Aller au contenu principal

Épisode 98 – Torres del Paine; Entre Glaciers et Granites

Que faisiez vous le 25 décembre 2016?
Moi? 
Facile!!!
J’avais les couilles ratatinées comme des raisins secs à m’émerveiller devant l’une des plus belles vues que j’avais pu voir dans ma vie…
Retournons quelques jours en arrière. 

07.00 – 21 Décembre 2016
Par un matin frisquet (glacial), des dizaines, voir des centaines de randonneurs convergaient vers la station d’autobus de Puerto Natales avec un seul et même but; prendre l’un des 3 bus en partance pour le Parque Nacional Torres del Paine à 07.30. 

  

TORRES DEL PAINE POUR LES NULS
Le parc se situe dans la Cordillera del Paine et se concentre autour de massifs de granites pointant vers le ciel; les Torres (tours). En plus des massifs, les forêts majestueuses et les glaciers abondent. Tout cela mélangé ensemble fait de Torres del Paine un petit paradis sur Terre pour la randonnée. 
« Paine » signifie « Bleu » en language Patagon… et les lacs et rivières à l’eau plus bleu que bleu n’y manquent pas. 
Pour ceux qui rêve de la Patagonie, vous ne le savez peut-être pas, mais Torres del Paine est l’étoile d’entre toute les étoiles de la région… et pour cause… 
Élu 5ème plus bel endroit sur Terre par le National Geographic, Torres del Paine fut l’une des première réserve naturelle classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO (1978).
Avec Macchu Picchu, le Parque Nacional Torres del Paine est assurément le sentier d’Amérique du Sud le plus fréquenté. J’irais jusqu’à placer Torres del Paine dans le Top5 des trucs à ne pas manquer en Amérique du Sud… Top5 complété par les Iles Galapagos, Machu Picchu, les chutes d’Iguazu et le Salar de Uyuni (il m’en reste 3 à voir… j’y travaille… ne vous inquiétez pas ;-).
Le parc reçoit plus de 140000 visiteurs par année, principalement durant l’été Austral (octobre à mars). Durant l’hiver Austral (avril à septembre), le nombre d’heure d’ensoleillement est minimal… et donc pas très propice à la visite. 
Beaucoup viennent pour une randonnée d’un jour, la majorité pour faire la trek W (randonnée de 4-5jours), et quelques braves pour faire le Circuit O, soit le tour complet du parc (de 6 à 10jours).
Je vous laisse deviner quelle randonnée nous allions faire.

Jour 1 – 🎶 IT STARTS TO LOOK A LOT LIKE CHRISTMAS 🎶

21 Décembre 2016
Départ; Puerto Natales

Arrivé; Camp Torres Central

Distance; 28km de marche
Nous quittions Puerto Natales chargé comme des mules; tente, sleepings et 8jours d’autonomie complète en nourriture. La dernière fois que j’avais eu à faire un trek si long en autonomie complète remontait à ma randonnée de 21jours dans la vallée de Zanskar au Cachemire dans le Nord-Ouest de l’Inde. Espérons que celle-ci tournerait mieux…
Le bus roulait sur la « Ruta del Fin del Mundo (La route de la Fin du Monde) » au travers d’une contrée reculée habitée par des moutons, guanacos (parents éloignés des lamas) et autruches.
Un massif, enveloppé dans un manteau blanc, se pointait tranquillement le bout du nez, jusqu’à accaparer tout l’horizon devant nous. Pas de doute, c’était bien Torres del Paine. 
Le thermomètre affichait alors 16 degrés celsius. C’est probablement le plus chaud que nous allions avoir durant toute la semaine. Bienvenue dans l’été austral de la Patagonie; peu importe le moment de l’année, il faut se préparer à la possibilité de vivre les 4 saisons dans une même journée. Il était très improbable d’avoir 7jours de beau temps en ligne. Peu importe, nous étions prêt à tout…
09.30 – Laguna Amarga (Entrée du parc)
Un vent glacial nous acceuillait à la sorti du bus… une manière comme une autre pour Torres del Paine de nous souhaiter la bienvenue. 
Après avoir passé au travers d’une interminable file d’attente (2 minuscule guichets pour la centaine de randonneurs arrivant tous en même temps) pour entrer dans le parc, nous faisions un autre 20km en bus. J’étais rivé à la fenêtre tellement la vue du massif était grandiose… avant de nous faire déposer au poste de garde Pudeto.
De là, nous faisions une courte randonnée jusqu’à Mirador Cuernos, offrant une grandiose vue d’ensemble de tout le massif des Torres del Paine. 

      
Avez-vous déjà expérimenté de la pluie sans nuages? Le vent soufflait tellement fort par moment, que nous avions de la difficulté à avancer et le vent transformait l’eau des lacs en pluie qui nous tombait dessus à l’horizontale. 
Nous entreprenions de retourner jusqu’à l’entrée du parc afin de prendre l’embranchement en direction du Camping Torres Central, le plus gros (et le plus laid) des campings dans le parque, signifiant la fin d’une première journée (en dehors du Circuit) de plus de 28km de marche.

  

Jour 2 – O

22 Décembre 2016
Départ; Camp Torres Central

Arrivé; Camp Seron

Distance; 14km
Nous avions tout un dilemne devant nous; monter jusqu’au Mirador Torres, LA vue par excellence du parque au beau milieu du massif, ou passer notre chemin et y aller à la fin de notre randonnée dans 7 jours. 
Le hic c’est que l’ascension prenait 10km (allé) et que le temps s’éclaircissait tout autour… sauf dans cette direction. Rien ne nous indiquait que ce serait meilleur dans 7 jours, mais absoluement rien ne nous indiquait que le temps s’éclaircirait aujourd’hui non plus. Les histoires de randonneurs qui étaient monté au Mirador pour ne rien voir abondaient… et nous ne voulions pas y aller 2 fois. 
Après avoir longuement débattu, nous décidions d’attendre dans 7 jours.
09.40 – C’est donc sous une fine pluie et par un temps instable que nous entamions donc officiellement le Circuit O en direction du camping Seron… dans une jolie forêt boueuse à souhait. 
Le sentier débouchait ensuite dans une vallée toute verte entourée de montagnes enneigés, où serpentait une rivière à l’eau bleu clair. L’endroit me faisait beaucoup penser à l’ouest canadien.

      
14.00 – En ayant marché hyper lentement, nous atteignions Seron, situé dans une plaine exposée au vent mais dans un paysage enchanteur. Quelqu’un qui arrive au camping Seron sans boue sur les jambes/pantalons, n’a pas vraiment marché jusqu’à Seron. En effet, les 2 derniers km étaient un véritable massacre.
Contrairement au camping hyper loadé de Torres Central la veille, il ne devait pas y avoir plus de 12 tentes.

  

Jour 3 – 🎶 BLUE CHRISTMAS 🎶

23 Décembre 2016
Départ; Camp Seron

Arrivé; Camp Dickson

Distance; 19km
06.50 – Le réveil se faisait au son d’une fine pluie qui frappait notre tente.
Nous marchions dans la plaine avec la rivière et les montagnes comme décor. L’endroit respirait la tranquillité; aucun vent, ni bruit, mis à part les quelques oiseaux. Nous avions l’impression d’avoir l’endroit pour nous tout seul.

        
Après avoir franchit la difficulté du jour, une petite montagne, nous basculions dans une nouvelle portion de la vallée avec un grand lac entourée de sommets enneigés. Nous nous dirigions lentement, mais surement vers le fond de la vallée, où un mur de montagnes se dressait. Pas aujourd’hui, ni demain, mais dans 2 jours nous allions devoir nous attaquer à la bête.

    
La vue d’approche du Camp Dickson était sublime; entouré de montagnes chargés de neige, sur le bord du lago Dickson… avec le glacier Dickson tout au loin. 

    
La rivière était composé d’eau plus bleu que bleu qui faisait parti du glacier il n’y a pas si longtemps et qui était revenu à la vie après des millénaires d’hibernation. 

Juste à coté du campement se trouvait un cimetière de blocs de glace. Ceux-ci s’étaient décrochés du glacier il y a quelques jours/semaines et s’étaient échoués à un endroit de la rivière où il n’y a très peu d’eau. Ils allaient fondre petit peu à petit peu avant de complètement disparaitre. 

  

Jour 4 – UN RÉVEILLON SOUS LA FLOTTE

24 Décembre 2016
Départ; Camp Dickson

Arrivé; Camp Los Perros

Distance; 12km
09.15 – Sur papier cette journée s’annoncait la plus facile du circuit; direction le Camp Los Perros 12km et +350m plus loin. 
Nous marchions en forêt au son des rapides de la rivière, et remontions jusqu’au Lago Los Perros (Le lac des chiens), au pied du glacier Los Perros.

          
Le Camp se trouvait tout près du glacier au travers d’une forêt détrempé; tout sauf l’endroit rêvé pour passer le Réveillon du 24 décembre. Un peu à l’image du Christ, qui est née dans une étable le 25 décembre (je sais que la date est fausse, mais on va dire une seconde que c’est vrai), j’allais dormir dans une tente par un froid glacial. 
Mon repas de Noel de cette année serait une très grosse portion de pates inondée dans de la sauce tomate avec des biscuits aux pépites de chocolat fourré à la mayonnaise (on fait ce qu’on peu avec ce qu’on a 😉

Jour 5 – UN NOEL BLANC… ET BLEU

25 Décembre 2016
Départ; Camp Los Perros

Arrivé; Camp Grey

Distance; 17.5km

06.40 – Nous quittions le camp complètement gelé, alors que les premiers rayons du soleil ne nous avaient pas encore atteint.
L’ascension était brutale dès le départ. Après quelques minutes à marcher le sentier, je comprenais un peu mieux pourquoi on mentionnait 6h pour franchir cette section de 7.5km; on avancait à petit pas dans un champ de boue… en prenant bien soin de l’endroit où on posait chacun de nos pieds. fallait regarder où on mettait chacun de nos pieds, et avec les 2 yeux grands ouvert en permanence pour ne pas commettre l’irréparable.
Au sortir de la forêt, la boue était dorénavant remplacée par un champ d’avalanche.

  
Malgré le soleil et le ciel bleu, il faisait un froid glacial. Nous étions complètement exposé au vent glacial et violent. 
Nous croisions quelques sections de neige… ou ou… de la neige le jour de Noel… j’avais le sourire accroché d’une oreille à l’autre. 

      
09.00 – Nous atteignons le sommet de la « Paso John Gardner », le point le plus haut du Circuit à 1200m.
De là, nous avions une vue impressionnante sur le Glacier Grey, un mastodonte de glace préhistorique, faisant parti du « Campo de Hielo Sur (Champ de Glace du Sud de la Patagonie) », le 3ème plus gros champ de glace sur Terre après celui de l’Antarctique et du Groenland. Nous avions devant nos yeux une quantité incalculable de neige qui s’était compacté durant des millénaires au point de se transformer en glace… et qui se liquéfiait jour après jour. 

        
Les 10 prochains km se résumaient à descendre jusqu’au Lago Grey via le sentier panoramique qui longeait le glacier. Difficile de faire mieux en terme de vue, avec le glacier sur la droite, le massif de granite sur la gauche et le Lago Grey qui prenait de plus en plus de place à l’avant. 
Je me risquerais à dire que c’était une journée parfaite… peut-être ma plus belle journée en Amérique du Sud.

      
2 ponts suspendu, aussi long qu’étroit & à donner le vertige même à quelqu’un qui n’a pas le vertige (moi), et nous arrivions au Camp Grey. 

