aussi bizarre que cela puisse paraitre après presque 10mois de voyage, ce soir serait ma 1ère nuit seul dans une tente. J’avais fait BEAUCOUP de randonnées avant que Tanzi se joigne à moi, mais avait toujours dormi en refuge ou dans des fermes/homestay.

          

D’UN GÉANT À L’AUTRE
À mon réveil, le ciel était quasi exempt de nuage. Je décidais de remonter au Lago de los Tres… une décision que je n’allais pas regretter; il n’y avait aucun vent, presque aucun nuage et le lago formait un miroir presque parfait (pas de vent donc pas de vague).

      
Je restais assis sur les berges du lac un bon 2h à admirer Fitz Roy et ses potes. 
Puis… le vent se levait, le lac se brouillait, les nuages se pointaient et une masse de touristes se pointaient… le champ du cygne; Adieu Fitz Roy.

      
Retour au Camp Poincenot, remballe le camp, pour me diriger 13km plus loin au Camp De Agostini sur le bord du Lago Torre, lago faisant face au plus petit, mais presque aussi impressionnant Cerro Torre. 

          
Du haut de ses 3102m, cette aiguille de granite est réputé encore plus difficile à escalader que Fitz Roy… en raison des vents violents qui l’entoure en quasi permanence et de ses parois recouvertes de givre/glace 365jours par année. 

   
   

LE RIO ELECTRICO
À la première heure, je retournais à El Chalten avec l’intention de me trouver un lit afin de reprendre des forces, et de me louer un harnais pour ma prochaine aventure. 

    
Une fois en ville, je faisais le tour des auberges recommandables… et moins recommandables… pour toujours recevoir la même réponse; « nous sommes plein… pour les prochains jours ». 
Ma seule option pour dormir en ville était de tenter ma tente sur l’un des nombreux campings improvisés… qui coutaient la peau des fesses. 
Je décidais de laisser tomber la journée de repos, de louer un harnais, et de commencer ma nouvelle aventure dès maintenant. 
Encore là, tous les harnais en ville étaient déjà loués…
13.00 – Avec le moral dans les talons, la dernière chose que je voulais était de camper dans cette ville de merde. 
Je décidais de mettre le cap sur la vallée du Rio Electrico, 21km de marche plus loin, avec l’intention de camper au Refugio del Fraile.

Les 15 premiers km se passaient sur une route de gravelle dans le fond d’une vallée exposée aux vents violents… qui me trimbalaient de tout bord tout coté. Pire encore, le vent transformait la gravelle de la route en mini tornade de poussière.
Après 11km, la route bifurquait dans une nouvelle vallée. Je pouvais alors apercevoir pour la 1ère fois la vallée du Rio Electrico… ma destination… qui ressemblait à un mur noir. Mon petit doigt me disait qu’il ne faisait vraiment, mais vraiment pas beau là-bas. 

    
Décidément, rien ne tournait en ma faveur aujourd’hui. 
Au moment où je songais sérieusement à retourner à El Chalten, je croisais un camping sur le bord d’une rivière toute bleue (il n’y a pas de hasard dans la vie) et décidais de m’y arrêter pour la nuit. 
Tenu par un charmant jeune couple, le Camping Bonanza me chargeait « seulement » 12$ pour un spot de camping… pas cher en Argentine… mais le prix d’un super auberge avec déjeuner inclus (et probablement une piscine) en Colombie. 

      
Quand il me posait la question « comment tu es arrivé ici » et que je répondais « j’ai marché depuis Chanten », la jeune femme se montrait très surprise. 

TENTATIVE ULTIME
À mon réveil, la vallée du Rio Electrico était encore aussi noire que la veille. Je mettais une croix dessus. 
Direction El Chalten en quête d’un harnais.
Je passais 2h à marcher sur la route à me faire brasser/geler par le vent qui soufflait encore plus fort que la veille.
Une fois à la 1ère des 2 shops qui louent de l’équipement de montagne, j’étais tellement préparé à ce que le gars me disent « non on en a pas » que quand il m’a dit « oui j’en ai 1 », j’étais déjà en train de faire mon mouvement pour partir… j’ai retourné la tête en vitesse… et j’ai laché un « WHAT!!! (Quoi) ».
Direction le Circuit Huemul sans tarder… pour vous il faudra attendre au prochain épisode…

  

P.S. – LA QUESTION QUI TUE
Cerro Fitz Roy ou Torres del Paine? 
Sans rien enlever à Torres del Paine, j’ai été beaucoup plus impressionné par Fitz Roy. 
Fitz Roy m’a décroché la mâchoire… W O W. Je commence à en avoir vu pas mal des montagnes… mais celle-là, c’est comme la cathédrale Notre-Dame de Paris des montagnes; un temple construit par des millénaires de glace et de vent. 
Ajoutez à cela que l’accès à Fitz Roy est gratuit, qu’il y a un peu moins de touristes, et qu’il est possible de camper gratuitement et sans avoir à réserver à l’avance.

Publié par Nicolas Pare le 19 janvier 2017

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires