Aller au contenu principal

Épisode 73 – GR Vins (20)

12 juin 2016
Dans la catégorie « À éviter », il y a bien sur les très évidents;
– Donner un coup de pied dans un nid d’abeilles,
– Fumer une cigarette en faisant le plein à la station service,
– Nager avec des requins si on saigne abondament,
Il faut maintenant ajouter à cette liste;
– Arriver à Calenzana un dimanche.
Calenzaquoi? Calenzana… le village situé au départ de la randonnée du GR20… si vous faites le GR dans la direction Nord/Sud.
Pourquoi? Pour la simple raison que l’endroit ressemble à une ville fantôme le dimanche; tous les services, ou presque, sont fermés (épicerie, etc.). Il nous était donc impossible d’acheter des provisions pour le GR.
Peu nous importait, ce n’était pas une absence de ration qui allait nous empêcher moi et Tanzi (venue directement de Dubai pour m’accompagner dans mes aventures en Corse) de commencer le GR20 tel que prévu à la première heure le lendemain matin. Nous allions partir aux premiers rayons de soleil et mettre notre destin entre les mains de la montagne.
CORSE ET GR20 POUR LES NULS
La Corse est une île au large de l’Italie, tout juste à coté de l’ile de Sardaigne dans la mer Méditerrannée. L’ile est un territoire francais, mais conserve une très forte influence italienne témoignant de ses origines (les noms de villes, montagnes, de familles sont italiens).
Créé au début des années 70, le GR20 est un sentier de randonnée dans les montagnes du Parc Naturel Régional de Corse. Le parc englobe presque tout le centre de l’ile et plus de 1/3 de la superficie totale de la Corse.
Le GR20 coupe en diagonale la Corse du Nord-Ouest (Calenzana) au Sud-Est (Conca) et fait environ 200km.
« Le GR20 a été concu au départ dans un esprit sportif, spartiate avec peu de confort, se pratiquant en autonomie. »
Le sentier a longtemps été réservé à un public averti marchant en autonomie complète (transporter sa nourriture, tente, sleeping… tout quoi) capable de porter des sacs de 25kg (mon sac en fait 5kg). C’est aujourd’hui loin d’être réservé à l’élite des marcheurs puisqu’il a depuis été « démocratisé » (facilité… facilité ne veut pas dire facile) avec l’ajout de gite et la vente de nourriture. Il est aujourd’hui fréquenté par une HORDE de randonneurs de tous les niveaux (surtout des vieux sans trop d’expérience si vous voulez mon avis). La portion Calenzana/Vizzavona (environ au centre de l’ile) est réputée comme étant la plus difficile passant par plusieurs hauts sommets frolants les 3000m. En contrepartie, la portion Vizzavona/Conca est réputé plus « facile », mais les distances y sont plus longues.
Bref, vous comprenez un peu dans quoi je m’étais embarqué. On ne parle pas de pèlerinage ou de marcher un GR quelconque, il s’agit de marcher le GR20, un sentier qui a la réputation d’être LA randonnée la plus difficile d’Europe.
On allait bientôt en avoir le coeur net et voir si ce qualificatif était méritée.
FLASHBACK DEPUIS COMPOSTELLE
Il s’était écoulé 6 jours entre la fin de mon Camino de Santiago (6 juin) et le début de mon GR20 (13 juin). 6 jours où j’avais fait tout en mon possible pour limiter les activités physiques afin de guérir mes blessures, faire la paix avec mes pieds et être dans une forme optimale pour le GR20.
En Suisse…
Genève… avec un coucher de soleil parfait sur le bord du lac Léman,
 thumb_gopr3923_1024
Lausanne… un peu déçu de cette ville.
En Corse…
Bastia… avec sa vieille ville organisée autour d’un port surveillé par une citadelle perchée en haut d’une colline en bord de mer.
 img_0004
Corte… et son intrigante citadelle en porte-à-faux sur un rempart rocheux dominant la ville,
Bonifacio… une ville défiant la gravité en surplombant la mer du haut de ses  falaises de calcaires.

photo 11-06-16 12 22 18photo 11-06-16 15 06 25

L’escalier du roi Aragon, qui descent jusqu’au niveau de la mer, peut-être l’escalier le plus intense que j’ai monté/descendu, est quelque chose à ne pas manquer.
thumb_gopr4250_1024
Je n’ai surtout pas chaussé mes souliers de montagne pour;
– marcher 1 journée (20-30km) dans les vignobles en terrasses de Lavaux. Situés entre Lausanne et Montreux et classés patrimoine mondial de l’UNESCO, ces champs de vignobles en terrasse vieux de plus de 1000ans surplombent le lac Léman. Véritable labyrinthe parsemé de petits villages, on se surprend à y marcher durant des heures,
thumb_gopr4023_1024thumb_gopr3981_1024
– faire un trek de 11km, +1200m -1200m, tout sauf une prommenade de santé, jusqu’au sommet de la plus haute montagne surplombant Corte pour y voir l’Arche (rocheux) de Corte,
 photo 10-06-16 10 52 14
– marcher dans les Balanques de Piana, surprenant site de l’UNESCO sur la cote Ouest de la Corse,
– faire une « petite » randonnée matinale de 8km, +600m -600m en bord de mer jusqu’au sommet d’une grosse roche surnommé Capo Rosso, pour y admirer son vieux fort… et la vue sur la mer en contrebas.
img_0046photo 12-06-16 12 36 41
Ajoutez à cela que j’avais loué une voiture pour faire le tour de l’ile durant 4 jours… une voiture manuelle. Mon expérience en conduire manuelle se résumait à quelques fois il y avait 4 ans et cela n’avait pas vraiment été couronnée de succès. Je me retrouvais donc à conduire en Corse, une ile montagneuse, à constament monter/descendre et où les routes droites n’existaient pas. Plus de peur que de mal…
Bref, vous avez tous compris que je commencais le GR20 bien reposé 😉
JOUR J – RETOUR AU BOULOT
13 juin 2016 – Calenzana
06.30 – Le réveil sonne… la vérité me sautait au visage, à peine terminé le Chemin de Santiago que je reprenais du service.
Après avoir enchainé coup sur coup la Grande Traversé de La Réunion (plus de 150km) et le Camino de Santiago (plus de 800km), je tentais de compléter la trilogie en marchant le GR20 en Corse (plus de 200km)…
Mes pieds, qui portaient encore les cicatrices douloureuses du Camino, retournaient dans leur boureau et je remettais Boule de Quille sur mon dos.
Après avoir arpenté les petites rues de Calenzana, le début du sentier se trouvait maintenant devant nous. Je ne pouvais plus reculer… enfin… j’aurais toujours pu, mais cela n’aurait pas été très viril aux yeux de Tanzi.
Nous dévorions les 7 premiers km à un bon rythme; en 2 heures, nous avions atteint facilement le col Bocca u Saltu à 1250m.
photo 13-06-16 10 51 56
Le GR20 prennait véritablement son envol à partir de ce moment. Après avoir marché dans une très belle forêt de pins, le sentier montait désormais dans une zone d’éboulement. Un faux mouvement et j’allais ajouter une cicatrice (ou pire) à ma collection. Je me rendais compte que mon corps n’avait pas bien (pas du tout) récupéré depuis la fin du Camino de Santiago… un peu normal puisque je ne lui avait pas laissé l’occasion de reprendre son souffle.
12.05 – Arrivé au refuge sain et sauf 5h15 après notre départ, il n’y avait maintenant plus qu’à admirer le paysage et attendre le souper… 6h plus tard. Le campement était situé sur un faux plat à mi-hauteur d’une vallée, et offrait une vue sur la mer loin en contrebas.
photo 13-06-16 14 23 44
Après avoir passé l’après-midi à faire la sieste au soleil, je décidais de monter jusqu’au sommet de la montagne derrière le refuge pour me mettre en apétit (comme si j’en avais besoin). Alors que la montée se faisait sans problème, la descente était pénible; j’étais mort de faim et le sentier était glissant… j’avancais à pas de tortue (vous avez déjà vu une tortue en montagne… ouais… c’est ça).
img_0071
Pour le souper on nous servait des lentilles à la sauce tomate. Même moi, qui suis NUL en cuisine, n’oserais pas faire ce mix… et surtout charger 20 euros (+/-27$) pour le plat. La cuisinnière interprétait ma demande pour un 2ème plat comme si j’aimais sa cuisine (elle était toute contente). La vérité c’est que j’étais mort de faim et que j’aurais passé au travers d’un sac de croquettes pour chien si elle me les avait servi.
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Calenzana
Altitude de départ; 280m
Arrivé; Refuge Ortu di u Piobbu
Altitude d’arrivé; 1560m
Distance; 11km
Dénivelé; +1360m -60m
JOUR 2 – L’ESPRIT EN PAIX
14 juin 2016 – Refuge Ortu di u Piobbu
À notre réveil, la vue panoramique que nous avions le veille à partir du refuge avait fait place à un mur blanc; une mer de brouillard.
Nous avions décidé de prendre un sentier alternatif pour nous éloigner des foules, éviter le grand vent et alonger notre randonnée (14km au lieu des 7.5km annoncé pour le sentier officier).
Le sentier descendait en serpentant au travers d’une forêt de pins. Arrivé tout en bas à l’Auberge de la Forêt, il était maintenant temps de remonter de l’autre coté.
photo 14-06-16 10 48 19
12.45 – Arrivé au refuge de Carozzu, notre refuge du jour. Perché a à 1270m dans une cuvette formée par la montagne qui se refermait sur 3 cotés pour s’ouvrir seulement sur une vallée plongeant vers le bas (d’où nous arrivions), avec la mer tout au loin.
À écouter tous les autres randonneurs dire oh combien le sentier du jour avait été difficile, je m’en voulais d’avoir pris un chemin « facile »… même si mon intention était bonne; faire plus de km.
J’allais passer le reste de l’après-midi à me reposer… ERREUR… vous me prenez pour quelqu’un de rationel?
Je décidais de faire une marche punitive jusqu’au sommet de la montagne derrière moi sur le sentier GR20 que nous aurions dû prendre. Je voulais m’enlever le gout d’avoir triché de la bouche.
J’avais l’impression de voler sur le sentier… même si je montais… comme si j’étais poussé par un sentiment d’urgence… ou par le fait que je n’avais pas de sac à porter.
Le sentier était comme je l’imaginais; difficile et extrèmement casse-gueulle. Il le fallait pour que 6km aient pris plus de temps à des gens de mon niveau, qui étaient partis plus tôt que nous et arrivé à Carozzu après nous.
Nous montions dans un glissement de terrain avec une quasi absence de prises solides pour les pieds. Pour chaque 3 pas que je montais, j’en descendais 1. C’était comme de la danse en ligne… mais en plus amusant 😉
Mon « moi du futur » (qui allait devoir redescendre jusqu’au refuge un peu plus tard) détestait mon « moi du présent » et son orgeuil mal placé.
Le sentier était tellement casse-gueulle que j’avais croisé une fille en larme. Elle descendait au refuge Carozzu et me demandait si elle était au bout de ses peines. Elle était malheureusement tout en haut du mur et bien loin de voir la lumière au bout du tunnel.
Mon sentiment de culpabilité s’envolait presque entièrement lorsque j’atteignais le sommet du col Bocca Innuminata à 1865m. J’avais monté 600m et marché 2.5km depuis mon départ de Carozzu. Il me restait à défaire mon chemin pour retourner au refuge. Plus facile à dire qu’à faire.
Ce soir, le souper s’améliorait un peu; du spaghetti à la sauce tomate. Loin d’un repas étoilé Michelin, mais une petite amélioration.
thumb_gopr4492_1024
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Refuge Ortu di u Piobbu
Altitude de départ; 1560m
Arrivé; Refuge de Carozzu
Altitude d’arrivé; 1270m
Distance; 14km (+5km)
Dénivelé; -1060m +770m (+600 / -600m)
Jour 3 – LE SINGE DES MONTAGNES
15 juin 2016 – Refuge de Carozzu
Connaissez-vous le singe des montagnes? En avez-vous déjà vu? J’imagine que non puisque c’est une espèce très rare que l’on retrouve presque uniquement sur les sentiers du GR20 en Corse. Ces humanoides mi-singe, mi-tortue qui avancent avec leurs pieds et leurs mains et qui transportent leur maison sur le dos. Eh bien nous n’en avons pas simplement vu, nous en sommes devenu aujourd’hui. Pas le choix si on voulait passer au travers de cette journée en un seul morceau vu la grande difficulté du parcours, qui s’apparentait plus à de l’escalade qu’à de la randonnée.
photo 15-06-16 09 47 26 (1)
Le sentier ne pardonnait tout simplement pas. Parti à 07.00 tapant, les premiers km se passaient à monter dans un canyon abrupte et parsemé de grosses roches. Une fois au col Bocca Muvrella à 1980m, nous avions parcouru 3km en un peu plus de 2h30.
thumb_gopr4511_1024
Par la suite, le sentier longeait la paroi avec des sections encore plus techniques. Il n’était pas rare d’avoir à descendre une paroi rocheuse de 8/10m de haut avec des appuis limités et aucune corde/chaine. Alors que je donnais l’impression d’être un enfant dans un magasin de jouet… j’avais le sourire fendu jusqu’au lèvre… je croisais beaucoup de randonneurs avec le regard crispé par la peur. Et pour cause, un faux mouvement et c’était une chute de quelques mètres… ou pire. Le GR20 n’est pas un sentier de randonnée qui prend par la main. Il faut en fait l’agriper à 2 mains si l’on veut avoir une chance de succès/survi.
photo 15-06-16 11 46 43
L’ascension d’un 2ème col nous mettait exactement à 2000m. On pouvait alors voir le refuge du jour tout en bas… loin tout en bas… qui donnait l’impression de pouvoir être atteint en 15 minutes… quand il nous fallait finalement 1h30 pour négocier le sinueux parcours d’escalade tout en descente.
11.45 – La journée de travail était véritablement terminée avec le refuge de Ascu devant nous. Nous bouclions les 5.5km en 4h45… en étant parmi les plus rapides.
Perdu dans les montagnes aux sommets enneigés et accessible par la route, Ascu est une petite station de ski l’hiver et se transforme en refuge du GR20 le reste de l’année. L’un des sommets qui l’entoure, le Monte Cinto, est le plus haut sommet de la Corse à 2700m.
Nous passions le reste de la journée à boire. Pour ceux qui lisent attentivement mes aventures depuis mon départ de Dubai, vous en êtes peut-être déjà venu à la conclusion que j’étais (re)devenu alcoolique. Vous n’avez pas tort… mais en montagne il y a 2 choses à faire; marcher et boire. Je bois mon 50/75cl de vin quotidiennement depuis 3 mois et j’ai quand même perdu plus de 10kg. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais changer une formule gagnante 😉
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Refuge de Carozzu
Altitude de départ; 1270m
Arrivé; Refuge de Ascu Stagnu
Altitude d’arrivé; 1420m
Distance; 5.5km
Dénivelé; +800m -640m
Jour 4 – BEAUTÉ FATALE
16 juin 2016 – Refuge de Ascu Stagnu
Lorsque j’avais procédé à la réservation des refuges avant de quitter Dubai, j’avais cru bon de doubler une étape aujourd’hui (faire 2 étapes en 1 journée). C’est assez commun sur le GR20… mais je ne crois pas que beaucoup de randonneurs doublent ces 2 étapes. Je ne sais pas trop à quoi j’avais bien pu penser.
La 1ère étape, longue de « seulement » 9.1km, montait jusqu’au toit de la Corse et avait un panneau où était écrit en grosses lettres « sentier hautement technique… 8-10heures ». Si ce sentier avait la mention « technique » et que le sentier d’hier ne l’avait pas… gulp…
Si nous étions toujours en 1 seul morceau à l’arrivé, la 2ème étape, longue de 6.5km, allait nous attendre les bras grand ouvert pour terminer le travail. Au total on parlait de seulement 16.6km de marche, mais d’environ +2000m et -1000m de dénivelé.
J’avais eu du mal à dormir tellement j’étais anxieux. Tout seul je n’aurais pas eu de problème, mais j’avais Tanzi avec moi et je me sentais responsable.
Peu importe, il n’y avait qu’une seule chose à faire; marcher.
img_0111
05.50 – Nous prenions la route avec un ciel bleu exempt de nuage. Les montagnes semblaient nous dire « Venez! ». Nous n’allions pas refuser leur invitation.
Premier sur le sentier, c’était le calme avant la tempête; les oiseaux chantaient, le soleil ne nous avait pas encore atteint et le sentier était facile. On se dirigait tranquillement mais sûrement vers le fond de la vallée, vallée qui n’était ouverte que sur un seul coté… celui dont nous arrivions… les autres cotés étant fermés par des parois rocheuses quasi verticales. Nous couvrions les 2 premiers km en moins de 1h. La suite devait nous prendre beaucoup plus long.
Après quelques minutes de monté éreintante, il était maintenant clair que le sentier était devenu un « non sentier », dans la mesure où il n’y avait pas vraiment de sentier tout tracé pour monter la paroi verticale; il fallait simplement faire de son mieux pour passer d’un drapeau rouge/blanc à l’autre. Le grand vent transformait tout mouvement en spectacle de haute voltige et tout équilibre était précaire.
img_0116photo 16-06-16 08 42 14
Une fois cette première paroi montée, nous débouchions dans une nouvelle vallée plus haute et toujours ceinturée de montagnes aux parois plus verticales qu’horizontales.
photo 16-06-16 08 27 00photo 16-06-16 08 49 04photo 16-06-16 09 01 46
Il n’y avait alors aucune trace de vie (humaine) autour de nous. Nous étions entouré de la nature à son état brut, la Beauté à l’état naturel… et hautement dangereuses. Cette Beauté n’attendait qu’un moment de relâchement de notre part pour nous faire un coup sournois aux conséquences imprévisibles.
D’ailleurs, il y a presque 1 an jour pour jour se produisait l’une des plus grande catastrophe du GR20 à proximité de où nous nous trouvions. Mi juin 2015, les montagnes étaient encore chargés de beaucoup de neige après un hiver rigoureux. Des températures extrêmement chaudes faisait se déclencher une avalanche qui emportait au moins 5 randonneurs avec elle. On retrouvait les corps seulement quelques jours après.
08.00 – Après 3.5km (1.5km d’ascension en 1h30), nous avions atteint un nouveau plateau à 2150m.
Par la suite, le sentier n’en finissait pas de monter, et plus ça montait plus ça devenait technique. Je ne ressentais plus la fatigue tellement j’étais boosté par l’adhrénaline. Un peu avant le sommet, la pente était devenue tellement raide, qu’il fallait toujours être en position plié vers l’avant pour ne pas perdre l’équilibre et se faire renverser vers l’arrière. Toute cette ascension finale se faisait dans un champ de cailloux vertical, avec certains passage dans la neige en guise de répit.
img_0131photo 16-06-16 10 39 30
09.20 – 2600m… nous avions atteint le sommet du sentier… un endroit TOTALEMENT inhospitalier, formé de roches de toutes formes et grosseurs, agrémenté d’un vent à écorner les boeufs et d’une température glaciale… même si le soleil rayonnait de tous ses feux dans un ciel sans nuage.
thumb_gopr4643_1024
De là, le Monte Cinto, sommet de la Corse, était à 1km allé. Nous y voyons peu d’intérêt puisque nous avions déjà un formidable panorama à 352 degrés de là où nous étions.
img_0134photo 16-06-16 12 40 19photo 16-06-16 12 43 29thumb_gopr4650_1024photo 16-06-16 12 21 20
Désormais en mode descente sur le versant opposé, nous étions exposé au grand vent à traverser une mer de cailloux sur 3km. Un pas nonchalant et votre pied se posait au mauvais endroit. Au départ amusant, on en venait vite à se lasser à constamment perdre pied.
thumb_gopr4663_1024thumb_gopr4666_1024
12.10 – Fin de la 1ère étape avec notre arrivé au refuge Tighjettu à 1683m et 9.1km dans les jambes. Cela n’était pas le temps de s’appitoyer sur notre sort. Une courte pause et nous étions de retour sur le sentier. La 2ème étape du jour se décortiquait en 3 temps; une descente toute en douceur dans une vallée longeant une rivière, suivit d’une agréable (c’est possible) monté dans une forêt de pins… et d’une beaucoup moins agréable montée assez technique sur des parois rocheuses pour rejoindre le col du Bocca Foggiale à 1962m. Cette dernière partie se révélait une véritable torture pour mes pieds, alors que mon cardio avait lâché prise il y a bien longtemps.
16.30 – Fin du calvaire. High Five à Tanzi pour célébrer le fait que cette journée tant redoutée était désormais chose du passé. Avant même d’avoir retiré mes souliers, je me dirigais à l’intérieur du refuge et commandais une bouteille de vin (le gars connait ses priorités).
thumb_gopr4714_1024
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Refuge de Ascu Stagnu
Altitude de départ; 1420m
Arrivé; Refuge de Ciottulu di I Mori
Altitude d’arrivé; 1991m
Distance; 16.6km
Dénivelé; +1700m -900m
Jour 5 – DÉROULE LE TAPIS ROUGE
17 juin 2016 – Refuge de Ciottulu di I Mori
De très forts vents et une pluie dilluvienne avait frappés le refuge une bonne partie de la nuit. On pouvait donc s’attendre au pire pour cette journée de marche.
06.30 – À notre réveil, tout avait cessé. Ne restait qu’un sentier détrempé, un très fort vent et un épais brouillard (c’était déjà bien assez si vous voulez mon avis). Les Dieux de la marche étaient véritablement de notre côté.
Après avoir marché un bon moment sans rien y voir, nous descendions sous la nappe de brouillard pour  découvrir le paysage qui s’y cachait. Nous avions devant les yeux un paysage complètement différent des derniers jours. Alors que nous avions pris l’habitude de marcher de sommet en sommet, nous étions désormais à serpenter entre les montagnes dans une contrée de collines recouvertes de verdure et de roches. Le sentier nous guidait tout en bas de la vallée vers le seul endroit lumineux. C’était comme marcher dans un tunnel en se dirigant vers la source de lumière tout au bout.
Après quelques 2 heures de marche, l’horizon s’ouvrait devant nous; le brouillard au-dessus de nos têtes laissait toute la place à un ciel bleu, et les montagnes, qui agissaient tels de murs étouffants, s’élargissaient pour laisser place à une immense forêt.
thumb_gopr4745_1024
Après 10km de balade, le sentier commencait à monter. Que serait une journée sur le GR20 sans une ascension d’au moins une montagne? Celle-ci n’était qu’une formalité et à 12.10 nous étions au sommet du col Bocca a Reta à 1883m.
img_0209thumb_gopr4754_1024
Tout de suite après, le sentier descendait vers un grand lac entouré d’un étrange pâturage ressemblant étrangement à un vert de terrain de golf.
On se doutait que le GR20 n’allait pas nous laisser finir la journée aussi facilement et qu’il nous réservait une petite surprise pour la fin… du genre monté éreintante sur les 2-3 derniers km.
Et puis boum… on apercevait le refuge du jour au détour d’une grosse roche… perché… tout en bas de la vallée… avec un sentier hyper pénard traversant une plaine… comme si le GR avait déroulé le tapis rouge (vert) pour nous acceuillir au refuge.
Trève de célébration, même facile, il fallait tout de même les marcher ces 2km.
14.10 – Aussitôt arrivé au refuge de Manganu à 1600m, que nous étions prêt à repartir. Je ne sais pas d’où ils sortaient, mais je n’avais jamais vu autant de gens dans un même refuge de montagne. Le terrain de camping ressemblait à un parking de centre-d’achat un samedi après-midi.
Le refuge n’était guère mieux avec un dortoir constitué de matelas pas très large collés l’un sur l’autre. Cela voulait donc dire que je risquais fort de me réveiller nez à nez… ou même en cuillère (frisson de dégout)… avec le suisse dormant à coté de moi.
img_0163
Pas cool quand tu avais une grosse journée de marche dans les jambes et que tout ce que tu désirais était de relaxer.
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Refuge de Ciottulu di I Mori
Altitude de départ; 1991m
Arrivé; Refuge de Manganu
Altitude d’arrivé; 1600m
Distance; 23km
Dénivelé; +650m -1050m
Jour 6 – SUR LE DOS D’UN DRAGON
18 juin 2016 – Refuge de Manganu
05.40 – Tout était déjà rangé et nous étions en route. Encore une fois nous allions doubler les étapes. Au menu 18km de marche, plus de +1800m de monté et -1200m de descente.
Le premier test de la journée ne tardait pas avec l’ascension d’un mur de pierres sans véritable sentier; il s’agissait de choisir les bonnes pierres pour s’agriper et monter jusqu’en haut. L’exercise se révélait ardue avec un cerveau encore sur l’oreillé. Quoi de mieux que d’éprouver un sentiment de danger après avoir perdu l’équilibre et manqué se fracasser le crâne pour être bien réveiller… je vous jure que c’est plus eficace que le plus fort café du monde.
thumb_gopr4784_1024
On montait sans relâche jusqu’à une vallée fermée de tous les cotés par des murs rocheux (un sentiment de déjà vu).
Il n’y avait pas de solution magique; on reprenait la séance de semi-escalade où nous l’avions laissé il y a 2 jours en s’efforçant de suivre les drapeaux.
07.40 – Après avoir réalisé l’ascension complètement à l’ombre, nous étions baigné dans la lumière en arrivant au col Bocca à la Porte à 2220m. En un instant, nous passions d’une vallée exposé au vent, sans soleil et où tu te les gèles, à un versant au plein soleil où tu sus à grosses goutes.
La vue du col était sublime; entouré de montagnes avec des lacs à l’eau bleu clair en contrebas.
thumb_gopr4787_1024
Les réjouissances étaient de courte durée alors que le sentier repartait de plus belle avec certaines des sections les plus technique de tout le GR20. Encore aujourd’hui, le sentier ne fairait aucun prisonnier… que des vainqueurs et des victimes.
S’en suivait une 2ème ascension à 2170m… avec beaucoup de sections dans la neige.
photo 18-06-16 10 56 07photo 18-06-16 11 50 26photo 18-06-16 11 32 36photo 18-06-16 11 55 54
Et une 3ème à 2210m…
Suivit d’une descente aux airs de balade du dimanche jusqu’au refuge Petra Piana à 1842m.
10.40 – La 1ère étape était dans la poche; 8.3km en 4h. Pas mal pour ce qui devait être une étape d’un jour pour la plupart des randonneurs. Pour nous ce ne serait qu’une halte avant de repartir de plus belle.
Motivé par l’attrait d’un sentier plus court, on optait pour la variante du GR20 passant par les sommets au lieu de contourner les montagnes par la vallée. Sentier plus court, mais beaucoup plus technique.
Sage décision puisque cette variante entre Petra Piana et Onda est probablement la plus belle section du GR20 que j’avais marché à ce jour. Le sentier avait des airs de montagnes russes, allant de sommet en sommet… comme si nous marchions sur l’arrête dorsale d’un dragon en se frayant un chemin au travers de ses épines… pour atteindre notre 4ème sommet du jour à 2035m… redescendre drastiquement… et remonter vers un 5ème sommet à environ 2000m.
photo 18-06-16 14 38 45
S’en suivait une descente sur un versant peu rocailleux de la montagne. Nous avions tout le loisir d’admirer en long et en large la chaine de montagne qui nous faisait face, avec notre refuge du jour tout en bas et une sentier qui montait tout en haut, sentier que nous aurions à fouler dès demain.
photo 18-06-16 14 27 08photo 18-06-16 14 33 11
14.40 – Exactement 8 heures, 15km, +1700m et -1200m après notre départ, nous foulions le plancher du Refuge de l’Onda à 1431m.
Le refuge était tout aussi merdique que les autres précédents… à la différence (majeure) d’être juste à coté d’une bergerie. Résultat; nous aurions enfin un bon repas (PAS de pâtes) faits de produits de la ferme.
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Refuge de Manganu
Altitude de départ; 1600m
Arrivé; Refuge de l’Onda
Altitude d’arrivé; 1431m
Distance; 15.1km
Dénivelé; +1700m -1200m
Jour 7 – TERMINUS VIZZAVONA
19 juin 2016 – Refuge de l’Onda
06.30 – Ce matin on se gâtait un peu; grâce matinée jusqu’à 06.30… ouuuuu
Je n’avais AUCUNE envi de marcher. Mon cerveau se croyait déjà arrivé à Vizzavona, 10km plus loin et mi-parcours du GR20. Je salivais déjà à l’idée de dormir dans une chambre d’hôtel douillette (PAS un dortoir et PAS de ronfleur).
Pour une 4ème journée de suite, tout le monde nous annonçaient des torrents de pluie. En sortant du refuge, je ne pouvais que me résigner et leur donner raison; le ciel était sombre vers le Nord. Heureusement pour nous, nous allions vers le Sud et le ciel était bleu. Dame Nature était encore de notre coté.
08.30 – Après 1h30 d’ascension sans histoire, nous étions au sommet du mont Muratellu à 2020m.
Ne nous restait « plus que » 1200m à descendre jusqu’à Vizzavona. Chaque pas que nous faisions nous rapprochait d’une bonne douche chaude… une 1ère depuis le départ.
11.30 – Terminus Vizzavona. Ce village représentait la fin du parcours pour Tanzi qui allait quitter pour Ajaccio sur la cote dès demain, afin de repartir pour Dubai.
Nous étions tombé dans un vieil hôtel plein de charme à la décoration rétro-chic et dirigé par une grande famille… vous savez quand il y a une tonne de vieilleries un peu partout… il y avait même une vieille dame assise dans un fauteuil à la réception. Celle-ci donnait l’impression d’être morte et empaillée là tellement elle n’a jamais bougé de TOUTE la journée.
Pour tout dire, j’avais l’étrange impression d’être dans la maison de « La Famille Adams » (vous savez les vieux films où il y avait une main qui marchait toute seule).
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Refuge de l’Onda
Altitude de départ; 1431m
Arrivé; Hotel Monte D’Oro (Vizzavona)
Altitude d’arrivé; +/-900m
Distance; 8.4km
Dénivelé; +700m -1200m
Jour 8 – À COURT D’ARGENT
20 juin 2016 – Vizzavona
Arrivé à Vizzavona avec 0.5 euros dans mes poches, j’étais convaincu d’y trouver un guichet automatique.
ERREUR
J’avais fait la faute de penser que Vizzavona était une ville. C’était en fait un village… que dis-je… un trou perdu au milieu des montagnes avec un gare et une demi-douzaine de bâtiments.
Résultat; le guichet le plus près se trouvait à Ajaccio ou Corte… à 1 heure de train de Vizzavona dans un sens ou dans un autre.
« Tu n’as qu’à demander à un commercant de surfacturer ta carte de crédit et te redonner le tout en liquide » que quelques-uns d’entre-vous pourriez penser. Sachez que j’y avais pensé aussi… mais que c’était sans prendre en compte la « générosité » légendaire des Corses. En d’autres mots, il en était hors de question.
Aussi con que cela puisse sembler, j’étais en route pour Ajaccio avant l’heure (j’allais quitter le Corse par Ajaccio après avoir complété le GR20)… un mal pour un bien puisque j’avais entendu beaucoup de bien de ce chemin de fer passant par les montagnes, et j’allais pouvoir accompagner Tanzi à Ajaccio.
Le chemin de fer comportait de multiples tunnels, dont un de plus de 2km+.
Avez-vous déjà vu un train arrêter à chaque croisement de route, l’un des conducteurs descendre et stopper les voitures? Non?!? Eh bien c’est que vous n’avez jamais pris un train en Corse. Les Corses n’ont pas tout à fait compris le concept de train…
Une fois passé au guichet, j’étais sur mon départ avec le prochain train pour Vizzavona quand je décidais sur un coup de tête de rester à Ajaccio pour la nuit. Tanzi ayant choppé un début de bronchite, je me sentais mal de la laisser seule une nuit à Ajaccio avant son vol.
J’allais donc passer la nuit à Ajaccio, prendre le 1er train pour Vizzavona le lendemain et me taper 2 journées de marche en 1. J’allais probablement le regretter demain… mais pour l’heure j’avais une confortable chambre d’hôtel qui m’attendait pour une 2ème soirée de suite… il ne fallait pas trop y prendre goût.
En voyage comme dans la vie de tous les jours, il faut savoir improviser et être flexible dans son horaire pour s’ajuster aux imprévus et transformer une situation malheureuse (au premiers coup d’oeil) à son avantage.
Ajaccio est une ville cotière sans grand intérêt, mis à part pour ceux qui aiment la plage et/ou ceux qui font une fixation sur les petits bonhommes voulant conquérir le monde. Je parle bien sur du petit bonhomme d’entre-tous; Napoléon Bonaparte. Née dans la capitale de Corse il y a un peu plus de 200ans, nombreuses sont les références et monuments à lui et sa famille un peu partout en ville. Comme je n’étais ni un fervent de plage ou de petits bonhommes, j’allais profiter de l’air climatisé pour mettre à jour mes écrits.
RÉSUMÉ DU JOUR
Marche urbaine de 9km hors GR20
Jour 9 – ORGEUIL MAL PLACÉ
21 juin 2016 – Ajaccio
04.00 – Pendant un moment, je me demandais où est-ce que je me trouvais, pourquoi je n’étais pas à la montagne et pourquoi mon réveil était à 04.00 au lieu de 05.30?!?
Ça y est… la mémoire me revenait; Ajaccio… journée de repos la veille…
Je disais Au Revoir à Tanzi et retournais à la réalité en sautant dans le premier train en direction de Vizzavona avant même que le soleil soit levé… au grand dam de mes jambes/pieds qui avaient pris gout à ne pas marcher.
07.15 – Gare de Vizzavona. Les portes du train s’ouvrait. De l’argent plein les poches, je pouvais finalement entamer la portion sud du GR20.
Je devais maintenant rattraper mon retard d’hier et marcher plus de 32km pour rejoindre le refuge où j’avais réservé ce soir. Je mettais du beat dans mes oreilles et prenais la route. Le chant des oiseaux seraient pour un autre jour, j’avais besoin de motivation.
32km… sur le Camino de Santiago… c’était une petite journée, mais 32km avec plus de 1000m de monté et de descente représentait un certain défi. Maintenant seul, j’avais le loisir d’aller à la vitesse que je voulais… même si Tanzi avait suivit mon rythme, me laissant même derrière lors des descente…
La 1ère portion consistait à monter sur un chemin forestier, avec comme toujours mon ami le soleil qui tapait dans mon dos.
Trop confiant et ne portant pas trop attention à où j’allais, je manquais un virage et finissais par perdre le sentier. La chanson qui jouait dans mes oreilles me répetait « where are you now […] so lost I’m faded » (« Faded » de Alan Walker)… Je n’en avais aucune idée où j’étais Alan… mais merci de demander.
Je me retrouvais au beau milieu des bois pendant une demi-heure à chercher les drapeaux… que je retrouvais grâce à mon application IPhone gratuite « Maps.Me » qui contenait le sentier GR20 et offrait la localisation GPS sans connection internet/wifi (j’ai dit que c’était GRATUIT et sans frais caché).
Une fois de retour sur le sentier, je retournais à ma gentille promenade sur sentier de terre battue en forêt.
thumb_gopr4882_1024thumb_gopr4893_1024
08.45 – Je débouchais au sommet du Col Bocca Palmentu à 1640m, sans avoir dépensé trop d’huile de genoux.
900m d’ascension sur un sentier forestier… c’est tout ce que tu avais dans le corps GR20 du sud?!? Je n’avais même pas senti l’ascension tellement la pente était légère et le sentier dégagé. J’avais au moins une vue imprenable sur la mer tout en bas de l’autre coté.
Après une avant-midi pépère, le refuge de Capanelle, station de ski l’hiver et refuge de montagne l’été, ne se laissait pas atteindre sans effort. La montée finale, aussi abrupte que brève, faisait en sorte de vider ma batterie. J’arrivais à Capanelle avec la langue par terre et 14km dans les jambes.
10.45 – La 1ère étape de mon programme double était dans la poche. Un peu de repos, un bon fromage de chèvre et du pain frais, et je repartais pour Prati 18km plus loin.
Je repartais sur les chapeaux de roues en réalisant l’intense assension de 300/400m en dessous du monte pente dans un temps record et à la vue des autres randonneurs encore au refuge… pour m’appercevoir que le sentier ne passait pas par là, mais tout en bas.
Mal à l’aise et ne voulant pas redescendre la queue entre les jambes devant tous les autres, je décidais de continuer et de rejoindre le sentier officiel de l’autre coté de la montagne… par mon propre sentier; dans la brousse à descendre sur un flanc de montagne sans sentier, non dégagé et pentu. Plus de peur que de mal, mais au prix de nombreuses coupures sur les jambes, je retrouvais le sentier. Un gaspillage d’énergie qui pourrait me rattraper avant la fin de la journée.
Encore une fois, j’avais préféré risquer de me blesser gravement plutôt que de vexer mon égo. Mon orgeuil mal placé allait peut-être avoir raison de moi un jour… mais pas aujourd’hui.
La marche reprenais son court normal à zigzager gentiment dans les bois. Je me serais cru en train de faire le « sentier des loups » (en plus long) dans le Parc de la Jacques Cartier tellement la forêt et le sentier étaient identiques. Ce parcours de 18km ne comportait aucune difficulté (quand on suivait le sentier…), il n’y avait aucune haute montagne à l’horizon… que des collines recouvertes de forêt… de sorte que je montais 900m sans même m’en rendre compte. J’attendais les difficultés, mais elles ne sont jamais venus. Le sentier était resté un faux plat en montant, pour ensuite redescendre tout aussi tranquilement.
img_0238img_0241
En fait, l’ennemi principal était la chaleur accablante qui me bombardait de ses rayons toute la journée… ajouté à mon cerveau qui peinait à garder sa concentration un sentier très long. sans grand défi et aux paysages monotones.
Et puis venait la montée finale…
Après 27km sur 32, je croyais ma victoire unanime sur le GR20. J’avais célébré trop vite.
S’étant laissé marché dessus sans répliquer toute la journée, le GR20 avait une autre idée en tête. Tel Mohammed Ali, le GR20 avait gardé TOUT ce qu’il avait en réserve pour la fin…
Du 28 au 31ème rounds, le GR20 se réveillait et me lancait tout ce qu’il avait à la figure pour tenter le tout pour le tout et me passer le K.O.; une ascension de 700m sur 4km… ascension sans répit et abrupte.
Ayant relâché ma garde et à bout de force, j’étais secoué. J’étais tellement en confiance qu’au 26ème km j’avais cru bon de ne pas remplir ma bouteille d’eau à la dernière source.
ERREUR
Je me retrouvais maintenant à l’agoni devant la contre-offensive du GR.
MONTÉ… MONTÉ… MONTÉ…
Je réussisais à atteindre le sommet du Bocca D’Oro à 1825m de peine et de misère.
32ème et dernier round.
Je me promenais au sommet en titubant. Les attaques du GR20 avaient faits leur effet. Je cherchais le gite… mais il n’arrivait pas.
thumb_gopr4940_1024
Ding Ding Ding…
16.45 – Fin du combat. J’arrivais fivalement au refuge de Prati.
Les juges se sonsultaient; Victoire par décision partagée de Nicolas. Le GR20 avait failli me passer le K.0. à la toute fin…. j’avais échappé de justesse au désastre…
Peu importe, une victoire était une victoire… qu’elle soit obtenue par K.O., K.O. Technique, Décision Unanime ou Décision Partagé.
Je pouvais savourer le prix inattendu; du col Cerro D’Oru jusqu’au Refuge de Prati, à 1800m+, le sentier se trouvait dans les hauts de la cote Est de la Corse. La montagne plongait dramatiquement de 1800m à quelques mètres devant moi. On voyait ainsi la cote et la mer tout en bas au niveau 0.
img_0243
Réveil à 04.00 à Ajaccio, train de 1h jusqu’à Vizzavona et plus de 11 heures / 32km de marche… je me risquais à dire que cette journée avait été bien (trop) remplis.
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Ajaccio / Gare de Vizzavona
Altitude de départ; +/-900m
Arrivé; Refuge de Prati
Altitude d’arrivé 1820m
Distance; 32km
Dénivelé; +1800 -850m
Jour 10 – SOLEIL DE PLOMB
22 juin 2016 – Refuge de Prati
Je me réveillais avec un ÉNORME mal de crâne. Voulant célébrer ma victoire In Extremis d’hier sur le GR20 et étant en extase devant la vue depuis mon refuge, je m’étais laissé allé un petit peu… beaucoup… sur la boisson. J’avais commencé par boire 1 bouteille de vin seul… pour en partager une seconde avec un groupe de jeunes qui me trouvaient amusant (allez savoir pourquoi… hic…).
Peu m’importait, j’avais survécu à hier, je pouvais affronter n’importe quoi…
Je ne ressentais AUCUNE presse de quitter ce petit coin de paradis et fixais longuement la mer tout en bas. Après tout, je n’avais que 11km, +700m et -750m à faire aujourd’hui… une prommenade de santé.
08.30 – Les esprits revenus (à peine), que je m’élancais le pas léger. Il n’y avait qu’une seule montagne dans les environs immédiat du refuge et le sentier avait décidé d’y monter jusqu’au sommet. Je me rendais tout de suite compte que mon corps n’entendait pas à rire; il n’avait pas vraiment apprécié (et digéré) toute l’alcool hier. Je manquais d’équilibre, escaladais une roche de manière nonchalante, manquais me fracasser le crâne par-ci… et cela me faisait rire. J’atteignais le sommet de Punta della Capella (1991m) relativement rapidement… pour un saoulons.
img_0248img_0255img_0250img_0256img_0258thumb_gopr4986_1024
De là, je pouvais apercevoir toute la pointe sud de la Corse, la mer des 2 coté, l’ile de la Sardaigne tout au loin au Sud et les montagnes que me réservait le GR20 jusqu’à la fin.
Le sentier descendait par la suite en passant de sommet en sommet et par des champs où les corses cultivaient de grosses roches… quels cons ces corses 😉
Je croisais plusieurs « troupeaux » de randonneurs. Je profite de cette occasion pour le dire une fois pour toute; c’est stupide et de l’argent jeté dans le feu que de faire le GR20 avec un guide dans un groupe organisé. Le sentier est très bien balisé, même seul vous allez vous faire des amis assez vite dans les refuges et vous avez l’air complètement ridicule de marcher 15/20 à la file indienne.
De plus, en montagne il est important d’aller à son propre rythme. En groupe vous êtes obligé de suivre la cadence moyenne. Si vous êtes le plus rapide, vous allez rapidement vous emmerder… et si vous êtes le plus lent vous serez à bout de souffle.
Fin de la parenthèse…
Bon an, mal an, moi et mon lendemain de veille avions réussis à nous rendre jusqu’à l’ascension finale sans encombre. Je n’entendais alors plus du tout à rire; le soleil était à son zénith, il n’y avait pas un seul nuage et je devais me rendre tout en haut d’un versant rocheux totalement exposé au soleil et sans la moindre goute de vent.
13.15 – Une marche de 3km sur l’arrête somitale plus tard et j’arrivais au refuge Usciolu, mon arrêt du jour, à 1810m. Situé dans le fond d’une dépression de la montagne, celui-ci ne ce dévoilait qu’à la toute dernière minute. Le refuge était dirigé par un jeune serviable et qui respirait la bonne humeur… inespéré après tous les acceuils glaciaux des refuges précédents.
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Refuge de Prati
Altitude de départ; 1820m
Arrivé; Refuge de Usciolu
Altitude d’arrivé; 1810m
Distance; 11km
Dénivelé; +700m  -700m
Jour 11 – LA FIN AVANT LA FIN
23 juin 2016 – Refuge de Usciolu
05.00 – Il n’y avait pas de temps à perdre. Le refuge que j’avais réservé pour ce soir ayant passé au feu il y a 1 mois, j’avais dû penser à une solution alternative.
Après avoir envisagé plusieurs options, j’avais décidé de prendre la plus risqué et de faire 2 étapes en 1.
Cette décision n’avait pas été prise à la légère puisque j’allais devoir marcher plus de 35km, avec un dénivelé total de +1500m, -2100m.
Je n’entendais donc pas à rire… tellement pas à rire que j’avais troqué la bouteille de vin quotidienne du soir d’avant pour une tonne d’eau afin de bien m’imbiber.
L’avenir allait me donner raison…
05.29 – Sur le sentier aussi tôt le matin, il n’y avait pas de soleil, pas de vent, pas de bruit et surtout; pas d’idiot. Il n’y avait que moi et la montagne en tête à tête.
Le sentier continuait sur la crête commencé hier. Je jouais donc à saute-mouton avec les pics rocheux pointant vers le ciel ici et là. Cette crête suivait un axe Lune / Soleil; je marchais en direction de la Lune, qui terminait ses préparatifs pour aller au lit, tandis que le soleil se réveillait tranquillement (prend ton temps) dans mon dos.
thumb_gopr5001_1024thumb_gopr5007_1024thumb_gopr5012_1024
Avec un ciel encore une fois exempt de nuages, il allait faire très chaud aujourd’hui. Autant ne pas trop s’attarder et mettre le plus de km derrière moi avant que cela ne se produise.
08.00 – Le soleil était maintenant bien installé à son poste de contrôle et arrosait la Corse de ses rayons de chaleur dévastateur. J’en avais alors terminé avec la montagne, que j’avais troqué pour le confort (relatif) du plancher des vaches et un couvert végétal.
Je profitais de la relative absence de dénivelé pour engranger les km et de l’absence de randonneurs pour faire le plein de patience et de joie de vivre… qui m’avaient faits défaut depuis quelques jours vu les foules sur les sentiers.
J’en avais aussi profiter pour faire la paix avec la Corse; je me trouvais sur une île située au beau milieu de la mer Méditerrannée. En d’autres mots; c’est comme si j’étais en plein coeur d’une ruche de touristes. Demander que la Corse soit exempte de touristes était aussi improbable que de demander à un français de parler anglais sans avoir l’air fou…
09.00 – La forêt était malheureusement derrière moi. Je marchais désormais dans une plaine valonnée complètement exposée au soleil. Il n’y avait toujours aucun nuage dans le ciel et l’absence de vent me faisait suffoquer… même si je buvais beaucoup d’eau. C’était cependant la 1ère section du GR20 où j’aurais pu marcher en flip flop sans risquer de me tuer.
09.20 – Stop déjeuner à la bergerie I Croci. J’avais déjà 14km dans les jambes et était presque à la moitié de ma distance du jour… mais le pire était devant moi.
La plaine débouchait sur une longue ascension, qui ne m’aurait posée aucun problème en temps normal… mais qui devenait difficile avec l’absence totale d’ombre; la chaleur m’empêchait de respirer proprement.
J’avais la « patate » (« coeur » pour les non québecois) qui pompait fort… je pouvais l’entendre résonner jusque dans mes oreilles. Aussi fort soit-elle, tant et aussi longtemps que je l’entendais c’est ça qui importait non? 😉
Je sentais ma tête tourner quelques fois… je m’assoyais quelques secondes, me donnais 2-3 claques dans le visages, buvais un peu et repartais. Le soleil irradiait tout sur son passage. 1 ou 2 nuages bien placés m’auraient rendu la tâche tellement plus facile.
Arrivé au sommet, mes réserves d’eau étaient à sec. J’avais pensé que la descente serait facile et j’avais tout donné sur la monté…
Grosse ERREUR. La descente aurait déjà été casse-gueulle et technique avec toute ma tête. Je sentais mon cerveau capable de s’éteindre à tout moment.
J’étais comme le boxeur surpris par un uppercut à la fin d’un round et sauvé par la cloche. Je retournais dans mon coin, mon entraineur me demandait si tout allait bien, et je lui répondait « oui oui » d’une voix d’enfant en le fixant lui et ses 2 jumeaux un peu flous.
La différence majeure c’est que si le GR20 m’envoyait au tapis, on parlait d’un tapis tout sauf confortable; une paroi rocheuse à 45+ degrés. Qui sait ce qu’il allait m’arriver si je m’évanouissais.
Il n’y avait pas de solution magique; sans eau et surpris par une descente sournoise, je devais garder ma concentration coute que coute et descendre jusqu’en bas. Je me répétais tout haut; « Tu ne vas pas tomber dans les vappes… tu es fort… le GR20 n’est rien en comparaison à ce que tu as vécu au Kashmir… et tu n’es pas tombé dans les vappes là-bas ».
12.10 – J’atteignais le refuge d’Asinau. Je « garochais » mon sac par terre et me ruais sur la petite fontaine d’eau potable. J’y passais un bon 5 minutes avec la tête sous l’eau froide. De peine et de misère, j’avais complété la 1ère étape de mon programme double. J’avais marché un demi-marathon (21km) en 6h30. Il m’en restait encore 14. Je ne le savais pas encore, mais je n’avais encore rien vu.
Mes esprits revenus et mes réserves d’eau pleines telles les bosses d’un chameau, que je repartais d’un pas assuré. J’entrais dans la forêt… enfin à l’ombre.
Il était maintenant 14.00. N’ayant plus d’eau (encore…), avec 3km à parcourir, j’étais caché sous l’une des dernières zones d’ombres de l’infernale monté de la très difficile « Variante Alpine » reliant Asinau à Bavella. Depuis une bonne heure déjà, j’allais de zone d’ombre en zone d’ombre pour me refroidir. Je me sentais au bord du coup de chaleur.
Mais pourquoi diable avais-je décidé de prendre cette variante au lieu du petit sentier pépère faisant le tour de la montagne? Il fallait toujours que je choisisse la solution difficile… « Ain’t no mountain high enough (aucune montagne n’est trop haute) » comme le disait Marvin Gaye.
C’est à ce moment là que je prenais ma décision. Sans vous en parler, j’avais jonglé avec plusieurs scénarios depuis quelques jours. C’était maintenant décidé; je n’allais pas me rendre jusqu’à Conca (fin traditionnelle du GR20). Aujourd’hui serait ma dernière journée sur le GR20. Bavella serait mon stop.
Je n’abandonnais pas. Oh que non. J’arrêtais plutôt pour des raisons de logistique. Continuer jusqu’à Conca revenait à terminer le GR20 tard le samedi 25 juin. Or, en Corse, les transports en commun sont limités le samedi et ne fonctionnent pas le dimanche. Il me serait donc impossible de marcher jusqu’à Conca le 25, dormir là, prendre un bus tranquille le dimanche 26, pour attraper mon vol à Ajaccio tôt le 27.
Non… il fallait malheureusement que je sois à Ajaccio le 25.
Le gros avantage de Bavella est que le village se situait sur le chemin du bus jusqu’à Ajaccio. M’arrêter là le 23 me permettrait de me reposer en montagne le 24 et de prendre tranquillement le bus jusqu’à Ajaccio le 25.
En arrêtant à Bavella, je manquais seulement les 20 derniers km. Ajoutez à cela que le plaisir de marcher avait disparu; il y avait trop de randonneurs sur le sentier depuis quelques jours. De plus, j’aimais l’idée de terminer dans le cadre enchanteur des montagnes plutôt que dans un village pourri sur la cote.
Contrairement à La Réunion, je ne m’étais pas promis à moi-même de marcher de la mer à la mer, il n’y avait pas non plus d’enjeu spirituel comme sur le Camino. J’étais en paix avec ma décision. J’étais même heureux… soulagé… comme si on m’enlevait un fardeau des épaules (boule de quille).
Fin de la parenthèse.
J’étais toujours à l’ombre sous cet arbre sur le sentier de la Variante Alpine à essayer tant bien que mal de reprendre mon souffle.
Je quittais ma zone d’ombre pour me lancer à l’attaque du sommet.
Si jusqu’à maintenant j’avais trouvé les paysages du jour extrêmement ordinaires (pour être gentil) et que j’avais peiné autant dans les montées que dans la descente, je crois que tout cela était pour me préparer au spectacle que j’allais avoir sous les yeux à partir du sommet et dans la descente de la Variante Alpine sur Bavella.
WOW et reWOW
J’en avais le souffle coupé… et pas seulement à cause du soleil (qui plombait toujours) ou du manque d’eau (problème toujours pas résolu).
Le paysage était dramatiquement impressionnant; j’étais entouré d’aiguilles rocheuses pointant vers le ciel. Le sentier était tout autant dramatiquement dangereux en serpentant au travers tout ce chaos. Sans le savoir, je me trouvais au beau milieu des Aiguilles de Bavella, l’un des joyaux géologiques de la Corse.
Je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était le décor parfait pour terminer mon GR20… s’il n’avait pas raison de moi avant.
Il n’y avait plus que 2km à faire, mais je me sentais plus loin que jamais. La descente n’était pas simplement une descente ordinaire, c’était un cycle infernal de montés et descentes… l’une des sections les plus ardus de tout le GR20. Une courte ascension, nécessitant l’utilisation de chaines pour s’aggriper, me laissait sans voix. Pas de doute, le GR20 avait compris que j’avais l’intention d’arrêter à Bavella et il n’entendait pas à me la donner facile.
J’avais des fous rires incontrolables (la fatigue) en pensant que ce serait complètement con de me tuer aussi près de mon fil d’arrivé immaginaire.
Une fois les aiguilles passés, ne restait plus qu’une dernière descente sur une paroi rocheuse ressemblant à un espèce de labyrinthe vertical aux multiples sentiers, dont plusieurs débouchaient sur des cul de sac (ravin). Je perdais beaucoup de temps à remonter, refaire mon chemin pour trouver l’issue. Décidément, j’allais y gouter jusqu’à la fin.
16.00 – Fin de cette journée infernale ayant commencée 10h30 plus tôt. Depuis 08.00 que je marchais au gros soleil, j’avais mangé pour la dernière fois à 09.20 et j’avais bu ma derniere goute d’eau vers 14.00. J’avais TOUT donné dans cette dernière journée… tellement tout donné que j’étais au bord des larmes… des larmes qui exprimaient toute ma fatigue et ma joie d’avoir terminé en un seul morceau.
Même mes bottes s’étaient sacrifiés pour la cause. En plus d’être trouées de partout, les semelles avaient fondues sous le coup de la chaleur. Si l’extérieur avait soufert, l’intérieur des bottes s’était transformé en véritable sauna. Par endroit mes bas avaient fusionnés avec la peau de mes pieds. Je les enlevais délicatement comme on enlèverais un bandage sur une plaie. Je n’avais jamais vu ça; mes orteils et le coté de mes pieds étaient brulés.
Je n’étais cependant pas au bout de mes peines. Je faisais le tour des auberges du village de Bavella avec toujours la même réponse; « désolé nous sommes complet ».
Il me venait alors une idée; j’allais me rendre jusqu’à Zonza quelques km plus bas… 10 km pour être exact. Avant de faire le GR20, moi et Tanzi avions séjourné dans ce charmant village.
Je commencais à marcher sur le bord de la route en levant mon pouce quand une voiture passait. Je souriais en pensant qu’à 31ans, c’était la première fois que je faisais du pouce.
10min, 20min, 45min passaient et j’étais toujours à marcher sur la route au gros soleil. Puis, une voiture s’arrêtais… je n’y croyais pas. Le gars m’avait vu un peu plus tôt à bout de souffle sur le sentier…
J’arrivais à Zonza, me trouvais un charmant auberge, pénétrais dans ma chambre, déposais Boule de Quille dans un coin et m’allongais tout habillé sur le lit pour reprendre mes esprits un instant… pour reprendre conscience seulement 2 heures plus tard quand quelqu’un cognait à ma porte pour me dire que le souper était servi.
Ce soir j’allais dormir seul dans un grand lit king, sans ronfleur dans la pièce et sans aucun réveil matin. Au programme de demain; RIEN.
Il fallait guérir vite puisque je commencais ma nouvelle aventure (et dernière avant mon retour au Canada) dans quelques jours dans les Alpes.
RÉSUMÉ DU JOUR
Départ; Refuge de Usciolu
Altitude de départ; 1810m
Arrivé; Bavella (fin du GR20)
Altitude d’arrivé; 1200m
Distance; 35.5km (marche le bord de la route non incluse)
Dénivelé; +1500m, -2100m
MON GR20 EN BREF
Ville de départ; Calenzana (Nord)
Ville d’arrivé; Bavella (Sud)
Distance totale; 172.1km
Dénivelé positif total (ascension); +/-11700m
Dénivelé négatif total; +/-11000m
Nombre de jours; 10* (Jour 8 = journée de repos à Ajaccio)
ÉPILOGUE
Tout d’abord, il faut se le dire, j’étais très sceptique à savoir que le GR20 était si difficile qu’on pouvait le raconter. Rendons donc à César ce qui revient à César; le GR20 est le sentier le plus techniquement difficile que j’ai marchè dans ma vie… et je commence à en avoir fait pas mal des treks.
Pour survivre au GR20, il ne faut pas simplement être un bon marcheur, avoir de bonnes jambes et un bon cardio, il faut aussi avoir certaines notions d’escalades, un très bon équilibre et ne pas avoir peur des hauteurs.
Lors de l’élaboration de mon plan de voyage pour la partie entre mon départ Dubai (début avril) et mon retour temporaire au Canada (juillet), j’avais passé beaucoup de temps à élaborer l’itinéraire de voyage parfait qui me permettrait d’en faire le plus possible avec le moins de temps possible. J’avais jonglé avec toutes les idées; Népal, Kyrgyzstan, Scandinavie, Namibie, Cap Vert, etc. pour acoucher de l’itinéraire que je venais de compléter; en plus du Madagascar, je venais de compléter 3 randonnées mythiques en moins de 3 mois.
La marche d’erreur était inexistante et les jours de repos très rare. Une petite blessure ou une longue période de mauvais temps auraient pu compromettre mon trip en parti ou totalité. Force est d’admettre que TOUT s’était passé comme prévu et que la mécanique avait tenu le coup… même si mon corps montrait des signes évident de fatigue (les vacances au Canada approchent).
Je me dirigeais donc vers les Alpes Françaises pour m’attaquer à ma cerise sur le sunday; le Mont Blanc.
COIN CONSEIL GR20
Pour ceux envisageant faire le GR20, voici quelques info utile;
DORMIR
– Favoriser la tente au dortoir des refuges du parc. Les refuges sont très vieux et les dortoirs se résument à des matelas collés l’un à coté de l’autre. Vous vous retrouvez entassé comme des sardines,
– Le camping est interdit dans le parc, mais chaque refuge offre des aires de camping,
– Pour ceux ne voulant pas trainer une tente, les refuges offrent aussi des tentes toutes montées (réserver à l’avance). Vous n’orez ainsi qu’à transporter un matelas de sol,
– À tout coup (même en refuge) il vous faut votre sac de couchage.
– Une autre option consiste à dormir dans les quelques bergeries sur le parcours (rare vers le nord mais plus fréquente dans le sud). Ils offrent généralement des aires de camping et plus rarement des chambres/dortoirs.
NOURRITURE
– Il n’est pas nécessaire de trainer sa nourriture pour l’ensemble du GR20. Il est possible de se ravitaisser dans les quelques villages que le GR croise et dans les refuges (ils ont généralement de (très) petites et $$$ épiceries.
– Les gites servent aussi des repas à tous les soirs au cout d’environ 20 euros. On vous sert généralement des pates sans gout en étant hyper radin avec les portions.
Les refuges sont tenus par des gens qui se foutent royalement des randonneurs. Vous vous sentez presque mal de leur demander quelque chose. Une fois, j’ai voulu prendre 2 morceaux de pain et ont m’a enlevé le 2ème des mains en me disant que c’était 1 seul par personne. J’imagine que c’est ça l’acceuil légendaire des Corses.
Si vous n’avez pas encore compris; NE MANGEZ PAS LE REPAS DU SOIR DANS LES GITES. C’est une véritable arnaque.
Seul point positif; les bergeries. J’ai rapidement pris l’habitude de m’arrêter dans chacune d’entre-elle pour me procurer du fromage et du pain.
Règle générale, la Corse aurait beaucoup à apprendre de La Réunion en terme de randonnée/gites/nourriture/respect des randonneurs. Les refuges devrait mettre l’accent sur les produits locaux au lieu d’arnaquer les gens à coup de pâtes sans gout à 20 euros.
La Corse fait partie de la France, le pays qui a inventé la gastronomie… et c’est en Corse que j’ai mangé des lentilles à la sauces tomates.
DOUCHE/EAU
– L’eau potable et facilement accessible dans les refuges et tout au long du parcours.
– Les refuges proposent des douches… avec de l’eau GLACIALE. Les rares fois où j’ai vu de l’eau chaude, on chargait 10 euros pour 5 minutes…
QUAND
Le GR20 se marche généralement de Juin à fin Septembre lorsque les sommets/cols ne sont pas trop enneigés.
Je vous DÉCONSEILLE de faire le GR20 durant l’été (beaucoup trop de randonneurs). Vous avez une petite fenêtre de la fin mai au début juin où les refuges ouvrent (il y a des gardiens) et où les foules ne sont pas encore présentes.
Autrement, si vous voulez la tranquilité… et le danger… vous pouvez le faire hors saison quand les refuges ne sont pas gardés. Il faudra porter votre nourriture, mais la parti dortoir des refuges est ouverte. À noter que des alpinistes chevronnés ont laissés leur vie sur le GR20 en hiver.
NE PAS commencer la randonnée un lundi. Commencer un lundi veut dire que votre préparation/achat se fera un dimanche… et tout sera fermé.
NE PAS finir un dimanche puisque la plupart des transport en commun ne fonctionneront pas.
BUDGET
Prévoyez;
– 14 euros / nuit pour dormir en refuge (dortoir),
OU
– 13 euros / nuit pour louer une tente déjà toute montée à coté des refuges
OU
– 7 euros / nuit pour une aire de camping pour y aménager votre tente.
+
– +/-10 euros / jour pour déjeuner/snacks/lunch
+
– environ 20 euros pour le repas du soir
En bout de ligne, le GR20 reste de la randonnées. Il vous faut « simplement » de bonnes jambes, des bonne bottes de montagne, un sac à dos confortables, une bouteille d’eau et beaucoup de détermination.
Catégories : France
Étiquettes : , , , ,
Publié par Nicolas Pare le 3 août 2016

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Flux des commentaires