        
Avec notre arrivé au Camp Grey, le Circuit O fusionnait avec le trek W… il y avait maintenant beaucoup beaucoup de randonneurs.
Qu’est-ce qu’on fait une fois la journée de marche terminé? On marche un autre 3km jusqu’au Mirador faisant face au glacier et on regarde ce mastodonte préhistorique se liquéfier. 

      

Jour 6 – LE VENT SE DÉCHAINE

26 Décembre 2016
Départ; Camp Grey

Arrivé; Camp Paine Grande

Distance; 18km
09.15 – Après l’équivalent d’une grâce matinée en camping, il était temps de partir pour d’autres cieux. 
Au menu, un petit 11km, sans véritable obstacle, jusqu’au Camp Paine Grande.

  
À mi-chemin, nous disions « Au Revoir » au Lago & Glacier Grey… puis le Lago Pehoe se pointaient le bout du nez. Le lac avait l’air de sortir tout droit d’une peinture tellement sa couleur était d’un bleu surréel.

  
12.15 – Camp Paine Grande, sur le bord du lago, dit « le pire camping spot ever »; une plaine sans arbre, complètement exposée aux forts vents qui frappent l’endroit en permanence.
Paine Grande étant accessible delà route via un service de catamaran, le camp constitue le départ ou la fin de la randonnée W. J’ai vu des touristes sortir du catamaran avec des valises sur roues (on est en camping chose). C’était actuellement très amusant de voir tous ces gens, pour qui cela semblait être la 1ère expérience de camping, essayer de monter leur tente par grand vent. J’avais arrêté de compter le nombre de personnes qui s’étaient planté à cause du vent. J’ai aussi vu quelques tente s’envoler. 
Le clou du spectacle résidait dans la promenade que nous faisions jusqu’au Mirador Lago Pehoe, quelques 3.5km plus loin. Le sentier, dans une forêt calcinée parsemée de troncs d’arbre pétrifiés, et la vue sur le massif Torres del Paine, étaient à couper le souffle. 

      

Jour 7 – VALLE DEL FRANCÉS

27 Décembre 2016
Départ; Camp Paine Grande

Arrivé; Camp Francés

Distance; 22km
Frappé par d’intense rafale de vent toute la nuit, mais ma petite tente avait survécu.
08.20 – Notre destination, bien en vue devant nous, était tout sombre et ressemblait au Mordor. Nous espérions que les choses changeraient durant les 3-4h qu’il nous faudrait pour l’atteindre.

  
Une fois notre camp monté au Camp Francés, nous entreprenions de monter dans la Valle del Francés, l’une des 2 vallées donnant accès à l’intérieur du massif Torres del Paine; une vallée magnifiquement inhospitalière; un torrent infernal au milieu, entouré d’arbres torturés par le vent, de glaciers et de titans de granite insurmontable. 
Sur notre gauche se trouvait le Mordor (communément appelé « Paine Grande » du haut de ses 3050m), ses nuages perpétuels, et son impressionnant glacier accroché à la paroi intérieure du Mordor. On pouvait entendre des blocs de glace se décrocher du glacier à tous les 10-15min… le son résonnait dans toute la vallée. 
Sur notre droite des tours de granite et le soleil. 
Devant, une cuvette de granite. 
Derrière, une vue en contre plongé sur le Lago Nordenskjold et son eau plus bleu que bleu.

      
14.00 – Nous atteignions le Mirador Britanico, à 720m d’altitude, dans le fond de la cuvette… au coeur de la bête.
Ne restait plus qu’à défaire notre route jusqu’au Camp Francés et notre plus longue journée de travail serait terminée.

            

  

  
16.35 – Parce que Tanzi avait oublié nos ustensils à l’autre camp la veille, et parce que nous avions gardé les pates à sauce tomate pour la dernière soirée… en vue d’avoir l’estomac plein pour la dernière et plus longue journée de notre randonnée, j’avais fabriqué (gossé est un terme plus approprié) 4 bouts de bois pour faire des baguettes.

      
Plus qu’une nuit et ce serait le retour à la civilization.

Jour 8 – CONTRE LA MONTRE

28 Décembre 2016
Départ; Camp Francés

Arrivé; Puerto Natales

Distance; 36.5km
Tic Tac Tic Tac
03.30 – Le réveil sonne. Dernier jour et non le moindre. À peine levé que le temps est déjà compté.
Nous avons 10h pour franchir 36.5km, voir le Mirador Torres et sauter dans le bus de 14.30 pour retourner à Puerto Natales. 
J’avais passé plus d’une heure la veille à analyser le sentier avec la carte officielle du parc et mon application maps.me (les distances, dénivelé, etc.). Nos sacs étaient maintenant très léger (presque plus de nourriture) et l’aspect contre la montre ferait en sorte que notre adrénaline serait dans le tapis. J’avais établi des checkpoint un peu partout sur le sentier avec une heure limite pour y être sans quoi nous abandonnions et allions directement à l’entrée du parc.
Seul impondérable qui pourrait venir tout foutre en l’air; Dame Nature. Est-ce qu’il allait mouiller à notre réveil (ce serait pénible de tout remballer en pleine nuit sous la pluie) et est-ce qu’il y aurait du beau temps au Mirador Torres. Le Mirador Torres est l’image emblématique du parque; au coeur du massif, il y a un lac bleu clair avec 3 Torres juste derrière… Torre Central (2800m), Torre Sur (2850m), Torre Norte (2248m).
Retournons à nos moutons…
Tic Tac Tic Tac
04.04 – C’est un départ dans la noirceur la plus totale et sous la pluie.
Alors que l’aube se levait très (trop) tranquillement à l’horizon, nous marchions à la lampe frontale le long du Lago Nordenskjold. 
Nous prenions alors le mauvais embranchement… et marchions sur un semtier à peine débroussaillé. Les braches et herbes longues toutes mouillées ne tardaient pas de nous tremper jusqu’au os.
07.30 – Désormais seul puisque Tanzi avait décidé de prendre le sentier menant directement à l’entrée du parc, sans tambour ni trompette, j’avais déjà 12km dans les jambes en plus de 3h de marche et étais toujours en direction du Mirador Torres.

  
Mon prochain checkpoint était le Refuge Chileno, que je devais atteindre avant 08.45.
08.30 – J’atteignais le Refugio Chileno atteint avant l’heure limite. 
Allez… on continu… la pizza et la bière de ce soir à Puerto Natales seront bien meilleurs avec le sentiment d’avoir tout donné.
La dernière section, à monter au travers d’une zone d’avalanche à plus de 60 degrés d’inclinaison et se frayer un chemin parmi les pierres, n’était pas pour tout le monde. 
09.55 – Presque 6h de marche et 21 km plus tard, j’atteignais le Mirador Torres.

    
20 petites minutes à me les geler sur le bord du lac avaient suffi à me mettre le sourire au lèvre et recharger mes batteries. J’en aurais bien besoin puisque je devait maintenant me transformer en ultra marathonien pour marcher les 16.5km et descendre -850m jusqu’à l’entrée… avant 14.30.

13.50 – 9h45 et 37km de marche plus tard, c’est en marchant à peine et C O M P L E T E M E N T VIDÉ que j’arrivais à l’entrée du parque où Tanzi et le bus m’attendaient.

  

Direction Puerto Natales pour la nuit. Même si nous avions relativement bien dormi durant toute la randonnée, nous avions BEAUCOUP de fatigue accumulée… fatigue pouvant seulement être rattrapé avec un sommeil réparateur dans un bon lit.
Nous avons été hyper chanceux avec la température. Oui nous avons eu notre dose de pluie, mais nous avons toujours pu admirer les paysages grandioses qui nous entouraient.

  
Punta Arenas dès demain afin de prendre notre avion…
À suivre…

Catégories : Chili
Publié par Nicolas Pare le 26 janvier 2017

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires